Les dernières poupées de France

 

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000Poupees-Petitcollin

Petitcollin : les dernières poupées de France
à Étain, dans la Meuse

A Étain, dans la Meuse, l’usine de poupées Petitcollin a des allures de survivante. Haut de gamme et originalité lui permettent d’être la dernière fabrique de poupées en France et de résister au raz-de-marée de jouets made in China.

Les poupées traditionnelles des années 50 et 60 sont toujours fabriquées selon les méthodes de l’époque. Aujourd’hui, ce sont 30 000 poupées qui sortent de l’atelier meusien ; machines et moules ancestraux toujours en action. Assise devant une petite table en bois, Linda habille le baigneur série limitée des Poilus, destiné au musée. « Je joue à la poupée », lance-t-elle tout sourire, rayonnante dans une usine pourtant sombre et vieillotte. « J’adore mon métier. » Elle fait partie des cinq salariés à plein-temps qui tournent sur tous les postes. On est loin de la ruche des années 60 et ses mille ouvrières.

Assemblage, pose des cheveux, des yeux, décors au pistolet, habillage. Création et fabrication des vêtements sont soignées. Chaque année, 20 000 poupées habillées, 50 000 pièces assemblées, des collections tenues secrètes avec stylistes extérieurs et deux couturières à domicile. « Mais ça ne suffit pas », admet Yvan Lacroix, directeur du site. « D’où notre sous-traitance en Tunisie pour les pièces les plus simples. Certains modèles sont aussi compliqués à assembler que de la lingerie fine. »

La suite ici : http://www.france-pittoresque.com/spip.php?article13121

Publié dans : les évènement qui font l'histoire |le 28 janvier, 2016 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Ni OUI ni NON |
elevator |
freressuricate |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | titinou
| Rakipedia™
| toute en humour