Petite histoire de la pilule

 

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000001-pilule004Ancien pilulier allemand

Le mot pilule a d’innombrables synonymes. Et d’abord le plus ancien, qui est peut-être « trochisque », mot d’origine grecque qui marque la forme sphérique : Oribase, au VIsiècle, en signale plusieurs sortes. Au Moyen-âge, on en absorbe d’apéritifs, d’altérants, de purgatifs, de confortants, mais les plus célèbres sont trochisques de vipères, sortes de concentrés de thériaque en boulettes qu’on faisait sécher à l’air et que Venise exportait dans l’Europe entière. Le fameux Mésué ayant décrit les trochisques comme des « pilules sublingues » qu’on doit faire fondre dans la bouche, nous en pourrons conclure qu’à son époque, et aussi postérieurement, cette forme pharmaceutique correspond aux « pâtes » du XX° siècle. A partir du XVIII° siècle, il n’y a plus guère que les charlatans pour « cacher, comme dit l’Encyclopédie, sous ce voile, la violence et l’acrimonie de leurs préparations infernales ».

Les véritables  ancêtres de nos pilules seraient plutôt les catapotia, -encore un mot grec, et qui désigne de façon précise ce qu’on avale d’un coup. Pilula est au contraire un mot latin, dérivé de pila, petite balle. Mais les Grecs employaient encore le mot trachema (de trakeïn, manger) dont nous avons fait dragée, et les Romains disaient aussirotulae, placentulae, orbes, orbiculi, pastilli. Comme Mésué, comme tous les Arabes, Rhazès recommande de dessécher les sucs d’herbes, d’en former des robs, ou un magdaléon (pâte pétrie de bonne conservation), qu’on divisera au fur et à mesure des besoins en pilules, en prenant soin d’enrober dans du plantain celles qui auraient trop mauvais goût. En effet, la véritable raison d’être des pilules, à des époques où on ne savait guère les doser, c’était de faciliter l’absorption de médicaments désagréables au goût. Autrefois comme aujourd’hui, le malade l’envoyait promptement dans son estomac ainsi qu’en témoigne cette sentence cueillie dans l’album de Boming, apothicaire allemand du XVII° siècle : « Les injures sont comme les pilules : on doit les avaler, non les mâcher ».

La suite ici : http://www.shp-asso.org/index.php?PAGE=expositionpilule

Publié dans : le savez-vous ? |le 17 décembre, 2015 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Ni OUI ni NON |
elevator |
freressuricate |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | titinou
| Rakipedia™
| toute en humour