Archive pour la catégorie ''

Il fait beau aujourd’hui

 

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000quote-you-have-to-believe-in-happiness-or-happiness-never-comes-douglas-malloch-59-16-09

Il fait beau aujourd’hui

Bien sûr que la vie est remplie de misères,
Je n’ai jamais dit le contraire.
Je sais que j’en ai eu ma part à éteindre
Et que j’ai mille raisons de me plaindre.
Contre moi vents et orages se sont unis;
Et combien de fois le ciel a été gris !
Les épines et les ronces m’ont piqué,
À gauche, à droite, et ailleurs aussi.
Mais, pour dire toute la vérité,
Fait-il assez beau aujourd’hui !

À quoi sert de toujours brailler
Et de rabâcher les soucis d’hier ?
À quoi sert de ressasser le passé
Et, au printemps, de parler de l’hiver ?
Un chacun doit avoir ses tribulations
Et mettre de l’eau dans son vin.
La vie n’est certes constante célébration.
Des soucis ? Bien sûr, j’ai eu les miens.
Mais il faut bien le voir aussi :
Il fait diablement beau aujourd’hui !

C’est aujourd’hui que je vis,
Et non pas il y a un mois.
T’en as, t’en as pas, tu donnes et tu prends
Selon qu’en décide le moment.
Hier, un nuage de chagrin
A bien assombri mon chemin.
Demain, il pleuvra peut-être
À casser les carreaux de fenêtres,
Mais faut le dire, puisque c’est ainsi :
Fait-il assez beau aujourd’hui !

Douglas Malloch

Le passeur de messages

 

Illustration de Vladimir Kush

Illustration de Vladimir Kush

Je passe dans la vie des gens,

J’y reste un certain temps,

Et un jour je comprends,

que je dois en  partir.

 

 

Les laisser pour aller ailleurs,

Là où mon destin m’attend,

Pour y délivrer un message,

Qui sera entendu ou pas.

 

 

Je suis un passeur,

Qui ne doit pas s’attacher,

Mais semer ici et là,

Des idées pour avancer.

 

 

Vous que j’ai quittés sans explication,

ne m’en veuillez  pas, j’avais mes raisons

qu’il n’est pas utile  d’expliquer ici,

continuez sur le chemin que vous avez choisi.

 

 

Yaël

Ou l’amour va-t-il se nicher ?

 

animaux élégance12924400_1020516464702567_6808079265974876698_n

Monsieur crapaud sur un nénuphar perché,

Jouait du violon un beau  jour de printemps,

Miss grenouille écoutait enchantée,

La mélodie qui s’échappait de l’instrument.

 

Le temps était-il venu de convoler en justes noces ?

Ou bien n’était-ce qu’un rêve apporté par le vent ?

Nul ne pouvait répondre  en ce printemps précoce,

Le cours d’eau emportant les mots en dérivant.

 

Qu’auriez vous fait à la place de la belle ?

Passé votre chemin ou répondu à l’appel ?

L’histoire ne dit pas ce qui s’est passé,

Espérons seulement qu’ils se sont aimés.

Yaël

Les fins heureuses

 

 

 J’ai trouvé cette histoire sur FB. Facebook est tout ce que l’on veut mais surtout FB est ce que l’on en fait.

 

 

Matin Magique a partagé l’article de Renée Charron.

22 h · 

Ma soeur Renée a écrit cette nouvelle, une fiction inspirée de son histoire. C’est beau à en donner des frissons… Un véritable délice pour le coeur et l’âme.

J’avais envie de la partager avec vous.

Bonne lecture!

 

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000010849004-Cute-Halloween-dessin-Chat-noir-dans-le-ciel-de-nuit-et-la-lune-Cartoon--Banque-d'images

L’espoir est comme un félin qui se glisse par une chatière dans l’antre d’une maison, un soir d’automne. Il a besoin d’être nourri, entretenu et réchauffé. Sinon il repartira, laissant pantois l’habitant du lieu.

Hélène avait un chat, et c’était l’automne dans son petit trois et demi de Montréal. Le jour, elle observait le soleil qui jouait sur les feuilles roussies, les illuminant comme des joyaux qui se détachaient un à un sous le vent. Et le soir, elle allumait une chandelle en écoutant la musique de Fred Pellerin.

Le courage ce n’est pas de frapper dans le vent, c’est parfois de se rouler dans une chaude couverture avec son chat et d’entretenir la vision d’une lumière qui viendra.

C’était la tempête, il y a peu, dans le corps entier d’Hélène. Elle a vu et entendu le seigneur et ses anges, mais le diable aussi. Et quand le médecin lui a dit que rien n’était vrai, qu’elle avait vécu une psychose, elle ne l’a pas cru.

Aujourd’hui, elle sait, mais la psychose ne lui a rien laissé. Rien à part un petit bout de chat, et peu de moyens pour le nourrir. Un petit bout de chat et un rêve…

La suite ici : https://www.facebook.com/notes/ren%C3%A9e-charron/les-fins-heureuses/1019726244772208

et si pour une fois on disait : MERCI

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000dwarf

Je ne sais pas si c’est  un trait de caractère, mais dans cette belle France que j’aime, les habitants sont toujours entrain de se plaindre de tout et de tous.

-C’est toujours de la faute des autres,

-les coupables sont toujours ailleurs,

- jamais ils ne se demandent s’ils n’ont pas une part de responsabilité dans ce qui arrive  pourtant :

S’ils étaient patron, seraient-ils meilleurs que le leur ?

S’ils étaient au gouvernement, seraient ils plus efficaces que ceux qui sont en place ?

Et puis, ce gouvernement qui les déçoit tant, n’est ce pas eux qui l’ont mis en place ?

Et si pour une fois  on regardait les choses par l’autre bout de la lorgnette

Et si on remerciait, plutôt que de critiquer :

 00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000290f961b

 

Je suis reconnaissante

À l’adolescent qui se plaint de la vaisselle à faire,

puisque ça veut dire qu’il est à la maison et non dans la rue…

Aux impôts que je paie, puisque ça veut dire que j’ai un emploi…

Au ménage à faire après une soirée puisque ça veut dire que j’étais entourée d’amis…

À mes vêtements qui sont justes et un peu trop serrés,

puisque ça veut dire que je mange à ma faim…

À mon ombre qui veille sur moi au travail, puisque ça veut dire que je suis en pleine lumière…

À la pelouse qui a besoin d’être tondue, aux fenêtres à nettoyer et aux planchers à laver, puisque ça veut dire que j’ai un toit…

Aux plaintes faites à nos gouvernements, puisque ça veut dire que nous avons la liberté d’expression…

 spiritualitéimg0

Comment vous dire cela ?

 

FEMMES BELLES

Je suis une femme, je l’ai toujours été et je n’en ressens ni honte ni gloire car c’est tout simplement ainsi que je suis née, je n’ai rien fait, ni contre ni pour cela donc, je n’ai pas à m’en excuser ni à m’en prévaloir.

Mais lorsque je me suis posée la question de savoir si j’aurais préféré être un homme,  la réponse a fusé et c’était un  « NON » sans équivoque.

Je sais aussi qu’il y a un sujet qui n’a toujours pas trouvé de solution souhaitée à savoir : égalité  entre les deux sexes et parité.

Ces questions m’étonneront toujours car je n’ai jamais éprouvé le besoin de me les poser,  partant du principe que femmes et hommes ne sont pas semblables mais complémentaires et c’est en cela que le rôle de chacun est intéressant.

J’ai été une « travailleuse » et la seule chose qui m’intéressait était, non pas de savoir si je gagnais autant que mon collègue masculin mais si ce que je recevais me permettait de faire face à mes obligations.

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000le-guide-du-parfait-gentleman

J’ai toujours aimé la galanterie, le savoir-vivre, la douceur et protection qu’un  homme pouvait me manifester, autant de choses auxquelles j’aurais dû renoncer si j’avais voulu le « fifty-fifty ».

femme et homme du monde Joana Choumali10923605_885609381460555_8168550221346788869_n

Aujourd’hui, journée mondiale de la femme mais de quelle femme parle-t-on ? Je me pose la question.

femmes et homme du monde bohême12705576_819726604820978_7000260018295023929_n

De belles images pour illustrer ce propos, les seules qui, à mes yeux, prouvent que la femme est belle  quand elle est vraie et se montre  telle qu’elle est.

femmes et hommes du monde12647234_1274618839231164_1358785282851374522_n

Yaël

Prends ma main, ne la lâche pas.

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000012715529_1702946549948274_7571497248227149579_n

Prends ma main. Ne la lâche pas. 
J’écouterai ce que tu as à me dire. Si tu préfères te taire, j’écouterai ton silence. 
Si tu ris, je rirai avec toi, mais jamais de toi. 
Si tu es triste, j’essaierai de te consoler. Je ferai pour toi des bouquets de soleil. 
J’allumerai des feux de joie là où chacun ne voyait plus que des cendres. 
Si je n’ai qu’une rose, je te la donnerai. Si je n’ai qu’un chardon, je le garderai pour moi. 
Je te donnerai ce qui te plaît, ce qui te rassure le plus, ce que je possède. Si je ne le possède pas, j’essaierai de l’acquérir.
Donne-moi la main. Nous irons où tu voudras. Je te ferai entendre la musique que j’aime. Si tu ne l’aimes pas, j’écouterai la tienne. J’essaierai de l’aimer.

Je t’apprendrai ce que je sais, c’est peu. Tu m’apprendras ce que tu sais. C’est beaucoup. 
Prends ma main. Cinq doigts refermés autour des nôtres, c’est le plus beau cadeau du monde. Cela nous préserve de la peur, de l’abandon, du doute. 

Une main offerte, c’est un nouveau monde. Deux bras ouverts, c’est le miracle. 
Je te prêterai un peu de ma folie. Enseigne-moi un peu de ta sagesse. Un peu, mais pas trop. 
Quand tu me verras raisonnable, si je le deviens jamais, rends-moi, s’il te plaît, un peu de ma folie. 
Efface de ma vie les gestes inutiles, les gestes sans amour. Il n’y a plus de gestes inutiles quand ils servent à la joie. 
Tu es toi. Je suis ce que je suis. 

Je ne troublerai pas ta musique intérieure. Ne dis pas que je fais des fausses notes si je ne pense pas comme toi. Mettons notre orgueil sur la paille. Tâchons d’apprendre l’humilité. Qu’importe les mots ! L’essentiel est bien au-delà des formules. 
Ce que je t’offre aujourd’hui, c’est quelque chose que ni le temps, ni les rides, ni les infirmités ne pourront abîmer. C’est mon cadeau à moi, le seul que je puisse t’offrir, le seul que tu attends peut-être. C’est le don de ceux qui ne peuvent vivre sans aimer.

Prends ma main. Apprenons en ce jour le chemin qui mène à la tendresse.

.Simone Conduché

Publié dans:mes écrits et ceux des autres, talent |on 14 février, 2016 |2 Commentaires »

Merci la vie

 

 

Arbor§Sens

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000Mercilavie

Merci la vie

Merci la vie de m’avoir fait naître 
dans une famille au mal-être; 
non désirée, non surveillée 
et plutôt mal aimée; 
j’ai ainsi appris: 
qu’importe ma vie, 
aimer n’est pas obligatoire 
à chacun son histoire; 
j’ai appris à l’accepter, pour me libérer 
de cet immense besoin d’être aimée…

Merci ma mère de m’avoir laissé faire 
seule, sans vrais repères 
juste libre, et me voir naître 
à la vraie vie, celle des maîtres 
qui n’ont pas besoin de se soumettre.

Merci mon amie de m’avoir dit merci, 
d’avoir préservé ta vie, que j’avais trop envahie; 
j’ai ainsi appris; qu’en amitié aussi 
tout n’est pas permis.

Merci à mon mari de m’avoir dit :  » C’est fini ! «  
je ne t’aime plus, j’ai plus envie «  
j’ai ainsi appris 
que l’amour n’est jamais acquis, 
qu’il faut le conquérir, ou le laisser partir.

Merci la vie de m’avoir faite fragile 
avec une santé peu docile; 
je peux ainsi apprécier pleinement 
chaque minute, chaque instant.

Merci la vie pour tous ces combats; 
j’ai appris à ne pas baisser les bras, 
on peut tout perdre d’un coup 
mais l’accepter, quels que soient les coups.

Aujourd’hui je me sens sereine, 
posée, souveraine, 
sans ressentiment ni haine 
juste vivante…. et j’aime !

Auteur : Thérèse Chenevière

Demain, dès l’aube, je partirai

 

fenètre demain dès l'aube1655843_722240674496130_1878625728727914722_n

 

Demain, dès l’aube…

 

Demain, dès l’aube, à l’heure où blanchit la campagne,
Je partirai. Vois-tu, je sais que tu m’attends.
J’irai par la forêt, j’irai par la montagne.
Je ne puis demeurer loin de toi plus longtemps.

Je marcherai les yeux fixés sur mes pensées,
Sans rien voir au dehors, sans entendre aucun bruit,
Seul, inconnu, le dos courbé, les mains croisées,
Triste, et le jour pour moi sera comme la nuit.

Je ne regarderai ni l’or du soir qui tombe,
Ni les voiles au loin descendant vers Harfleur,
Et quand j’arriverai, je mettrai sur ta tombe
Un bouquet de houx vert et de bruyère en fleur.

Victor Hugo, extrait du recueil «Les Contemplations»

Publié dans:mes écrits et ceux des autres |on 16 janvier, 2016 |Pas de commentaires »

le train de la vie

 

Trouvé suer FB

L’Ame agit de l’Uni-Vers

 

  voyage 12342540_1080985805266911_3715876809621291549_n

Le train de la vie

La vie est comme un voyage dans un train: 
on monte et on descend, il y a des accidents, 
à certains arrêts, il y a des surprises 
et à d’autres, il y a une profonde tristesse.

Quand on naît et qu’on monte dans le train, 
nous rencontrons des personnes et nous croyons 
qu’elles resteront avec nous pendant tout le voyage: 
ce sont nos parents!

Malheureusement la vérité est toute autre.

Eux, ils descendent dans une gare 
et ils nous laissent sans leur amour et leur affection, 
sans leur amitié et leur compagnie.

En tous cas, il y a d’autres personnes qui montent dans le train 
et qui seront pour nous très importantes

Ce sont nos frères et nos soeurs, 
nos amis et toutes les personnes merveilleuses que nous aimons.

Certaines considèrent le voyage comme un petite promenade.
D’autres ne trouvent que de la tristesse pendant leur voyage.
Il y a d’autres personnes toujours présentes 
et toujours prêtes à aider ceux qui en ont besoin. 

Certains quand ils descendent laissent une nostalgie pour toujours…
D’autres montent et descendent tout de suite 
et nous avons tout juste le temps de les croiser…

Nous sommes surpris que certains passagers 
que nous aimons, s’assoient dans un autre wagon 
et  pendant ce temps, nous laissent voyager seul.

Naturellement, personne peut nous empêcher 
de les chercher partout dans le train.

Parfois malheureusement nous ne pouvons pas
nous asseoir à côté d’eux car la place est déjà prise.

Ce n’est pas grave…le voyage est comme ça: 
plein de défis, de rêves, d’espoirs, d’adieux….mais sans retour.

Essayons de faire le voyage de la meilleure façon possible.

Essayons de comprendre nos voisins de voyage 
et cherchons le meilleur en chacun d’eux.

Rappelons-nous qu’à chaque moment du voyage,
un de nos compagnons peut vaciller 
et peut avoir besoin de notre compréhension.

Nous aussi pouvons vaciller et il y aura toujours 
quelqu’un pour nous comprendre.
Le grand mystère du voyage est que nous ne savons pas 
quand on descendra du train pour toujours, 
Nous ne savons pas non plus 
quand nos compagnons de voyage feront la même chose. 

Même pas celui qui est assis juste à côté de nous.

Moi je pense que je serai triste de quitter le train….j’en suis sûr!
La séparation avec tous les amis que j’ai rencontrés dans le train 
sera douloureuse, laisser mes proches seuls sera très triste. 

Mais je suis sûr qu’un jour ou l’autre j’arriverai à la gare centrale 
et je les reverrai tous arriver avec un bagage 
qu’ils n’avaient pas quand il sont montés dans le train.

Par contre je serai heureux d’avoir contribué 
à augmenter et enrichir leur bagage

Nous tous mes amis, faisons tout le possible 
pour faire un bon voyage et essayons de laisser 
un bon souvenir de nous au moment 
où nous descendrons du train.

A ceux qui font partie de mon train, je souhaite un
BON VOYAGE!

 

Publié dans:émotion, mes écrits et ceux des autres |on 26 décembre, 2015 |Pas de commentaires »
12345...16

Ni OUI ni NON |
elevator |
freressuricate |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | titinou
| Rakipedia™
| toute en humour