QUE RESTE-T-IL DU RESPECT DES DIX COMMANDEMENTS ?

 

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000bijou afganistanimages

 

 

Le 27 mai 1988, l’armée soviétique quitte l’Afghanistan sans oublier de dérober les trésors de Telatapa, un ensemble de 21.000 objets en or massif souvent incrustés de turquoise et datant des premiers siècles de notre ère, vidant ainsi les musées.

Il est regrettable de constater que quelque soit l’époque ou le lieu, les hommes ne savent faire que : piller, violer, tuer, salir bien souvent avec la bénédiction muette d’instances chargées  de faire respecter les lois et qui ne bougent pas, trop occupées soit à conserver leur poste à tout prix, soit pour cause d’incompétence.

Et en cette période  de « Pentecôte et chavouote » j’ai recherché ce que contiennent les 10 commandements pour voir ce que nous respectons encore dans ce qui nous est demandé et….. je n’ai rien trouvé.

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000les 10 commandementsimages

§  Premier commandement : Un seul Dieu tu aimeras et adoreras parfaitement.

§  Deuxième commandement : Son saint nom tu respecteras, fuyant blasphème et faux serment.

§  Troisième commandement : Le jour du Seigneur garderas, en servant Dieu dévotement.

§  Quatrième commandement : Tes père et mère honoreras, tes supérieurs pareillement.

§  Cinquième commandement : Meurtre et scandale éviteras, haine et colère également.

§  Sixième commandement : La pureté observeras, en tes actes soigneusement.

§  Septième commandement : Le bien d’autrui tu ne prendras, ni retiendras injustement.

§  Huitième commandement : La médisance banniras et le mensonge également.

§  Neuvième commandement : En pensées, désirs veilleras à rester pur entièrement.

§  Dixième commandement : Bien d’autrui ne convoiteras pour l’avoir malhonnêtement.

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000les tables de la loiimages

La version de la tradition juive aussi enseignée sur le site officiel du Vatican  est :

§  Premier commandement : Je suis le Seigneur ton Dieu Qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte.

§  Deuxième commandement : Tu n’auras pas d’autre Dieu que moi.

§  Troisième commandement : Tu ne prononceras pas le nom de Dieu en vain.

§  Quatrième commandement : Souviens-toi du jour du shabbat.

§  Cinquième commandement : Honore ton père et ta mère.

§  Sixième commandement : Tu ne tueras point.

§  Septième commandement : Tu ne commettras pas d’adultère.

§  Huitième commandement : Tu ne voleras pas.

§  Neuvième commandement : Tu ne feras pas de faux témoignage.

§  Dixième commandement : Tu ne convoiteras ni la femme, ni la maison, ni rien de ce qui appartient à ton prochain.

Publié dans : mystique sagesse | le 27 mai, 2016 |2 Commentaires »

chaque jour une citation trouvée dans le « Talmud »

 

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000Talmud

 

Plus d’un siècle plus tard, certains des principaux rabbins babyloniens ont compilé une autre édition des discussions sur la Mishna, ces délibérations se poursuivirent sur  près de trois cents ans. L’édition Babylone étant beaucoup plus vaste que son homologue palestinienne, le Talmud de Babylone(Talmud Babli) est devenu la compilation faisant autorité  de la Loi orale.

Lorsque les gens parlent d’étudier « le Talmud, » ils signifient presque invariablement le Bavli plutôt que le Yerushalmi.

Ne dédaignez la bénédiction d’aucun homme.

https://www.jewishvirtuallibrary.org/jsource/Judaism/talmud_&_mishna.html

Publié dans : mystique sagesse | le 26 mai, 2016 |Pas de Commentaires »

Est-ce ce que l’on appelle la sagesse ?

 

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000sagesse1

Quand on commence à s’intéresser au spirituel, au mystique à l’ésotérisme, on ne sait pas trop où on va ni pourquoi mais pendant très longtemps, on aime ce qu’on lit et on désire toujours en savoir plus. Une chose est sure, on nourrit son intellect.

Une phrase ici qui accroche notre attention, une citation qui nous donne envie de méditer et puis, assez vite, la vie de tous les jours reprend le dessus.

Les années s’écoulent on engrange des connaissances mais……….. il ne se passe rien ou si peu.

Pourtant, un jour, on sent comme un petit déclic, une résolution que l’on prend et que l’on va tenir, un désir de modifier quelque chose dans sa vie intérieure.

Et puis, on se rend compte  que quelque chose vient de se produire, qu’on est plus tout à fait le même et on découvre qu’enfin, les leçons portent leurs fruits : on est arrivé à relativiser, à prendre du recul, on se détache, on ne juge plus, on comprend.

On est alors envahi d’un sentiment  nouveau de bien-être, de plénitude .

Est-ce ce que l’on appelle la sagesse ?

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000a-sagesse-1

 

Publié dans : mystique sagesse | le 26 mai, 2016 |Pas de Commentaires »

chaque jour une citation trouvée dans le « Talmud »

 

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000Talmud

 

Il existe deux Talmud : l’un appelé le talmud de Jérusalem et l’autre le Talmud de Bavli (Babylone)

 Les rabbins de Palestine ont modifié leurs discussions de la Mishna vers l’an 400: Leur travail est connu sous le nom de « Talmud palestinien » (en hébreu, le Talmud Yerushalmi, vers l’an 400) qui signifie littéralement «Talmud de Jérusalem»).

Ne considère pas le vase, mais son contenu.

https://www.jewishvirtuallibrary.org/jsource/Judaism/talmud_&_mishna.html

Publié dans : mystique sagesse | le 25 mai, 2016 |Pas de Commentaires »

chaque jour une citation trouvée dans le « Talmud »

 

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000Talmud

 

LE TALMUD est la parole des hommesLA TORAH est la parole de Dieu

Les écrits de Rabbi Judah de la Mishna, ont été étudiés de manière exhaustive de génération en génération par les rabbins. Finalement, certains de ces rabbins ont écrit leurs discussions et les commentaires sur les lois de la Michna dans une série de livres connus sous le nom deTalmud

https://www.jewishvirtuallibrary.org/jsource/Judaism/talmud_&_mishna.html

Lorsque le vin entre, le secret sort.

Publié dans : mystique sagesse | le 24 mai, 2016 |Pas de Commentaires »

chaque jour une citation trouvée dans le « Talmud »

 

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000Talmud

Pendant des siècles, les  leader rabbiniques avaient résisté à  écrire le Talmud  car cela permettait de maintenir des relations étroites entre les enseignants et les élèves mais cette perte énorme de tant d’enseignants fit craindre que la loi orale ne soit  oubliée si elle n’était pas écrite.

https://www.jewishvirtuallibrary.org/jsource/Judaism/talmud_&_mishna.html

Ne juge pas ton prochain avant de te trouver à sa place.

Publié dans : mystique sagesse | le 23 mai, 2016 |Pas de Commentaires »

Conte : Les trois portes

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000003PortesChange

 

Un Roi avait pour fils unique un jeune Prince courageux, habile et intelligent.

Pour parfaire son apprentissage de la vie, il l’envoya auprès d’un vieux sage.

« Éclaire-moi sur le sentier de la vie », demanda le Prince.

« Mes paroles s’évanouiront comme les traces de tes pas dans le sable »

répondit le Sage.

Cependant je veux bien te donner quelques indications. Sur ta route, tu trouveras trois portes. Lis les préceptes indiqués sur chacune d’entre elles. Un besoin irrésistible te poussera à les suivre. Ne cherche pas à t’en détourner, car tu serais condamné à revivre sans cesse ce que tu aurais fui. Je ne puis t’en dire plus.

Tu dois éprouver tout cela dans ton coeur et dans ta chair.

Va, maintenant. Suis cette route, droit devant toi. »

Le Vieux Sage disparut et le Prince s’engagea sur le chemin de la vie.

Il se trouva bientôt face à une grande porte sur laquelle on pouvait lire :

« CHANGE LE MONDE. »

« C’était bien là mon intention, pensa le Prince, car si certaines choses me plaisent dans ce monde, d’autres ne me conviennent pas. »

Et il entama son premier combat. Son idéal, sa fougue et sa vigueur le poussèrent à se confronter au monde, à entreprendre, à conquérir, à modeler la réalité selon son désir. Il y trouva le plaisir et l’ivresse du conquérant, mais pas l’apaisement du coeur.

Il réussit à changer certaines choses mais beaucoup d’autres lui résistèrent.

Bien des années passèrent. Un jour il rencontra le Vieux Sage qui lui demande:

« Qu’as-tu appris sur le chemin ? »

« J’ai appris, répondit le Prince, à discerner ce qui est en mon pouvoir et ce qui m’échappe, ce qui dépend de moi et ce qui n’en dépend pas ».

« C’est bien, dit le vieil homme. Utilise tes forces pour agir sur ce qui est en ton pouvoir. Oublie ce qui échappe à ton emprise. » Et il disparut.

Peu après, le Prince se trouva face à une seconde porte. On pouvait y lire :

« CHANGE LES AUTRES ».

« C’était bien là mon intention, pensa-t-il. Les autres sont source de plaisir, de joie et de satisfaction mais aussi de douleur, d’amertume et de frustration. »

Et il s’insurgea contre tout ce qui pouvait le déranger ou lui déplaire chez ses semblables. Il chercha à infléchir leur caractère et à extirper leurs défauts.

Ce fut là son deuxième combat.

Bien des années passèrent. Un jour, alors qu’il méditait sur l’utilité de ses tentatives de changer les autres, il croisa le vieux sage qui lui demanda:

« Qu’as-tu appris sur le chemin ? »

« J’ai appris, répondit le Prince, que les autres ne sont pas la cause ou la source de mes joies et de mes peines, de mes satisfactions et de mes déboires. Ils n’en sont que le révélateur ou l’occasion. C’est en moi que prennent racine toutes ces choses. »

« Tu as raison, dit le Sage. Par ce qu’ils réveillent en toi, les autres te révèlent à toi-même. Soit reconnaissant envers ceux qui font vibrer en toi joie et plaisir. Mais sois-le aussi envers ceux qui font naître en toi souffrance ou frustration, car à travers eux la vie t’enseigne ce qui te reste à apprendre et le chemin que tu dois encore parcourir. » Et le vieil homme disparut.

Peu après, le Prince arriva devant une porte où figuraient ces mots :

« CHANGE-TOI TOI-MEME ».

« Si je suis moi-même la cause de mes problèmes, c’est bien ce qui me reste à faire, » se dit-il.

Et il entama son troisième combat. Il chercha à infléchir son caractère, à combattre ses imperfections, à supprimer ses défauts, à changer tout ce qui ne lui plaisait pas en lui, tout ce qui ne correspondait pas à son idéal.

Après bien des années de ce combat où il connut quelque succès mais aussi des échecs et des résistances, le Prince rencontra le Sage qui lui demanda :

Qu’as-tu appris sur le chemin ? »

« J’ai appris, répondit le Prince, qu’il y a en nous des choses qu’on peut améliorer, d’autres qui nous résistent et qu’on n’arrive pas à briser. »

« C’est bien, » dit le Sage.

« Oui, poursuivit le Prince, mais je commence à être las de me battre contre tout, contre tous, contre moi-même. Cela ne finira-t-il jamais? Quand trouverai-je le repos ? J’ai envie de cesser le combat, de renoncer, de tout abandonner, de lâcher prise. »

« C’est justement ton prochain apprentissage, dit le vieux Sage.

Mais avant d’aller plus loin, retourne-toi et contemple le chemin parcouru. » Et il disparut.

Regardant en arrière, le Prince vit dans le lointain la troisième porte et s’aperçut qu’elle portait sur sa face arrière une inscription qui disait :

« ACCEPTE-TOI TOI-MÊME. »

Le Prince s’étonna de ne point avoir vu cette inscription lorsqu’il avait franchi la porte la première fois, dans l’autre sens. « Quand on combat on devient aveugle, se dit-il. »

Il vit aussi, gisant sur le sol, éparpillé autour de lui, tout ce qu’il avait rejeté et combattu en lui : ses défauts, ses ombres, ses peurs, ses limites, tous ses vieux démons.

Il apprit alors à les reconnaître, à les accepter, à les aimer. Il apprit à s’aimer lui-même sans plus se comparer, se juger, se blâmer. Il rencontra le Vieux Sage qui lui demanda : « Qu’as-tu appris sur le chemin ? »

« J’ai appris, répondit le Prince, que détester ou refuser une partie de moi, c’est me condamner à ne jamais être en accord avec moi-même. J’ai appris à m’accepter moi-même, totalement, inconditionnellement. » « C’est bien, dit le Vieil Homme, c’est la première Sagesse. Maintenant tu peux repasser la troisième porte. »

À peine arrivé de l’autre côté, le Prince aperçut au loin la face arrière de la seconde porte et y lut :

« ACCEPTE LES AUTRES ».

Tout autour de lui il reconnut les personnes qu’il avait côtoyées dans sa vie; celles qu’il avait aimées comme celles qu’il avait détestées. Celles qu’il avait soutenues et celles qu’il avait combattues.

Mais à sa grande surprise, il était maintenant incapable de voir leurs imperfections, leurs défauts, ce qui autrefois l’avait tellement gêné et contre quoi il s’était battu. Il rencontra à nouveau le Vieux Sage. « Qu’as-tu appris sur le chemin ? » demanda ce dernier.

J’ai appris, répondit le Prince, qu’en étant en accord avec moi-même, je n’avais plus rien à reprocher aux autres, plus rien à craindre d’eux. J’ai appris à accepter et à aimer les autres totalement, inconditionnellement. »

« C’est bien, » dit le vieux Sage. C’est la seconde Sagesse.

Tu peux franchir à nouveau la deuxième porte.

Arrivé de l’autre côté, le Prince aperçut la face arrière de la première porte et y lut :

« ACCEPTE LE MONDE ».

Curieux, se dit-il, que je n’aie pas vu cette inscription la première fois. Il regarda autour de lui et reconnut ce monde qu’il avait cherché à conquérir, à transformer, à changer.

I

l fut frappé par l’éclat et la beauté de toutes choses, par leur perfection. C’était pourtant le même monde qu’autrefois. Était-ce le monde qui avait changé ou son regard? Il croisa le Vieux Sage qui lui demanda : »Qu’as-tu appris sur le chemin ? »

 » J’ai appris, dit le Prince, que le monde est le miroir de mon âme. Que mon âme ne voit pas le monde, elle se voit dans le monde. Quand elle est enjouée, le monde lui semble gai. Quand elle est accablée, le monde lui semble triste. Le monde, lui, n’est ni triste ni gai. Il est là, il existe, c’est tout.

Ce n’était pas le monde qui me troublait, mais l’idée que je m’en faisais.

J’ai appris à accepter sans le juger, totalement, inconditionnellement. »

« C’est la troisième Sagesse, dit le Vieil Homme.

Te voilà à présent en accord avec toi-même, avec les autres et avec le Monde. »

Un profond sentiment de paix, de sérénité, de plénitude envahit le Prince.

Le Silence l’habita.

« Tu es prêt, maintenant, à franchir le dernier Seuil,

dit le Vieux Sage, celui du passage du silence de la plénitude à la plénitude du silence ».

Et le vieil homme disparut.

Auteur Charles BRULHART

Publié dans : mystique sagesse | le 23 mai, 2016 |Pas de Commentaires »

chaque jour une citation trouvée dans le « Talmud »

 

 000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000Talmud

 

Notre Torah est formelle. Seul, le sang, peut expier et racheter nos prières.

Maintenant le Talmud remplace les sacrifices par des prières, des bonnes actions, la charité.

 

 

………………Enfin, une loi orale a été nécessaire pour atténuer certaines lois de la Torah catégorielles qui aurait pu causer de graves problèmes si elle est effectuée littéralement

https://www.jewishvirtuallibrary.org/jsource/Judaism/talmud_&_mishna.html

 

Les faux témoins sont méprisés même de ceux qui les subornent.

Publié dans : mystique sagesse | le 21 mai, 2016 |Pas de Commentaires »

Aujourd’hui : « Papi cachottier »

 

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000a5dc85d4-c648-432f-b8ac-0352298fb60a

 

1973, Chicago. Henry Darger, un vieux monsieur de 81 ans, est emmené en maison de retraite. Il doit abandonner l’appartement dans lequel il a passé sa vie.

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000Henry Dargerb740c7ac-8d9a-49aa-bf53-212f9b24c323

Le propriétaire, Nathan Lerner, vient trier les affaires du vieillard. Il fait alors une découverte de taille…

Le logis de Darger est un véritable taudis où s’agglutinent des milliers de dessins. Certains font plusieurs mètres de long ! Le propriétaire, ébahi, trouve aussi un roman fleuve de près de 15 000 pages.

Artiste lui-même, Lerner comprend bien vite l’importance de toute cette production.

Pendant des décennies et dans le plus profond secret, Henry Darger a passé ses soirées à créer.

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000d3d96d3f-a558-4cee-a5d6-674dc67eabb1

Mêlant réalité historique et imagination fantaisiste, ses dessins et ses textes relatent l’épopée de petites filles, les « Vivian Girls ».

Elles sont confrontées à une guerre interminable contre un peuple imaginaire, cruels oppresseurs d’enfants, et ont pour but de faire régner la justice.

Comment Darger a-t-il pu réaliser toutes ces œuvres alors qu’il ne savait même pas dessiner

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000004fabf006-b10b-46ab-bd6c-0ce37622ac5d

Homme de ménage le jour et artiste la nuit, Darger a trouvé une astuce. Il récupère de vieux livres d’enfants, où il découpe et détoure les visages. Puis il les reporte sur ses œuvres, en accumulant les personnages et les coloriant de couleurs pastel.

Et pour les fleurs ? Elles sont décalquées dans des catalogues de plantes !

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000006-tapis

Malgré leur air enfantin, les œuvres du vieux Darger dégagent une violence troublante…
Pour certains spécialistes, ces histoires torturées seraient une manière de guérir un traumatisme d’enfance.

Inconnu de son vivant, Darger est aujourd’hui exposé dans les plus grands musées du monde !

Publié dans : talent | le 21 mai, 2016 |Pas de Commentaires »

chaque jour une citation trouvée dans le « Talmud »

 

 

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000Talmud

 

Dans la Mishna, la loi juive est systématiquement codifiée, contrairement à la Torah car les références concernant un même sujet se trouvent dispersées  dans différents livres de la Bible. https://www.jewishvirtuallibrary.org/jsource/Judaism/talmud_&_mishna.html

Ainsi, le « MISHNAH » est la transcription d’explications des écritures qui étaient jusqu’alors mémorisées, alors que le « GEMARA » (onze fois plus grand) est la librairie des commentaires commentés sur ces explications ! ! !

« Le monde se maintient par trois choses : par la vérité, par la justice et par la concorde… Toutes les trois ne sont qu’une seule et même chose ».

Publié dans : mystique sagesse | le 20 mai, 2016 |Pas de Commentaires »
12345...199

Ni OUI ni NON |
elevator |
freressuricate |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | titinou
| Rakipedia™
| toute en humour