Archive pour la catégorie 'remède de grand-mère'

les cadeaux de l’automne

 

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000chataignes-et-marrons-les-cadeaux-de-lautomne-plantes-et-sante_w728_h410_r4_q70

Châtaignes et marrons, des cadeaux de l’automne

Posté dans :

Remèdes

- Par Gary Laski - le 24 novembre 2015

L’automne est la saison mélancolique par excellence. Le froid et l’humidité s’installent, et l’envie de dormir se fait plus pressante. Mais elle peut être aussi une belle saison qui se prête aux promenades en forêt, à la cueillette des marrons. Ou des châtaignes…


Il y a souvent confusion. La crème de marrons, par exemple, est à la châtaigne ! Pourtant, nous appelons de la même manière les fruits du châtaignier et du marronnier : des marrons.

Le plus étrange, c’est que sans leur enveloppe – leur bogue –, il serait presque impossible de les distinguer. Alors qu’ils ne sont même pas de la même espèce !

La raison de cette confusion est que le vrai marron, le fruit du marronnier donc, n’a pas un goût aussi séduisant que la châtaigne, et qu’il ne peut être consommé aussi facilement. Et en retour, la châtaigne a un nom moins vendeur que le marron…

Pourtant, tous deux sont bons pour notre santé et méritent d’être glanés. La châtaigne pour ses vertus nutritives, et le marron pour ses excellentes propriétés médicinales.

La suite ici : http://www.plantes-et-sante.fr/remedes/chataignes-et-marrons-des-cadeaux-de-l-automne

et en cadeau : Des remèdes maison

Vous revenez de votre balade dans les bois, avec un bambin tout content de son panier de marrons. Tant qu’à faire, pourquoi ne pas en profiter et se concocter quelques remèdes ?

Vous pouvez vous fabriquer une alcoolature : faites-les macérer tant qu’ils sont frais (dans les 10 jours qui suivent la cueillette), râpés entiers avec leur peau, dans leur poids d’alcool à 90°. 10 gouttes avant le déjeuner et le dîner, pendant les jours de la semaine, constituent unremède efficace contre les hémorroïdes et les varices.

Mais surtout, comme nous le conseille Pierre Lieutaghi, ethnobotaniste et écrivain français, vous pourrez vous en faire une crème qui vous soulagera aussi bien les jambes que le reste. Il suffit pour cela de mélanger votre préparation à de la lanoline, à raison d’un quart d’alcoolature pour trois quarts de crème.

Cette authentique crème de marrons sera efficace contre les hémorroïdes et les varices, elle sera aussi tout à fait appréciable contre les œdèmes, le gonflement de l’arthrite, les contusions, les entorses, la névralgie, et dans un souci plus esthétique, pour diminuer la cellulite !

Et si vous retrouviez confort et vitalité cet automne ?

les recettes et astuces de grand-mère

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000astuce gdm 2th (1)

 

Astuces de grand-mère pour le ménage

Ce n’est pas la première fois qu’on en parle mais même si on sait qu’on a mis toutes ces bonnes recettes quelque part, le moment venu, on ne les retrouve plus alors cette fois, on va imprimer, scanner, épingler toutes ces recettes qui vont vous permettre de fabriquer, pour pas cher, des produits qui valent largement ceux que vous achetez en magasin.

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000astuce gdm1

Vous vous plaignez que votre pouvoir d’achat baisse mais si vous ne faites rien, il n’y a aucune raison pour qu’il remonte tout seul et surtout, ne me dites pas que vous n’avez pas le temps car on en trouve toujours pour les choses qu’on a envie de faire.

000000000000000000000000000000000000000000000000000000astuces de gdm3

le lien ici :

http://www.linternaute.com/bricolage/magazine/conseil/astuces-de-grand-mere-pour-le-menage/15-astuces-de-grand-mere-pour-la-maison.shtml?een=5597096a05af1f8aee854432dd0c5ded&utm_source=greenarrow&utm_medium=mail&utm_campaign=ml292_entretiendelama

Publié dans:remède de grand-mère |on 16 septembre, 2014 |Pas de commentaires »

connaissez-vous cette recette ?

 

 

 

000000000000000000000000000000000000000000000000000000soupe a l 'ail

Soupe à l’ail à la méridionale

- Faites bouillir dans un litre et demi d’eau pendant vingt minutes, trois cuillères à soupe d’huile d’olive, quatre gousses d’ail écrasées, du thym, du laurier, de la sauge, du sel et du poivre

- Retirez thym, laurier et sauge, et enfournez, à thermostat 6 et pendant dix minutes, quatre tranches de pain de campagne grillé dans un plat à gratin, avec le bouillon.
- Retirez et cassez immédiatement quatre oeufs dans le bouillon.

- Remettez le tout dans le four pendant cinq minutes. Une fois sorti, saupoudrez de paprika.

Cette recette est tirée du Guide intitulé «L’espérance de vie est dans l’assiette»

Simple à lire et vraiment complet, il vous révèle tous les secrets de la cuisine méditerranéenne,

* il vous explique pourquoi c’est vraiment la cuisine la plus saine, la plus diététique du monde,
* il vous explique comment on peut arriver à allier le plaisir de la table et la santé,
* il vous présente plus de 80 recettes faciles et bien expliquées.

Suivez ce lien pour découvrir le Guide

En été …

* Vous n’avez pas envie de cuisiner pendant des heures
* Vous n’avez pas envie de plats trop lourds
* Vous n’avez pas envie de prendre du poids
* Vous avez envie de prendre du plaisir
* Vous avez envie de varier les saveurs, les recettes
* Vous avez envie de recevoir et d’enchanter vos invités par des menus originaux.

Pour toutes ces raisons, c’est le moment ou jamais de découvrir ce Guide aux airs de vacances !
Accédez à ce Guide sans attendre : cliquez ici!

À votre été de saveurs, de plaisir et de soleil !

Michel et Yannick

Echo Sante – Espérance de vie

Publié dans:remède de grand-mère |on 24 juillet, 2014 |1 Commentaire »

16 insecticides naturels et sans risque

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000insecte th

Moustiques, guêpes, araignées, fourmis, pucerons… Vous voulez vous en débarrasser? Oubliez les insecticides ultra toxiques! 16 solutions naturelles, radicales, sans risque pour les éliminer et, si besoin, soulager leurs piqûres.

Moustiques: essayez le géranium

Pour repousser rapidement les moustiques, essayez l’huile essentielle de géranium rosat. Extraite des feuilles de la plante, cette solution 100% naturelle est très efficace.

Comment l’utiliser selon Danièle Festy, pharmacienne: mettre 1 goutte d’huile essentielle de géranium rosat mélangée à 10 gouttes d’huile végétale à 10 % et appliquer sur les parties exposées du corps (bras, jambes, torse). Renouveler toutes les 4 heures.

A noter: l’huile essentielle de géranium rosat peut aussi être utilisée pour soulager une piqûre (moustique, araignée, guêpe) à raison d’une goutte pure sur le bouton.

Attention: l’huile essentielle de géranium est interdite pendant la grossesse et l’allaitement.

 la suite ci-dessous :

http://www.medisite.fr/aromatherapie-16-insecticides-naturels-et-sans-risque.1579.89.html?xtor=EPR-26-648487[Medisite-A-la-Une]-20140715

Publié dans:remède de grand-mère |on 15 juillet, 2014 |1 Commentaire »

Le rire peut guérir

 

 

Le rire peut guérir

« Un jour, j’avais les pieds nus et aucun moyen d’obtenir des chaussures. J’allai trouver le chef de Kufah, dans un état de grande misère. Et là, je vis un homme qui n’avait pas de pieds. Je me tournai vers Dieu pour lui rendre grâce, repartis, et supportai désormais mes pieds nus avec patience.» 

Golistan de Saadi (poète persan du XIIIe siècle).

00000000000000000000000000000000000000000000000000000220px-SAÂDI_-_Le_jardin_des_roses

Chère lectrice, cher lecteur,

De toutes les recherches que j’ai faites sur la capacité de guérison du rire, aucune histoire ne dépasse celle de Norman Cousins.

D’accord : je sais déjà que certains vont m’écrire pour me dire que cette histoire est anecdotique ou même qu’elle est exagérée.

N’empêche que cette affaire illustre selon moi un phénomène qui est beaucoup plus courant qu’on ne le dit : un malade décide de se prendre en main et de changer radicalement d’attitude face à la maladie. Et voilà que, solidement installé dans le siège du pilote, tenant enfin les manettes de sa propre vie, il se met brutalement – et inexplicablement – à aller mieux.

A-t-on besoin de croire aux miracles pour accepter cela ? Je suis persuadé que non.

C’est pourquoi j’ai décidé de raconter l’histoire de Norman Cousins, selon le récit qu’il en a fait lui-même dans son livre « Comment je me suis soigné par le rire » [1].

Une maladie « incurable »

Norman Cousins était un journaliste américain très connu, rédacteur en chef de la Saturday Review.

En 1964, ses médecins lui apprirent qu’il était atteint de spondylarthrite ankylosante. C’est une maladie incurable de la colonne vertébrale provoquant des douleurs dans le bas du dos et un raidissement articulaire. Tendons, ligaments et articulations se calcifient. À terme, les vertèbres ne forment plus qu’un seul bloc…

Cette maladie est très douloureuse, mais n’a pas de traitement à part des anti-douleurs, dont les effets secondaires peuvent être redoutables. Norman Cousins raconte même que ses médecins ne lui donnaient pas 1 chance sur 500 de survivre .

Confronté à ce sombre avenir, Norman Cousins se lança dans ses propres recherches. Il avait en effet une formation médicale, ayant été professeur adjoint à l’Ecole de Médecine de l’UCLA , et il fit trois choses absolument contraires à l’avis de ses médecins.

1) Prendre de la vitamine C à haute dose

La première fut d’étudier à fond tous les médicaments qu’il prenait. Il découvrit que ses traitements épuisaient ses réserves de vitamine C et, sur la base de ses recherches personnelles, parvint à convaincre ses médecins d’arrêter de lui donner plusieurs médicaments, et de lui injecter de très hautes doses de vitamine C, dont il estimait qu’elles étaient son dernier espoir.

2) Quitter l’environnement anxiogène de l’hôpital

Ensuite, Cousins décida de quitter l’hôpital et de s’installer dans une chambre d’hôtel. Il estimait que les hôpitaux, avec leur nourriture déplorable, leur hygiène douteuse, leur culture de la surmédicalisation, leur atmosphère de négativité et leur perturbation systématique du rythme du sommeil des patients, n’étaient « pas des endroits faits pour les personnes vraiment malades », selon ses termes.

3) Regarder des films comiques

Troisième chose, Cousins se procura un projecteur et un stock de films comiques, dont de nombreuses « Caméras cachées » et des films des Marx Brothers. Durant sa première nuit à l’hôtel, il rit tellement en regardant ces films qu’il parvint ensuite à dormir plusieurs heures sans ressentir de douleur. Le rire avait stimulé sa production d’endorphines, des produits chimiques aux effets anesthésiants fabriqués naturellement par le corps.

Lorsque la douleur se réveillait, il remettait les films en route et, après avoir bien ri, parvenait de nouveau à s’endormir.

Il raconte qu’en mesurant sa vitesse de sédimentation, un des examens de routine effectué au cours d’un bilan sanguin et qui permet de mesurer l’inflammation et les infections, il observa que son taux diminuait de 5 points chaque fois qu’il regardait un de ces films.

Guérison miraculeuse

Il put bientôt arrêter tous les médicaments, sauf la vitamine C et le rire.

Il décrivit les semaines qui suivirent comme une longue cure de rire qui le ramena peu à peu à la santé. Il put ainsi reprendre son travail à la Saturday Review, tandis qu’il continuait son traitement original.

Il est évident que le succès de ce traitement a beaucoup tenu à l’attitude même que Norman Cousins décida d’adopter.

En plus de garder, et stimuler, sa capacité à rire, c’est un homme qui croyait profondément en l’amour, la foi, et l’attitude positive face à l’existence (il fut un combattant acharné du désarmement nucléaire). Sa force de caractère et sa volonté de vivre contribuèrent certainement à sa guérison miraculeuse.

Déclencher l’effet placebo volontairement

Alors qu’il était à l’hôpital, il théorisa le fait que, si les émotions négatives comme la colère et la frustration peuvent nuire à la santé, cela pouvait aussi vouloir dire que, réciproquement, des émotions positives comme la joie et le rire pouvaient avoir l’effet opposé.

Certains parleront évidemment d’effet placebo. Mais Cousins s’est posé lui-même la question. Il en conclut que la créativité est la cause centrale de l’effet placebo : elle déclenche une chaîne d’événements dans le corps qui rétablit les équilibres (homéostasie) et l’impression de bien-être.

On peut donc, par l’effet de la volonté, déclencher un effet placebo, entraînant la guérison.

Relation de confiance avec le médecin

Il attribua enfin une grande partie de son succès à sa relation très proche et amicale avec son médecin, qui soutenait à deux mains sa démarche et l’encourageait dans son approche expérimentale malgré le fait qu’elle ne correspondait pas aux idées préconçues de la médecine.

Cette importance capitale de la relation patient/médecin est presque universellement reconnue et vérifiée statistiquement comme le facteur le plus important dans les chances de guérison en psychanalyse. Mais la chose pourrait-elle également être vraie dans le monde de la médecine ? Le cas de Norman Cousins contribue à nous le faire penser.

Annonce spéciale


0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000fourire


Suite de la lettre de ce jour : 

L’aspect le plus fascinant de l’histoire de Norman Cousin était sa capacité à rire, malgré des douleurs intenses et, très probablement, une grande angoisse, celle qui s’empare de toutes les personnes à qui l’on annonce qu’elles sont atteintes d’une maladie incurable. qui s’empare de toutes les personnes à qui l’on annonce qu’elles sont atteintes d’une maladie incurable.

Mais il mit un point d’honneur à rire jusqu’à se faire mal à l’estomac, de ce rire inextinguible qui allait jusqu’à déclencher un puissant effet antidouleur. Dans son livre, il cite de nombreux penseurs qui, à travers les âges, avaient réalisé comme lui la capacité de guérison du rire, et cette liste inclut le philosophe anglais Francis Bacon, Emmanuel Kant, Sigmund Freud et le Dr Albert Schweitzer. Sans doute cette liste pourrait être beaucoup plus longue.

Car ultimement, le rire pourrait est un moyen pour l’être humain de sortir de lui-même, de ses limites, et de trouver l’itinéraire qui le ramène à la santé. C’est pourquoi le voyage de Norman Cousins qui, grâce au rire, l’a ramené à la vie, peut être pour nous tous une source d’inspiration.

À votre santé,

Jean-Marc Dupuis

PS : Saviez-vous que les 5 principaux cancers (sein, prostate, poumon, côlon et rectum) sont aussi les plus faciles à prévenir ! Partant de ce constat, le Professeur Joyeux écrit depuis quelques temps une lettre d’information et de prévention afin de partager son expérience de cancérologue renommé avec le plus grand nombre. C’est bien sûr entièrement gratuit et je vous invite à vous y inscrire ici.

Prévention : Il y a 12 ans déjà que des lecteurs bien informés ont été sensibilisés sur les risques réels de la pilule contraceptive, 5 ans qu’ils savent le danger des médicaments anti-cholestérol (statines). Ils en connaissent aussi les alternatives naturelles, efficaces et validées scientifiquement. Découvrez vous aussi le journal de référence de la santé naturelle depuis plus de 30 ans en vous rendant ici.

Nutrithérapie : Savez-vous que le curcuma empêche les cellules cancéreuses de proliférer ? Qu’il faut l’associer à de l’huile pour l’assimiler ? Rendez-vous ici pour en savoir plus.

santenutrition@sante-nature-innovation.fr

Publié dans:remède de grand-mère |on 25 mai, 2014 |1 Commentaire »

la santé au naturel

 

 

Avec tout ce que l’on nous raconte sur les aliments que nous achetons, sur les médicaments que nous prenons, les uns et les autres nous faisant plus de mal que de bien, pourquoi ne pas revenir aux  bonnes habitudes de nos grand-mères ?

 

00000000000000000000000000000000000000000000fumeterre1357231-focus

Fumeterre

Nom latin: 

Fumaria officinalis


Nom(s) vulgaire(s): 

Herbe à la jaunisse, fleur de terre, fiel de terre, herbe à la veuve, pied de géline


Fumeterre : Propriétés

La fumeterre régule le flux biliaire et est dépurative, d’où son utilisation contre les troubles gastriques (nausée, constipation légère…). Sédative, elle peut être conseillée en cas de troubles du rythme cardiaque, d’hypertension artérielle, d’anxiété et d’asthme. Enfin, en usage externe, elle peut favoriser la guérison d’eczéma, de dartres et de psoriasis.

Fumeterre : Etudes scientifiques

Inconnues

Fumeterre : Histoire

La fumeterre pousse en Europe, en Afrique du Nord et en Asie. Elle était déjà utilisée en Grèce Antique contre les affections du foie. Son suc était appliqué sur la peau contre le prurit et la gale. Ses vertus dépuratives et son efficacité sur les problèmes de peau sont connues depuis le XVIe siècle.

Fumeterre : Comment la reconnaître?

La fumeterre est une plante herbacée dont les tiges peuvent mesurer jusqu’à 70 cm de haut. Elle donne des inflorescences (10 à 20 fleurs) roses à violettes. Ses feuilles de couleur gris-vert, petites et très découpées, sont disposées de façon alterne sur la tige.

Fumeterre : Parties utilisées

Sommités fleuries.

Fumeterre : Posologie

En usage interne

Contre les troubles gastro-intestinaux ou d’origine biliaire, les troubles du rythme cardiaque, l’hypertension artérielle, l’asthme

Infusion : 2 cuillères à café de sommités fleuries pour 15 cl d’eau bouillante, laisser infuser 10 min et filtrer. Boire une tasse 30 min avant les repas, et en cas de crise douloureuse, entre les repas.

Ou

Teinture : 30 à 50 goutes dans un verre d’eau, 30 min avant les repas.

Ou

Gélules dosées à 400 mg de poudre : 3 à 6 par jour avec un grand verre d’eau.

Ou

Gélules dosées à 250 mg d’extrait sec: 3 à 4 par jour avec un verre d’eau.

 

En usage externe

Contre le psoriasis, l’eczéma, les dartres

Compresses : imbiber un linge de l’infusion mentionnée ci-dessus, appliquer 2 ou 3 fois par jour.

 

En cas de persistance des symptômes, consultez un médecin.

Fumeterre : Précautions d’emploi

La fumeterre ne présente aucune contre-indication, aux doses recommandées.

 

Attention : Les plantes ne sont pas des remèdes anodins. Ne jamais dépasser les doses indiquées.

le lien ici :  

http://www.medisite.fr/dictionnaire-des-plantes-medicinales-fumeterre.48721.8.html?xtor=EPR-26-583543[Medisite-A-la-Une]-20140429

Publié dans:remède de grand-mère |on 29 avril, 2014 |3 Commentaires »

Se soigner avec du vinaigre

 

0000000000000000000000000000000000000vinaigre vin

Le vinaigre de vin n’est pas seulement utile en cuisine. Par son piquant qu’il doit à l’acide acétique, il dispose de propriétés antiseptiques et désinfectantes. Mal de gorge, hémorroïdes, pieds fatigués, piqûres de moustiques… Voici tout ce qu’il soigne !

Contre les maux de gorge

On ne le sait pas toujours mais un gargarisme de vinaigre peut soulager les maux de gorge. A tester donc !
En pratique : Mélanger une cuillère à soupe de vinaigre à un verre d’eau tiède. Gargariser.

La suite ici :

http://www.medisite.fr/autres-medecines-douces-se-soigner-avec-du-vinaigre.537859.127.html?xtor=EPR-26-583542[Medisite-A-la-Une]-20140422

Publié dans:remède de grand-mère |on 22 avril, 2014 |1 Commentaire »

Comment lutter contre un nez bouché

 

000000000000000000000000000000000000000000000000000000001371161-inline

Avoir le nez bouché, ce n’est pas drôle, et quand on éternue c’est encore pire car on éclabousse tout son entourage.

 La nuit, on ne peut pas dormir et le lendemain ça recommence.

Voici quelques petites recettes qui devraient vous aider, il y en a pour tous les goûts.

le lien ici :

http://www.medisite.fr/grippe-rhume-8-solutions-express-contre-le-nez-bouche.284588.53.html

Publié dans:remède de grand-mère, sante |on 9 avril, 2014 |Pas de commentaires »

Des soupes pour tout l’hiver

 

 Soupe-de-fanes-de-carottes-au-saint-Moret

10 RECETTES DE SOUPES GOURMANDES

POUR SE RÉGALER TOUT L’HIVER

 

Brrrr, il fait si froid dehors.
Alors, pour me réchauffer, j’adore remplir mon bol de soupe les soirs d’hiver
Sentir la chaleur émaner de ce bouillon réconfortant, les douces odeurs des légumes cuisinés, les fils de fromage qui s’étirent à chaque cuillerée, l’effet à la fois nourrissant et déculpabilisant de ce mets « léger » (les légumes c’est bon pour le régime, après une bonne raclette !).
Bref, si je m’écoutais, j’en ferais chaque soir, à tous les goûts possibles et imaginables ! Sauf qu’à part la soupe « poireau-pomme de terre-carottes (les seuls légumes que j’ai souvent dans le frigo), je n’ai pas toujours beaucoup d’inspiration pour surprendre mon palais et celui de mes invités…
Je savais qu’en me tournant vers mes petits blogs adorés, je trouverai de jolies recettes !!! Voici une petite sélection de celles qui m’ont tout de suite fait saliver.

Mmmmh j’espère que vous vous régalerez :o )

 Le lien ici :

 

http://cybermag.cybercartes.com/10-recettes-de-soupes-gourmandes-pour-se-regaler-tout-lhiver/

 

 

Publié dans:remède de grand-mère |on 20 février, 2014 |Pas de commentaires »

comment gérer une crise cardiaque quand on est seul ?

 539831_429897313739733_1718275743_n

www.santemagazine.ma

COMMENT SURVIVRE A UNE CRISE CARDAQUE LORSQU’ON EST TOUT SEUL ?

Disons qu’il est 18:15 et vous rentrez chez vous (seul bien sûr) … après une journée de travail particulièrement difficile. Vous êtes vraiment fatigué, énervé et frustré.

Vous commencez soudainement à ressentir une forte douleur à la poitrine qui s’étend à votre bras et vers votre mâchoire. Vous êtes à peu près à 8 km de l’hôpital le plus proche. Malheureusement vous ne savez pas si vous arriverez à aller jusque là.

On vous formé au massage cardiaque, mais le formateur ne vous a bien sûr pas montré comment le faire sur soi-même…!! …

ALORS COMMENT SURIVRE A UNE CRISE CARDIAQUE QUAND ON EST SEUL ?

Comme beaucoup de personnes sont seules lorsqu’elles souffrent de crise cardiaque, sans aide, la personne dont le coeur bat de manière anormale et qui commence à s’évanouir, a seulement 10 secondes avant de perdre conscience. Malgré tout, ces victimes peuvent se secourir elles-mêmes en toussant de manière répétée et très vigoureusement. Une profonde inspiration doit être prise avant chaque toux, et la toux doit être intense et longue, comme si vous faisiez un gros crachat depuis le bas de votre poitrine. Une inspiration et une toux doivent être alternée toutes les 2 secondes sans arrêt jusqu’à ce que de l’aide arrive, ou jusqu’à ce que l’on sent que le coeur a repris un battement normal.

De profondes inspirations apportent l’oxygène aux poumons et les mouvements du toussotement masse le coeur et continue à faire circuler le sang. Les mouvements de toussotement sur le coeur contribue aussi à ce qu’il reprenne un rythme normal.

De cette manière, les victimes de crises cardiaques peuvent arriver à l’hôpital.

Partager des blagues sur Facebook, c’est bien. Partager cette information qui peut sauver la vie d’une personne c’est mieux !

Publié dans:remède de grand-mère |on 14 janvier, 2014 |Pas de commentaires »
12

Ni OUI ni NON |
elevator |
freressuricate |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | titinou
| Rakipedia™
| toute en humour