Archive pour la catégorie 'QUESTION'

Pourquoi fait-il si peur ?

Pourquoi fait-il si peur ? dans QUESTION aaaaaaaaaabl4vendredi13

Le vendredi 13, c’est d’abord une histoire de chiffres. Plus précisément, celle du nombre 13. « L’histoire des nombres se confond avec celle de l’humanité,Différentes civilisations du Bassin méditerranéen – sumérienne, mésopotamienne, égyptienne, grecque, puis islamique – tout comme celles de la Chine ancienne et de l’Inde védique ont contribué à l’élaboration d’une science symbolique des nombres, l’arithmosophie, qui leur attribuait un sens et une force mystiques ». Très tôt, certains nombres ont été investis d’une charge symbolique forte.

Le nombre 13, à la fois positif et négatif

« Une croyance, fort ancienne, associe le treize à la malchance » « La tradition chrétienne renvoie à la Cène, le dernier repas du Christ qu’entourent les douze apôtres, dont l’un, Judas, vient de le trahir.

Les légendes nordiques rattachent la superstition au meurtre du dieu Balder, commis lors du banquet offert par le dieu Odin à ses onze amis les plus proches et que perturbe Loki, le dieu du mal.

Enfin, une tradition plus récente rapproche le treize maléfique de la date du 13 octobre 1307, où le roi de France Philippe IV le Bel ordonna l’arrestation de tous les chevaliers de l’ordre du Temple. »

D’autres civilisations ont cette perception négative : « La treizième lettre de l’alphabet hébraïque – le Mem – s’apparenterait à la mort. Les Turcs redoutaient le treize au point de le bannir de leur vocabulaire tandis que l’hindouisme considérait également que réunir treize convives dans un même lieu porte malheur. De leur côté, les anthropologues y voient la rémanence d’un lointain préjugé envers les menstruations des femmes, soumises aux treize cycles lunaires que compte une année. »

Mais, il y a des exceptions, qui associent le 13 à des aspects positifs. « Les Egyptiens anciens y voyaient un signe de chance, une conception que les Chinois de Hong Kong partagent toujours car treize rime avec deux mots qui, pris ensemble, signifient « sûr de vivre » sinon « destiné à prospérer » ».

Et en France ? « Probablement depuis le Moyen Âge, les coutumes populaires invoquent le nombre treize, tantôt pour conjurer le mauvais sort en évitant d’être treize à table – une superstition dont la première mention explicite se trouve au XVIe siècle chez Montaigne – tantôt pour offrir des cadeaux ainsi que l’exprime la locution « treize à la douzaine »,  rappelant que, pour toute douzaine d’oeufs achetée, le vendeur en offrait un de plus ».

Verdict : « C’est finalement l’arcane XIII du tarot initiatique, qui traduit le mieux l’ambivalence du nombre treize » « La lame représente la mort sous l’apparence d’un squelette recouvert de peau humaine, qui avance vers la droite, en brandissant une faux immense. Autour d’elle, le sol de couleur noire est jonché de têtes, de pieds et de mains qui peuvent aussi bien avoir été fauchés qu’émerger de la terre. Par analogie avec la mort, fin de la vie charnelle et début de la vie spirituelle, l’arcane XIII – qui ne porte pas de nom – évoque la transition entre deux cycles, une mort initiatique suivie d’une renaissance, une mutation qui implique le recommencement. »

Pour lire la suite, c’est ici :

Publié dans:QUESTION |on 13 septembre, 2013 |Pas de commentaires »

la rupture

la rupture dans QUESTION bl4-la-rupture-grande

Qu’il s’agisse de famille, de compagnon, ou d’amis, la rupture est toujours pénible car elle suppose qu’une partie de notre vie s’achève, la plupart du temps après une période plus ou moins longue d’entente, suivie de conflits ou de découvertes durant laquelle tout a été dit dont, des choses difficiles à entendre.

Il s’ensuit pendant les premiers jours, une douleur intense qui étreint le cœur et le ventre, accompagnée ou suivie d’une colère envers l’autre en effet,  il est humain, au début, d’accuser tout le monde sauf soi-même car être victime plutôt que bourreau est beaucoup plus supportable.

Au bout d’un temps plus ou moins long car il dépend de la personnalité de chacun, un certain ordre s’opère dans l’esprit, on voit mieux ce qui s’est passé, on comprend mieux le pourquoi et c’est alors qu’arrive la question de savoir : et maintenant, qu’est ce que je fais ?

Plusieurs solutions s’offrent alors :

-on peut s’enfermer dans sa douleur, se promettant qu’à l’avenir une pareille chose n’arrivera plus,

-on peut essayer de rattraper la relation en voulant une fois encore dialoguer, s’expliquer, questionner,  

-on peut aussi tirer un trait et recommencer à zéro mais

-on peut également, avant de décider quoi que ce  soit, lorsqu’on est enfin capable de raisonner froidement, analyser la situation passée, chercher à savoir quand elle a commencé, quels sont les indices que l’on n’a pas vus, quelles sont les choses que l’ont a pas faites, a-t-on eu raison de laisser la situation se dégrader ? n’a- t- on rien vu ? ou encore n’a- t- on pas voulu voir ?

Et c’est là qu’il faut éviter les regrets et les sentiments de culpabilité inutiles car ils empêchent d’avancer dans l’examen de la situation.

Personne n’a entièrement raison ou tort, mais parfois, les erreurs ne sont pas partagées moitié-moitié, elles sont plus fortes d’un côté que de l’autre  et c’est à partir du moment où on a compris par où on avait péché qu’on va pouvoir comprendre la part de responsabilité que l’on a prise dans la dégradation de ce couple ou de cette relation.

La vie est faite d’expériences, les plus douloureuses étant les plus profitables car on jouit de ce qui nous plait et on apprend de ce qui nous fait mal.

Si cela vous intéresse, racontez vos expériences en la matière et dites quelle solution vous avez choisie. Avec le recul, pensez vous avoir bien fait ou non ?

Yaël

Publié dans:QUESTION |on 6 septembre, 2013 |Pas de commentaires »

Là est la question

Là est la question dans QUESTION

L’intelligence qu’est ce que c’est ?

Tant de définitions lui ont été accordées qu’après les avoir toutes lues, on ne sait toujours pas comment en parler.

C’est tout simplement  parce qu’il y a plusieurs sortes d’intelligences:

-L’ébéniste qui est capable de fabriquer un meuble de toute beauté a l’intelligence manuelle.

-L’homme qui crée une sculpture, une musique, une peinture à une intelligence artistique.

-La femme qui, avec rien ou presque, boucle les fins de mois le sourire aux lèvres a une intelligence pratique.

-La mère illettrée  que les enfants plus tard entoureront de toute leur tendresse a l’intelligence du cœur,

-l’élève qui, sans effort, retient ses leçons et les comprend à une intelligence cérébrale,

-la personne qui ressent, qui sait d’avance, qui devine, a une intelligence intuitive etc…..

Donc la plus belle définition de l’intelligence ne serait-elle pas : « c’est la faculté de savoir se servir de ses facultés ». ?

Il ne faut d’ailleurs pas la confondre avec l’instruction qui, si elle nécessite un minimum d’intelligence pour comprendre ce qui est enseigné, est totalement différente, car il s’agit de connaissances apprises et non pas de facultés innées DONT ON SE SERT , car tout est là : nous naissons tous avec un potentiel  dont il nous faut, dans un premier temps , deviner l’existence pour ensuite s’en servir, en faire quelque chose.

Les plus grands ennemis de l’intelligence ne seraient ils pas :

-la paresse,

-le manque de courage d’oser,

-la routine, mais aussi et surtout

-la malchance d’être né avec une cuillère d’argent dans la bouche,

-d’avoir toujours tout reçu sans demander,

-de s’être installé dans la facilité, ce qui débouche toujours, au bout d’un temps plus ou moins long, sur l’ennui, cet ennemi mortel qui annihile toute envie de faire et d’entreprendre et qui provoque à plus ou moins long terme, la jalousie devant le bonheur des autres et le dégout de soi qui se transforme en agressivité envers l’entourage, ou qui peut conduire aussi au suicide.

Je suis encore partie dans des élucubrations dont j’ai seule le secret mais je pense très profondément tout ce que je viens d’écrire, ma vie ayant été sillonnée d’exemples de ce genre.

-Savoir se contenter de ce que l’on a,

-essayer de s’améliorer à chaque fois que cela est possible

Voici deux clés qui peuvent aider ceux et celles qui en comprennent le sens

Publié dans:QUESTION |on 21 mai, 2013 |Pas de commentaires »

le questionnaire de Proust

Le questionnaire de Proust

 

le questionnaire de Proust dans QUESTION 700550_280x210

 

Le principal trait de votre caractère?…..la force
La qualité que vous préférez chez un homme?…..la droiture
Et chez une femme?…...la franchise
Le bonheur parfait, selon vous?…….n’existe pas mais on peut s’en approcher en vivant bien l’existence qu’on a choisie
Où et à quel moment de votre vie avez-vous été le plus heureux?..chez moi, ..maintenant
Votre dernier fou rire?…..hier
Et la dernière fois que vous avez pleuré?……il y a longtemps et toujours pour la même raison, la cruauté faite envers les animaux
Votre film culte?…...les uns les autres de Lelouch
Votre occupation préférée?……écrire sur mes blogs
Votre écrivain favori?……Victor Hugo – Syrulnik – Martin Gray 
Votre livre de chevet?……je n’en ai pas
Votre héros ou héroïne dans la vie?…..ceux que l’on appelle « les justes »
Et la figure historique que vous admirez?…...là, je sèche
Votre héros de fiction?…..je n’en ai pas
Votre musicien préféré?……Verdi – Chopin, 
La chanson que vous sifflez sous votre douche?…..comme ils disent de  Ch. Aznavour
Votre couleur préférée?…….Violet
Votre boisson préférée?…...le lait
Que possédez-vous de plus cher?…..mon cerveau
Les fautes pour lesquelles vous avez le plus d’indulgence?..celles que l’on fait pour la première fois…
Qui détestez-vous vraiment?.,  les nazis, et les gens cruels envers les animaux
Si vous deviez changer une chose dans votre apparence physique? ….rien.. et pourtant il y en a des choses à changer…
Quel serait votre plus grand malheur? …….devenir sénile
Et votre plus grande peur? …….être enterrée vivante
Votre plus grand regret? ……aucun (pas de temps à perdre avec eux)
Qu’avez-vous réussi de mieux dans votre vie? ……..ma vie
Votre devise? ……ne cédez jamais, a rien de grand ou de petit, d’important ou d’insignifiant, ne cédez jamais sauf aux convictions de l’honneur et du bon sens(Winston Churchill)

 

 

 

Publié dans:QUESTION |on 26 février, 2013 |Pas de commentaires »

UN SNOB C’EST QUOI ?

 

 

UN SNOB C'EST QUOI ? dans QUESTION

 

Un snob, est une personne qui cherche à se distinguer du commun des mortels.

Désireux d’appartenir à une élite, il tend à reproduire le comportement d’une classe sociale ou intellectuelle qu’il estime supérieure.

Souvent, il imite les signes distinctifs de cette classe, qu’il s’agisse du langage, des goûts (musique, lecture etc….), des modes ou des habitudes de vie.

  dans QUESTION

Comment le reconnait-on ?

 

On le reconnaît à travers une forme de vanité qu’il affiche ainsi qu’à ses manières de jugement qui le fait considérer comme inférieure, toute personne qui ne pense pas comme lui mais comme il sait très bien cacher son jeu, il arrive que le naïf tombe dans le panneau et mette un certain temps à découvrir « le pot aux roses »

 

C’est quelqu’un qui croit tout savoir et se sent au dessus de tout le monde.

 

Il est aussi arrogant à cause d’une fierté mal placée ;

Chez lui, tout est calculé pour faire savoir sans le dire, pour se vanter sans le faire et souvent, il est aidé en cela par un bon quotient intellectuel qui lui permet de jouer avec les mots « sans avoir l’air d’y toucher » autrement dit, il ne fait rien sans rien ; il est capable par exemple de donner de l’argent à un mendiant pour se faire admirer. Il choisira alors de le faire là où il y a le plus de passage possible ce qui lui évitera de parler de son acte dont, intérieurement il est très fier, puisque les autres le feront pour lui.

 

D’apparence très froide, il n’y a aucune gentillesse dans ses actes puisque ceux-ci sont calculés et toute attitude qui semble bienveillante n’est en fait que de la condescendance.

 

Derrière son humour, froid comme il l’est lui-même,  se cache une forme de mépris pour la ou les personnes concernées qu’il rabaisse ou qu’il rend dépendantes de lui.

 

Enfin assez manipulateur, il sera capable de jouer sur les mots avec prouesse devenant alors soi-disant  la victime de la situation qu’il a lui-même créée

 

 

Quelques citations pour illustrer mon propos :

 

 

 

 

 

« Le snobisme est une manière pour les gens sans personnalité, de s’en donner une. »

de Marcel Natkin 

« Le snobisme consiste à pouvoir se placer toujours dans les endroits où les autres n’ont pas accès. »

de Salvador Dali

« Snobisme. C’est un partage savant entre ce qui doit se faire et ce qui ne doit pas se faire. C’est une étiquette permanente. Le bon mot, le geste qu’il faut, quand il faut. »

de Arielle Dombasle

 

Publié dans:QUESTION |on 12 février, 2013 |Pas de commentaires »

Un écrivain, c’est quoi ?

 

 

Un écrivain, c'est quoi ? dans QUESTION

 

 

Un écrivain, c’est quoi ?

Le Larousse nous dit : personne qui compose des ouvrages littéraires.

La littérature elle, toujours selon le Larousse est  l’ensemble des œuvres écrites ou orales qui visent à une valeur esthétique.

On a ensuite posé la question à un écrivain dont personne ne conteste le talent « qu’est ce qu’écrire ?»  et voici ce qu’il a répondu : Contrairement au peintre ou au musicien qui présente les choses tout en laissant  le spectateur y voir ce qu’il veut, l’écrivain, lui, peut guider son lecteur

 dans QUESTION

 

 

 

Pourquoi écrit-on ?

Pour communiquer quelque chose mais quoi ? quelque chose qu’on a vu, qui est arrivé, qu’on a ressenti, qu’on a rêvé, qu’on a entendu, qu’on a imaginé, ce qui veut dire que la réponse se trouve non seulement dans la lecture qui fera la synthèse entre perception et création, mais aussi que sans lecteur, il n y’a pas d’écrivain car l’un complète l’autre mais ici intervient une notion de liberté puisque le lecteur à le droit de penser que l’auteur à écrit en toute liberté et ce dernier laisse au lecteur la liberté de comprendre ce qu’il veut.

La lecture pouvant alors être considérée comme un acte commun dans lequel les deux apportent leur quote-part,  le plaisir du lecteur concrétisant l’existence de l’œuvre et chacun étant récompensé pour sa peine.

Et pour qui écrit-on ?

Pour celui qui nous lira avec en arrière fond le secret espoir d’atteindre une sorte d’immortalité ;  il est donc important d’écrire pour ses contemporains, ceux qui font partie de la même histoire jouant souvent le rôle de médiateur et dévoilant à la société la façon dont elle est vue.

 

 

Si vous comprenez comme moi ce qui vient d’être écrit vous serez d’accord pour reconnaître que :

Un écrivain est une personne qui écrit des livres.

La renommée d’un écrivain est consécutive au nombre de ses lecteurs

Cela veut-il dire que c’est le nombre des ventes qui décide de la valeur des écrits ?

oui et non car certains livres encensés par snobisme ne méritent pas  la côte de popularité qui leur est  faite  alors que d’autres, « dits populaires »   compréhensibles par tous, et décrivant des situations auxquelles n’importe qui peut s’identifier sont noyés dans la masse.

Alors pour résumer nous dirons qu’un bon livre est un livre qui apporte quelque chose à celui qui le lit : émotions, rire, pleurs, découvertes, et qu’il n’est pas forcément nécessaire de se casser la tête à déchiffrer des textes abscons qui eux n’apportent bien souvent que migraines et qui n’aident en aucun cas  à mieux comprendre ce que nous avons à faire dans ce monde qui est suffisamment compliqué pour qu’on ne se sente pas obligé d’en rajouter.

 

 

 

Publié dans:QUESTION |on 11 février, 2013 |Pas de commentaires »

le savez- vous ?

le savez- vous ? dans QUESTION
-L’apopathodiaphulatophobie est la peur d’être constipé.
- Le chapitre 14, Section 1211 du Code Pénal Américain rend illégal pour les citoyens américains d’avoir tout contact avec des extraterrestres.
- Une fourmi peut traîner jusqu’à 60 fois son propre poids.
- 45% des Américains ne savent pas que le soleil est une étoile.
-Une personne passe en moyenne 6 mois de sa vie assise devant un feu rouge.

 dans QUESTION
- La pandiculation est le mot qui signifie s’étirer pour se réveiller.
- Le Ketchup a été vendu dans les années 1830 en tant que médicament.
- Le nombre de requêtes sur Google (uniquement aux USA) est environ de 1120 par seconde et de 3 milliard par mois.
- Freud avait la phobie des fougères.
- 10% des revenus du gouvernement russe viennent de la vente de vodka.


- Les éléphants sont les seuls mammifères à posséder 4 genoux.
- La majeure partie du temps, le mâle de la mante religieuse ne peut pas s’accoupler pendant que sa tête est attachée à son corps.
- Dans le Maryland, une loi interdit de maltraiter les huîtres.
- Il est estimé qu’à chaque instant, environ 0.7% de la population mondiale est saoule.
- Manger une pomme est plus efficace qu’un café pour rester éveillé.

 


- L’empereur Shah Khan Jahan fut enterré avec une main à l’exterieur de sa tombe pour que ses visiteurs puissent la lui serrer
- Les raisins explosent quand vous les mettez au four à micro-ondes.
- Jusqu’en 1929, il y avait de la cocaïne dans le Coca cola.
- Le vol le plus long d’une poule est de 30 secondes.
- Il y a une ville nommée Rome sur chaque continent.

 

LA SUITE UN AUTRE JOUR (trouvé sur facebook un jour de balade)

Publié dans:QUESTION |on 4 janvier, 2013 |Pas de commentaires »

LA PEUR DE DIRE NON

 

 

LA PEUR DE DIRE NON dans QUESTION

 

Contrairement à ce que vous pensez, ce n’est pas par gentillesse que vous acceptez tout ou presque mais plutôt par faiblesse.

 

Il est possible qu’il faille rechercher dans votre passé les raisons qui vous poussent à agir ainsi : peur de décevoir, de perdre vos amis, crainte de l’autorité, éviter la confrontation, désir de plaire mais très souvent, le résultat obtenu est contraire à vos espérances car certaines personnes auront tendance à en profiter et après coup, vous vous en voudrez d’avoir cédé.

 

Si vous n’y prenez pas garde, vous serez prise dans un engrenage qui vous mettra en porte à faux avec vous-même, partagé entre l’impossibilité de dire non et le désir de le faire.

 

Comment résoudre ce problème ? cela ne dépend que de vous et de l’envie que vous avez de vraiment changer les choses.

 

Commencez donc par chercher la ou  les raisons qui vous poussent  à accepter quelque chose que vous n’avez pas envie de faire.

 

Une fois trouvées, demandez- vous  quel est le plus profitable pour vous :

 

1)accepter sans broncher les « demandes » quitte ensuite à vous en vouloir, quitte ensuite à voir vos propres programmes désorganisés, ou bien,

 

2) être capable de refuser certaines demandes, estimant qu’elles vont perturber la bonne marche de vos projets ou obligations qui sont, à vos yeux, plus importants que le fait de plaire ou de ne pas vouloir décevoir.

 

Si vous êtes prise dans cet engrenage et qu’un jour vous trouvez le courage de dire « non » vous découvrirez  alors que non seulement rien de grave n’est sorti de votre refus mais que celui-ci vous grandit à vos propres yeux et vous finirez par conclure qu’après tout, ce n’était pas aussi difficile que ça de prononcer ces trois lettres qui vous libèreront de la servitude consentante dans laquelle vous êtes enfermés depuis trop longtemps.

 

Quant à vos amis et connaissances, s’ils vous aiment et vous respectent vraiment, ils comprendront votre décision et pour les meilleurs d’entre eux se rendront compte par votre attitude qu’inconsciemment ils profitaient de vous et pour les autres……………. Vous n’aurez rien perdu puisqu’ils n’étaient pas de vrais amis au sens noble du terme.

 dans QUESTION

Publié dans:QUESTION |on 28 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

MENTALISME OU MEDIUMNITE QUELLE DIFFERENCE ?

mentalisme.jpg

Les premiers mentalistes sont apparus voici peu et tirent leur origine d’Angleterre.

Comme pour toute discipline nouvelle, tout est dit et son contraire et il faudra surement attendre un peu pour définir celle-ci avec plus d’exactitude.

On m’a posé la question de savoir la différence entre mentaliste et médium et à la lumière de ce que j’ai pu lire, j’ai cru comprendre que chez les premiers, il s’agit d’utiliser les capacités de l‘esprit et du mental et d’y développer leur pouvoir ; le mentaliste est donc une personne qui commence par poser des questions, observant attentivement et dans leurs moindres détails les réactions visuelles ou verbales du « patient » conduisant à des affirmations de plus en plus précises.

On peut donc dire que le mentaliste ne sait pas au départ et qu’il va donc provoquer des réactions pour en tirer des déductions.

Le médium lui n’a pas besoin de savoir, il ne vous demande pas de raconter et ne vous pose pas de questions. Il « reçoit » quelque chose, un ou des messages qu’il transmet ; tout se passe à un niveau différent appartenant à l’invisible, il pourra même vous parler de choses que vous ignorez et que vous ne comprendrez qu’en allant fouiller dans votre passé alors que le mentaliste ne peut pas faire cela car son travail est basé sur la déduction pour vous orienter.

En conclusion on peut dire que le mentalisme et l’ésotérisme ont la même base de travail : l’être humain et ses mystères, qu’à certains moments, ils se servent des mêmes outils mais leur éthique et philosophie ne sont pas identiques.

De plus le mentalisme s’arrête là où l’ésorérisme commence :l’inconnu……

Publié dans:QUESTION |on 31 octobre, 2011 |1 Commentaire »

questions – réponses

aaaquestionreponse.jpgVOUS AVEZ LES QUESTIONS – J AI LES REPONSES ; 

 EXPRESSION : « être plein aux as » . 

Deux réponses : a) traduite du poker : « full aux as » qui indique un très beau jeu. 

b) à l’époque romaine, on était payé au poids et non en valeur avec des « as » petites pièces de cuivre. Quand on recevait beaucoup d’as, on était donc très riche. 

Publié dans:QUESTION |on 7 mars, 2010 |Pas de commentaires »
1234

Ni OUI ni NON |
elevator |
freressuricate |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | titinou
| Rakipedia™
| toute en humour