Archive pour octobre, 2015

L’arbre séphirotique

 

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000Arbre_SephirothColor

Les douze fruits de l’Arbre de vie

 

Publié le 28 octobre 2015par Manon

 

Il y a douze paires de nerfs et de ganglions dorsaux : douze branches qui produisent douze fruits par an. Ces douze fruits sont liés aux douze signes du zodiaque.

 

-Le premier fruit (le Bélier) rend l’homme actif, dynamique et décidé.

-Le second (le Taureau) donne une grande sensibilité, beaucoup de gentillesse et de bonté.

-Le troisième (les Gémeaux) pousse à l’étude, incite à s’intéresser à tout et à voyer.

-Le quatrième (le Cancer) donne une grande médiumnité pour capter les ondes et les présences les plus subtiles.

-Le cinquième (le Lion) inspire une grande noblesse et le courage nécessaire pour aider et sauver les autres.

-Le sixième (la Vierge) purifie et nettoie.

-Le septième (la Balance) donne la possibilité de s’unir à la cause divine et de rétablir en soi l’équilibre cosmique.

-Le huitième (le Scorpion) éclaire sur la mort et la vie de l’au-delà.

-Le neuvième (le Sagittaire) donne le goût des questions philosophiques et religieuses.

-Le dixième (le Capricorne) inspire la puissance, l’autorité pour dominer les autres et soi-même.

+Le onzième (le Verseau) donne le sens de l’universalité, de la fraternité entre les nations.

-Le douzième (les Poissons) pousse à se sacrifier, à supporter la souffrance et même à en voir le bon côté et s’en réjouir.

 

Voici les qualités des fruits de cet arbre de vie, qui n’est rien d’autre que l’Arbre séphirotique.

 

Source : Centres et corps subtils, Omraam Mikhaël Aïvanhov, Éditions Provesta, 1984.

Publié dans:mystique sagesse |on 31 octobre, 2015 |Pas de commentaires »

Lettre de Gabriel Garcia Marquez à ses amis

 

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000012187719_1059408427424649_2102095601776131733_n

Magnifique lettre que Gabriel Garcia Marquez avait écrit pour ses Amis…

 » Si pour un instant D-ieu oubliait que je suis une marionnette de chiffon et m’offrait un morceau de vie, je profiterais de ce temps du mieux que je pourrais.

Sans doute je ne dirais pas tout ce que je pense, mais je penserais tout ce que je dirais.

Je donnerais du prix aux choses, non pour ce qu’elles valent, mais pour ce qu’elles représentent.

Je dormirais peu, je rêverais plus, sachant qu’en fermant les yeux, à chaque minute nous perdons 60 secondes de lumière.

Je marcherais quand les autres s’arrêteraient, je me réveillerais quand les autres dormiraient.

Si D-ieu me faisait cadeau d’un morceau de vie, je m’habillerai simplement, je me coucherais à plat ventre au soleil, laissant à découvert pas seulement mon corps, mais aussi mon âme.

Aux hommes, je montrerais comment ils se trompent, quand ils pensent qu’ils cessent d’être amoureux parce qu’ils vieillissent, sans savoir qu’ils vieillissent quand ils cessent d’être amoureux !

A l’enfant je donnerais des ailes mais je le laisserais apprendre à voler tout seul.

Au vieillard je dirais que la mort ne vient pas avec la vieillesse mais seulement avec l’oubli.

J’ai appris tant de choses de vous les hommes… J’ai appris que tout le monde veut vivre en haut de la montagne, sans savoir que le vrai bonheur se trouve dans la manière d’y arriver.

J’ai appris que lorsqu’un nouveau-né serre pour la première fois, le doigt de son père, avec son petit poing, il le tient pour toujours.

J’ai appris qu’un homme doit uniquement baisser le regard pour aider un de ses semblables à se relever.

J’ai appris tant de choses de vous, mais à la vérité cela ne me servira pas à grand chose, si cela devait rester en moi, c’est que malheureusement je serais en train de mourir.

Dis toujours ce que tu ressens et fais toujours ce que tu penses.

Si je savais que c’est peut être aujourd’hui la dernière fois que je te vois dormir, je t’embrasserais très fort et je prierais pour pouvoir être le gardien de ton âme.

Si je savais que ce sont les derniers moments où je te vois, je te dirais « je t’aime » sans stupidement penser que tu le sais déjà.

Il y a toujours un lendemain et la vie nous donne souvent une autre possibilité pour faire les choses bien, mais au cas où elle se tromperait et c’est si c’est tout ce qui nous reste, je voudrais te dire combien je t’aime, que jamais je ne t’oublierais.
Le lendemain n’est sûr pour personne, ni pour les jeunes ni pour les vieux.

C’est peut être aujourd’hui que tu vois pour la dernière fois ceux que tu aimes. Pour cela, n’attends pas, ne perds pas de temps, fais le aujourd’hui, car peut être demain ne viendra jamais, tu regretteras toujours de n’avoir pas pris le temps pour un sourire, une embrassade, un baiser parce que tu étais trop occupé pour accéder à un de leur dernier désir.

Garde ceux que tu aimes prés de toi, dis leur à l’oreille combien tu as besoin d’eux, aime les et traite les bien, prends le temps pour leur dire ‘je regrette’ ‘pardonne-moi’ ‘s’il te plait’ ‘merci’ et tous les mots d’amour que tu connais.

Personne ne se souviendra de toi pour tes pensées secrètes.

Demande la force et la sagesse pour les exprimer.

Dis à tes amis et à ceux que tu aimes combien ils sont importants pour toi.
Envoie cette lettre à tous ceux que tu aimes, si tu ne le fais pas, demain sera comme aujourd’hui. Et si tu ne le fais pas cela n’a pas d’importance. Le moment sera passé.

Je vous dis au revoir avec beaucoup de tendresse. »

 

Extrait de L’Ame agit de l’Uni-Vers sur FB

comprendre le contenu de la torah

 

 000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000diablo_3_vision_prophétie

Quand on prend connaissance de ce que les érudits religieux juifs ont écrit pour expliquer les différents passages de la torah, on comprend alors que ce que l’on peut lire est souvent allégorique ou symbolique et de ce fait, il est inutile de prendre les écrits à la lettre car les explications se trouvent en dehors de l’entendement premier.

C’est aussi la raison pour laquelle il faut, à chaque fois que cela est possible,  être aidé dans cette lecture par un rabbin, versé dans la compréhension de la bible qui nous guidera à aller au-delà de la perception ordinaire.

 

Est il nécessaire de dire ici que tout ce qui  émane de personnes qui n’ont aucune religiosité et qui se contentent de critiquer avec des : si D-ieu existait….. »

n’a aucune valeur permettant d’avancer dans la réflexion car ces déclarations sont la preuve que ceux qui les émettent n’ont rien compris au contenu de leur lecture et à tous les messages qu’elle véhicule.

Ci-dessous, un site qui décrypte les messages que la bible nous offre et à nous ensuite d’en faire bon  usage. 

 Yaël 

http://www.lechelledejacob.com/parachat-lekh-lekha-5776-comment-une-minorite-peut-eclairer-toute-lhumanite/

Publié dans:mystique sagesse |on 29 octobre, 2015 |Pas de commentaires »

Animal Totem ~ La Libellule

 

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000010429386_10202386881293276_1322513435130217091_n-300x200

✣ Animal Totem ~ La Libellule ✣

La Libellule est généralement associée à la signification symbolique de la transformation.

Voici les significations courantes de cet animal totem:

• Changement et Transformation
• Adaptabilité
• Joie, légèreté d’être
• Symbole du domaine des émotions, invitation à aller plus profondément dans votre ressenti
• Être conscient des illusions et artifices, que ce soit extérieurement ou personnellement
• Connexion aux règnes des fées et aux esprits de la nature

Les Libellules commencent à se développer dans l’eau et vont ensuite dans l’air pour voler. Lorsque l’esprit de cet animal se présente dans votre vie, vous pourriez être appelé à vous transformer et à évoluer. Symbole de métamorphose et de transformation, elle inspire ceux qui l’ont comme totem à apporter les changements nécessaires à leur vie afin d’atteindre leur plein potentiel.

Lorsque l’esprit de cet animal se présente dans votre vie, c’est une indication que le temps d’un changement est venu. Tout comme la libellule change de couleur à mesure qu’elle grandit, vous pourriez être appelé à vivre différemment et à faire une nouvelle expérience de qui vous êtes.

Restez ouvert au déroulement de votre parcours personnel.

La suite ici : http://www.arcturius.org/chroniques/%E2%9C%A3-animal-totem-la-libellule-%E2%9C%A3/

 

 

Publié dans:animaux, mythes et légendes |on 28 octobre, 2015 |Pas de commentaires »

Prémonition

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000premonition13cover

 

Etienne s’est levé de bonne heure ne voulant pas être en retard à son travail. La veille, un nouveau directeur est arrivé et a été présenté à tous les employés. Ce qui ressort de cette première rencontre, c’est que le nouveau patron n’a pas l’air bien sympathique, d’ailleurs son discours a été des plus brefs mais pourtant chacun a senti ici et là comme des menaces à peine voilées.

 

Bien rasé, bien lavé, bien peigné, il pénètre dans la cuisine afin de se préparer son petit déjeuner sans lequel il n’est que la moitié d’un homme et c’est alors  que le drame arrive.

 

Une odeur étrange lui envahit les narines, des martèlements lui vrillent le cerveau, des voix parlent une langue qu’il ne connait pas, et semblent lui donner des ordres qu’il ne comprend pas. Il essaye de parler mais aucun son ne sort de sa gorge, il veut se déplacer, quitter cette cuisine inhospitalière mais il reste cloué sur place incapable de faire le moindre mouvement.

 

Les voix se font plus pressantes et semblent crier maintenant et il donnerait n’importe quoi pour exécuter les ordres qui lui sont hurlés et sortir de cette situation inexplicable.

 

Son cerveau lui, continue à fonctionner et il se dit qu’un sort lui a été jeté pour une faute commise mais laquelle ? Il a beau réfléchir, il ne trouve pas.

 

Oui bien sur il y avait bien cet argent qu’il avait emprunté à un de ses amis et qu’il n’avait toujours pas rendu, et puis ce petit mensonge grâce auquel il avait eu une promotion au détriment d’un de son collègue, Mathieu, mais ceci valait- il de se trouver dans une telle situation ?

 

Les voix sont devenues maintenant menaçantes et même s’il ne comprend toujours pas ce qu’on lui demande il sent qu’elles ont un rapport avec son examen de conscience et qu’elles ne le laisseront pas tranquille tant qu’il n’aura pas passer en revue toutes ses mauvaises actions.

 

Tout à coup les voix s’éteignent, les martèlements disparaissent, le calme  revient et il se retrouve hagard et hébété. Son regard accroche le réveil, il n’a plus que quelques minutes s’il veut attraper son autobus, alors le ventre vide il dévale les escaliers et se retrouve dans la rue. L’arrêt  se trouve à quelques mètres de son domicile,  voila  le bus  ! Il grimpe dedans, paie sa place et s’assoit espérant retrouver un peu de calme avant d’arriver au bureau.

 

Perdu dans ses pensées, il réalise tout à coup que le bus emprunte un chemin qu’il ne connaît pas. S’est il trompé de numéro ? non c’est impossible il cherche des yeux le contrôleur qui semble avoir disparu et le chauffeur aussi d’ailleurs car sa place est vide, l’engin se dirige seul vers…. un lieu inconnu.

 

Dans la rue, des gens vont et viennent mais il ne reconnaît aucune des personnes qu’il a l’habitude de croiser, d’ailleurs nul n’est monté dans le bus depuis qu’il s’y trouve et pour cause, il ne s’est arrêté nulle part.

 

Enfin après un temps indéfinissable, il se retrouve devant l’immeuble qui abrite son bureau et grimpe quatre à quatre les quelques marches qui le séparent de son lieu de travail.

 

Ses collègues sont déjà à leur poste et c’est tout juste s’ils lèvent les yeux à son arrivée alors que d’habitude ils le saluent gaiement. Installé devant son ordinateur il  n’arrive pas à se concentrer sur son travail, ses doigts courent machinalement sur son clavier, des chiffres et des tableaux de toutes sortes apparaissent sur son écran  mais il ne comprend pas ce qu’il doit en faire, il ne sait plus en quoi consiste son travail, il est perdu.

 

La journée a été très longue mais enfin il est dehors. Non il ne rentrera pas en bus, il va marcher, s’aérer un peu, remettre de l’ordre dans ses idées et puis, il doit bien se l’avouer, il craint de se retrouver dans son appartement et même s’il sait que c’est ridicule, il redoute  de retrouver les voix et les martèlements du matin et si cela arrivait, que ferait-il alors ?

 

Des voix lui parviennent on le secoue, on lui parle on lui demande d’ouvrir les yeux ; il voudrait bien mais il ne peut pas, il est comme attiré par les images qui il y a un instant composaient son monde, images qui s’estompent et disparaissent, le laissant hébété dans un tunnel obscur.

 

Une fois encore on s’affaire autour de lui, on l’ausculte, des voix d’homme donnent des ordres ; confusément il croit comprendre qu’il est dans un hôpital mais qu’y fait-il ? Comment est-il arrivé là ? A-t-il eu un accident ? bien sur que non puisqu’il y a encore quelques instants il était dans la rue. De plus il a l’impression d’être ligoté, entravé dans ses mouvements, il veut bouger mais  n’y arrive pas. Dans un effort désespéré, il a pu  dégager son bras, il faut qu’il se lève, il faut qu’il s’échappe de ce lieu maudit où il n’a rien à faire.

 

Son corps à fait un bruit sourd en arrivant au sol, il a ouvert les yeux, il regarde autour de lui, reconnaît sa chambre, son lit mais alors tout ceci n’était qu’un rêve ? Quel jour sommes-nous ? Quelle heure est-il ? C’est aujourd’hui que sera annoncée officiellement sa promotion, il ne peut pas rater cela !

 

Dans la cuisine qui fleure bon le café tout frais, il prépare ses toasts qui, pour la circonstance seront bien beurrés, pour une fois, pas de régime. Rasé de près, il porte le costume des grandes occasions, se regarde dans le miroir et content de lui,  il se dirige vers l’entrée, au passage attrape son pardessus, un dernier regard dans la psyché et le voilà dehors.

 

Le temps semble de la fête puisqu’un doux soleil  a fait son apparition, les oiseaux chantent dans les arbres qui bordent l’avenue, l’autobus arrive, il n’est qu’à moitié plein, les passagers lui sourient, certaines femmes  lancent même un regard admirateur dans sa direction, aujourd’hui, c’est vraiment « son » jour.

 

Au bureau, les secrétaires se sont surpassées et ont dressé de jolies tables  nappées de blanc, un chemin de fleurs les partage en deux  et sont placées ici et là des assiettes dans lesquelles les amuse-gueules attendent d’être dégustés. Ses collègues le reçoivent avec un grand sourire, tout est en place, la fête pourra commencer dès que le nouveau directeur apparaitra.

 

Le responsable a fait sont entrée et aujourd’hui il est tout sourire, Etienne a même l’impression que ceux-ci s’adressent en particulier à lui.

 

« A peine arrivé parmi vous, j’ai l’agréable mission d’annoncer la promotion de l’un d’entre vous, qui par son travail accompli avec zèle et intelligence, à montré ses capacités à gravir les échelons qui, s’il continue sur sa lancée, le conduiront à de très hautes fonctions dans notre société. Je ne vous ferai pas languir plus longtemps et je vous donne sans tarder le nom de l’heureux élu : MATHIEU ? nommé ce jour au poste de…….

 

Le bruit d’un corps qui tombe a fait se retourner toute l’assemblée, Etienne est à terre, il ouvre la bouche, veut parler et dans l’ambulance qui le transporte de toute urgence à l’hôpital le plus proche on peut l’entendre murmurer : Je ne m’appelle pas Mathieu, je suis Etienne celui qui………

 

Autour de lui on s’active, on l‘interpelle, on lui demande d’ouvrir les yeux mais à ce stade il sait que tout retour est impossible ; il est comme attiré vers la lumière qui brille au bout du tunnel dans lequel il se trouve,  et il s’enfonce lentement dans une atmosphère cotonneuse. Lui parvient encore un tout petit bruit, qui finit par cesser, l’électrocardiogramme est plat.

 

Etienne est parti pour l’endroit dont on ne revient jamais.

Yaël

Publié dans:mes écrits et ceux des autres |on 26 octobre, 2015 |2 Commentaires »

Il y en a pour tous les goûts

 

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000002181820-inline

L’évolution du maquillage à travers l’histoire

l’évolution de cet art à travers les siècles dans une vidéo haute en couleurs.

Du mono sourcil des déesses grecques aux joues rosées de Marie-Antoinette, retour en images sur ce que le maquillage a fait de mieux…et de pire !

http://www.medisite.fr/a-la-une-diapo-levolution-du-maquillage-a-travers-lhistoire.951600.2035.html

 

 

 

L’Essence de chacun des douze signes

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000011666040_1057716954260463_5810409686107145871_n (1)

 

L’Ame agit de l’Uni-Vers

Le Bélier libère une pulsion pour créer une nouvelle action.

Le Taureau stabilise ce qui existe et le fait croître.

Les Gémeaux expérimentent le jeu du miroir et de la dualité.

Le Cancer accueille, recueille, abrite et crée de nouvelles racines.

Le Lion rayonne la puissance de son affirmation (donner forme).

La Vierge mentalise analyse et réduit pour arriver à ce qui est juste

La Balance tend à concilier et réunit les opposés.

Le Scorpion transforme au point de mourir pour faire renaître à l’octave du Soi.

Le Sagittaire ouvre de nouveaux horizons et relie la Terre et le Ciel

Le Capricorne renonce au superflu pour parvenir à l’Essence-ciel.

Le Verseau libère des chaînes archaïques pour innover.

Les Poissons se fondent dans l’universalité de l’Amour inconditionnel.

Publié dans:mystique sagesse |on 25 octobre, 2015 |Pas de commentaires »

Sujet tabou : la mort

 

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000004d5312b3e0_Near-Death-Experience_Illustration

Voici un sujet des plus lourds mais qu’il faudrait arrêter d’éluder : LA MORT

 « Quelle bonne idée j’ai eue de vous promettre quelque chose sur un tel sujet d’autant plus difficile à aborder que depuis que le monde est monde il fait peur alors on l’occulte, et on pense que si on ne parle pas de lui, si on le laisse tranquille, il nous oubliera alors qu’on sait très bien qu’un jour viendra où il se rappellera à nous.

 Ce sujet est d’autant plus difficile à aborder que la religion et la philosophie se sont emparées de lui et qu’il existe parmi nous, les lettrés, les croyants, les sceptiques et les autres.

La suite ici : https://www.diariste.fr/journal/telavivcat/206395,sujet-tabou-la-mort.html

Publié dans:mystique sagesse |on 24 octobre, 2015 |Pas de commentaires »

Curiosités historiques et littéraires – les épices

 

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000Epices

 

Épices aromatiques pour stimuler
l’estomac et… rétribuer les juges !

(D’après « Curiosités historiques et littéraires », paru en 1897)

Selon Legrand d’Aussy, nos ancêtres avaient une véritable passion pour les assaisonnements forts, ce goût participant d’un principe d’hygiène : accoutumés à des nourritures très substantielles, qu’ils consommaient d’ailleurs avec l’appétit que donne l’habitude des grands exercices physiques, ils croyaient que leur estomac avait besoin d’être aidé dans ses fonctions par des stimulants. En outre, les épices pouvaient tenir lieu de rétribution des juges.

D’après ces idées, non seulement ils firent entrer beaucoup d’aromates dans leur nourriture, mais ils imaginèrent même d’employer le sucre pour les confire ou les envelopper, et de les manger ainsi, soit au dessert comme digestif, soit dans la journée comme corroborants. « Après les viandes, on sert chez les riches, pour faire la digestion, de l’anis, du fenouil et de la coriandre confits au sucre », rapportent les Triomphes de la noble Dame. Il y eut des dragées faites avec de la coriandre et du genièvre, qu’on appelait dragées de Saint-Roch, parce qu’on les croyait propres à préserver du mauvais air et de la peste. Quant au peuple, à qui ses facultés ne permettaient pas ces superfluités très coûteuses, vu le prix très élevé du sucre et des épices fines apportées d’Orient, il mangeait les épices indigènes sans aucune préparation.

la suite ci-dessous :

http://www.france-pittoresque.com/spip.php?article3518

Publié dans:le savez-vous ? |on 21 octobre, 2015 |Pas de commentaires »

L’humanité est à un tournant de son histoire

 

 bannière pour blog11825896_881697081913544_7382382009986331850_n

Autant il est facile de comprendre un événement lorsque celui-ci est passé et qu’on nous fournit toutes les explications pour le comprendre, livres d’histoires à l’appui, autant il est difficile de comprendre un événement non abouti, qui est en train de se produire et qui est le fruit de nombreux changements survenus durant des décennies.

-Qui ne sait pas maintenant que notre monde est à bout de souffle ?-
-Qui ne sait pas que durant des siècles, nous avons pillés les ressources de notre terre ?
-Qui veut encore ignorer que l’homme est devenu un loup pour l’homme, ne respectant plus rien ni personne ?

Ici et là, se lèvent des gens, souvent sortis de l’anonymat, qui tentent d’alerter, de crier : « attention ! » mais qui les écoute ?

Pourtant, ce que la nature n’obtiendra pas avec notre accord, elle l’obtiendra de toutes façons car à force de la maltraiter, de l’épuiser elle s’élèvera contre nous et sa colère sera alors si forte que nous ne pourrons que subir son courroux sans rien pouvoir faire pour y résister car : « il sera trop tard »

Déjà les prémices de cette colère sont là : les tsunamis, les sécheresses, les inondations, auxquels il faut ajouter ceux provoqués par l’homme : les déraillements de trains, les accidents d’avions, de voitures, les effondrements de villages entiers, sans oublier les guerres, les fameux « printemps » de partout et nulle part qui se terminent dans le sang, dans le viol, dans l’horreur.

A moi qui parle si bien et si fort, on demandera : alors quoi faire et comment faire ? et je répondrai : je n’en sais rien car je n’ai pas de baguette magique mais ce que je sais, c’est que chacun, à son propre niveau, peut faire quelque chose, soit de façon isolée soit en groupe car si la bonne volonté se transforme en volonté, volonté de faire quelque chose, volonté de changer quelque chose, volonté d’agir pour quelque chose, l’idée qui sera en marche ne s’arrêtera pas.

Je peux par contre donner quelques indices : d’autres l’on dit avant moi :

Gandhi, «la grandeur d’une nation et ses progrès peuvent être jugés par la manière dont elle traite les animaux»

Boris Cyrulnik « Le jour où les humains comprendront qu’une pensée sans langage existe chez les animaux, nous mourrons de honte de les avoir enfermés dans des zoos et de les avoir humiliés par nos rires »

Oui, tout cela commence par le respect,
-le respect des choses comme par exemple des livres qui contiennent, chacun à leur niveau, un enseignement, une réponse, un moment de délassement nécessaire et que l’on brûle facilement quand un tyran l’exige.

-le respect des animaux qui ont leur place parmi nous et qui doivent être traités avec humanité et bienveillance,
-le respect de l’autre et surtout de celui que nous percevons comme étant différent de nous.
Il ne s’agit pas ici d’aimer tout le monde mais de supporter autant que possible, les différences existant entre nous.

-le respect dû au pays d’accueil. On respectera son mode de vie, son hymne, sa langue, ses lois et pour participer le plus possible à sa vie, pour s’intégrer le plus harmonieusement possible.

Enfin, pour ceux qui le peuvent ou encore ont la chance d’en être capables, il y a la croyance dans une entité supérieure. Et tous les livres qui ont été écrits à ce sujet sont autant de messages et de conseils qui permettent d’emprunter le bon chemin d’un pas ferme.

Alors, la conscience et l’âme participant à ce grand voyage qu’est la vie seront des guides précieux et sûrs qui nous diront que faire et comment le faire et le reste viendra tout seul.

Je le sais car j’en fais l’expérience)

 

Publié dans:terre des hommes |on 20 octobre, 2015 |Pas de commentaires »
123456

Ni OUI ni NON |
elevator |
freressuricate |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | titinou
| Rakipedia™
| toute en humour