Archive pour la catégorie 'les évènement qui font l’histoire'

Un peu d’histoire – Qui était Calvin ?

 

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000Calvinmaxi

21 mai 1536

Genève passe à la Réforme avec Calvin

Le 21 mai 1536, à Genève, le Conseil des Deux Cents se prononce en faveur de laRéformation religieuse à l’instigation de Calvin (ou Jean Cauvin). La petite république urbaine va dès lors devenir le siège européen du calvinisme, la forme la plus rigoureuse du protestantisme.

Calvin va développer une activité insatiable de sorte qu’à sa mort, le 27 mai 1564, à 54 ans seulement, on comptera déjà dans le monde davantage de calvinistes que de luthériens.

La suite ici  https://www.herodote.net/21_mai_1536-evenement-15360521.php

 

 

“Mourir jeune ? Non, je ne voulais pas!”

 0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000003851707224

“Mourir jeune ? Non, je ne voulais pas!” – Hannah Senesh (1921-1943)

Héros israéliens d’hier et d’aujourd’hui

Tout le monde connaît la chanson tirée du fameux poème “Eli, Eli” de Hannah Senesh, l’ héroïne parachutée en Yougoslavie pour organiser la résistance au sein des communautés juives pour le compte du Palma’h, capturée et exécutée à l’âge de 23 ans par les nazis.

Dans un autre poème écrit en mai 1942 à Nahalal, elle écrit avec une sorte de prescience, qu’on retrouve souvent dans les chansons écrites par des soldats israéliens morts au champ d’honneur, qu’elle ne veut pas mourir jeune…

Je dédie cette traduction à toutes les familles endeuillées des soldats israéliens francophones qui se sont rendues la semaine dernière sur la tombe de leurs chers disparus et pour qui le deuil ne s’est pas arrêté le soir de Yom Hazikaron, car il ne prend jamais fin.  Pierre Lurçat

 

“Mourir?

Mourir… jeune… Mourir… Non, non je ne voulais pas…

J’aimais le soleil chaud

La lumière, le chant, l’étincelle d’un regard,

Et je ne voulais ni la destruction ni la guerre.

Non. Je ne voulais pas.

Mais si je suis condamnée aujourd’hui à vivre

dans l’effusion de sang, dans la terrible destruction,

Je dis : Béni soit Dieu pour le privilège,

de vivre, et pour celui de mourir, quand l’heure sera venue,,

Sur ta terre, ô mon pays, ô ma patrie”.

 

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000004158580938

  Pour en savoir plus sur Hannah Senesh : Lire le beau livre que lui a consacré la journaliste Martine Gozlan, dont sont extraites les lignes suivantes : Née à Budapest en 1921, éprise de littérature, Hannah Szenes émigre en Palestine en 1938 pour y mener la dure vie des pionniers dans un kibboutz de Césarée. À 23 ans, elle se porte volontaire pour sauter au-dessus de la Yougoslavie, au sein des commandos juifs enrôlés dans le SOE britannique, afin de prêter main forte à la résistance juive en Hongrie. Capturée, torturée, elle sera fusillée par les nazis dans sa ville natale, le 7 novembre 1944.   http://vudejerusalem.20minutes-blogs.fr/archive/2016/05/15/mourir-jeune-non-je-ne-voulais-pas-hannah-senesh-1921-1943-928723.html

chaque jour une citation trouvée dans le « Talmud »

 

 

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000Talmud

 

Au début de notre ère, le Talmud, (Mishnah seulement) était enseigné verbalement par nos rabbins. Rien n’était écrit.

Au IIème siècle, quelques rabbins prirent la responsabilité de recueillir et de rassembler ces commentaires verbaux et d’en faire des livres. L’idée vient de Rabbi Akiba vers l’an 135, sous l’empire d’Adrien.

 

 

Une nouvelle citation talmudique pour réfléchir ;

 

« C’est un opprobre pour le lion de pleurer face au renard »

Poupées de laine

 

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000da52246e1f772365859e0c1aa2798f5df0004250diaporama480x270

 

Des centaines de soldats de la Première Guerre mondiale en laine, fabriquées par des tricoteuses à Roubaix, dans le nord de la France, le 5 juillet 2014

 

Des kilomètres de fil pour habiller une armée de 750 petits soldats en laine

Depuis début janvier, 600 tricoteuses et un tricoteur, qui ont répondu présent dans le monde entier, croisent leurs aiguilles pour raconter la Grande Guerre et ses ravages, avant une exposition à La Piscine de Roubaix (Nord).

Derrière cet ambitieux projet nommé « Wool War One », Anna, petit bout de femme d’une quarantaine d’années originaire de la banlieue lilloise: elle s’illustre depuis mai 2011 et l’affaire DSK, à New York, en tricotant des personnages représentant des vedettes de l’actualité, accompagnés de textes caustiques, pour son blog « Délit Maille ».

Quand le musée La Piscine lui donne carte blanche pour réaliser une exposition avec de petits bonhommes de laine sur le thème de la guerre, Anna hésite, de « peur qu’il y ait un décalage entre la gravité du sujet traité et le caractère un peu dérisoire du tricot ».

La suite ci-dessous :

http://www.linternaute.com/actualite/depeche/afp/4374/1312616/une_armee_de_soldats_en_laine_pour_raconter_la_grande_guerre.shtml?een=5597096a05af1f8aee854432dd0c5ded&utm_source=greenarrow&utm_medium=mail&utm_campaign=ml287_speciale

Aujourd’hui : « La fée du robinet »

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000e39722be-0d39-44e1-bd3e-6e2be1c319b8

Où l’on fait la connaissance d’un mécène très porté sur l’eau de source.

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000b9b708e1-9bbd-4c29-b97b-b341af2f7a4c 

En flânant dans Paris, on peut facilement tomber sur l’une d’entre elles. Ces fontaines vert sapin sont devenues célèbres sous le nom de “fontaines Wallace”. Leur présence est si familière qu’elles en deviennent invisibles…
Que font ces fontaines au nom anglais dans les rues de la capitale ?

Il faut remonter à la fin du XIXe siècle. En 1871, Paris se relève péniblement d’une défaite contre la Prusse et d’une guerre civile, la Commune.
Ces deux événements historiques violents ont privé la capitale d’eau potable.

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000Sir_Richard_Wallace

Le Sir anglais Richard Wallace, présent à Paris dans ces moments difficiles, a été marqué par cette terrible pénurie… Le philanthrope décide d’offrir à la ville un beau cadeau : cinquante fontaines d’eau potable, qu’il finance en intégralité !

Grand amateur d’art et esthète, Sir Wallace veille au moindre détail. Il dessine lui-même le modèle, puis en confie la réalisation au sculpteur Lebourg.
Les fontaines se distinguent par quatre cariatides, des femmes-colonnes gracieuses entourant le filet d’eau.

En 1872, la toute première “fontaine Wallace” est installée boulevard de la Villette. Et elle est immédiatement adoptée par les Parisiens ! Surnommée « la brasserie des quatre femmes », chaque fontaine comporte de petits gobelets d’étain retenus par une chaînette.

Cet accès à l’eau devient bien vite un lieu de rencontre. Les Parisiens viennent y discuter, partager leurs idées et surtout, les gobelets en étain !

Aujourd’hui, les gobelets ont disparu pour des raisons d’hygiène mais l’eau est toujours potable. Les fontaines ont essaimé dans le pays et se sont exportées à travers le monde.

Certains particuliers sont même allés jusqu’à en installer dans leur propre jardin !

De L’ART pour PRENDRE CONSCIENCE !!!

 

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000éducation-humaniste

 

Je plussoie comme il se doit !!!

Le sujet est difficile mais important, nous pouvons évoluer oui !!!

https://www.facebook.com/1424079754498267/videos/1698897143683192/ 

Les mystères initiatiques Gaulois

 

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000Vercingetorix-jette-ses-armes-aux-pieds-de-Jules-César-Lionel-Royer-1852-1926-Wikimedia-312x200

 

Lorsqu’en 47 avant J.C. Jules César prit la ville d’Alésia, il porta un coup fatal aux grands mystères de la Gaule……….

La suite ici : http://www.guillaume-delaage.com/les-mysteres-initiatiques-gaulois/  

Le mystère des trous en spirale géants du Pérou vient d’être enfin résolu par la science

 00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000Nazca-Puquios-and-Aqueduct-system-peru-south-america

Par Clément P.

Au Pérou, dans le désert de Nasca, les archéologues travaillent depuis des années pour dater et comprendre à quoi servaient auparavant les Puquios, ces trous en spirale creusés dans le sol. Mais grâce aux photographies prises en haute définition depuis les satellites, des scientifiques ont enfin percé le mystère de ces constructions étranges. Et leur utilisation est bien plus impressionnante que tout ce à quoi on pouvait s’attendre ! On vous dit tout.

La suite ici : http://www.demotivateur.fr/article/perou-l-un-des-plus-grands-mysteres-archeologiques-de-l-histoire-enfin-perce-a-jour–5532

Proverbes du Talmud – Andrée Geulen juste parmi les nations

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000012814195_473632162827776_6165059836390941579_n

HISTOIRE EXCEPTIONNELLE D’UNE JUSTE
MÉCONNUE : TEXTE À LIRE ET À PARTAGER

Andrée Geulen est une citoyenne belge qui a sauvé des centaines d’enfants juifs durant la Seconde Guerre mondiale.

En 1942, Andrée avait 20 ans et travaillait comme enseignante dans une école primaire à Bruxelles. Un jour, elle arriva sur son lieu de travail et découvrit que ses élèves juifs portaient une étoile jaune cousue à leurs vêtements. Elle fut horrifiée. Andrée ne s’intéressait pas à la politique et jusque là, elle n’avait porté que très peu d’attention à l’antisémitisme grandissant autour d’elle.
Cependant, lorsqu’elle fut confrontée à l’humiliation de ses propres élèves, elle réalisa qu’il était temps d’agir. Elle demanda à tous les enfants de sa classe de porter des blouses par-dessus leurs vêtements, tous les jours et ce durant le reste de l’année scolaire, afin de dissimuler les étoiles jaunes des juifs.

A l’époque, le Comité de Défense des Juifs, une organisation clandestine de la résistance, se donnait pour mission de chercher des endroits pour cacher les enfants juifs en Belgique. Ida Sterno, membre du Comité, avait besoin d’un partenaire non-juif pour l’aider à conduire les enfants vers leur cachette. Elle rencontra Andrée, qui se porta immédiatement volontaire pour lui prêter main-forte.
L’enseignante quitta donc son domicile familial et commença à enseigner à l’internat Gatti de Gamond. La directrice de l’école, Odile Ovart, y cacha notamment 12 étudiants juifs.
En 1943, l’école fut envahie au milieu de la nuit par les allemands. L’identité de chacun des étudiants fut vérifiée, et les juifs furent tous emmenés. Andrée ne cacha pas sa colère ; et lorsqu’un soldat nazi lui demanda si elle n’avait pas honte d’enseigner à des juifs, elle répondit « Et vous, vous n’avez pas honte de terroriser des enfants ? » La directrice Odile Ovart et son mari furent arrêtés cette nuit-là et envoyés en camp de concentration en Allemagne, où ils trouvèrent la mort tous les 2.

Andrée était déterminée à continuer le combat au nom des enfants. Elle déménagea avec Ida Sterno et vécut sous un faux nom. Le relai avec des organismes de sauvetage se faisait par le biais de notes laissées dans une boutique d’Antiquités. Pendant plus de 2 ans, elle recueillit des enfants juifs et les envoya dans des familles chrétiennes et monastères. Elle leur rendait aussi visite régulièrement pour voir comment ils se portaient. Elle dit ainsi « Je pleure encore quand je repense à toutes les fois où j’ai dû enlever des jeunes de 2-3 ans à leurs parents, sans pouvoir dire à ces derniers où est ce que j’emmenais leur enfant. »

Andrée tenait des archives détaillées des noms de naissance et des fausses identités de chaque enfant. La plupart d’entre eux ne revirent jamais leurs parents. Ida Sterno fut arrêtée en 1944, mais Andrée se fit discrète et continua à sauver des petits. Après la libération, elle travailla sans relâche pour réunir les familles ; elle trouva les parents ayant survécu à la guerre et leur rendit leurs enfants qu’elle avait cachés.

Andrée garde contact avec ses protégés et n’oublie aucun détail de leur histoire. En 1989, elle fut reconnue comme Juste parmi les nations et reçut plus tard la nationalité israélienne à titre honorifique lors d’une cérémonie à Yad Vashem. Aujourd’hui elle est âgée de 94 ans et vit toujours à Bruxelles.

Rejoignez-nous ☛ Proverbes du Talmud

Le moyen-âge comme vous ne l’avez jamais vu

 

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000photo_image_moyenage

Dans le Languedoc-Roussillon, les plafonds peints de grandes demeures médiévales sont tirés de l’oubli, voire sauvés de la destruction, grâce à une poignée d’historiens. En marge des manuscrits et de l’architecture, jusqu’alors principales références du Moyen Âge,  elles apportent un regard neuf sur la vie quotidienne à la fin du XVe siècle, avec des citadins qui semblaient beaucoup aimer s’entourer d’images… Lire aussi notre article « Les plafonds polissons du Moyen Âge », dans le Journal du CNRS n°269.

https://lejournal.cnrs.fr/videos/le-moyen-age-comme-vous-ne-lavez-jamais-vu

12345...22

Ni OUI ni NON |
elevator |
freressuricate |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | titinou
| Rakipedia™
| toute en humour