Archive pour janvier, 2015

souvenons-nous pour eux

000000000000000000000000000000000000000000000000poeme 10934041_787166911320151_3584396042261720461_n

Publié dans:émotion |on 19 janvier, 2015 |1 Commentaire »

la pensée du jour : croire en…… quelque chose mais quoi ?

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000conscience

 

« Lorsqu’on les interroge sur leurs croyances religieuses, beaucoup de personnes disent qu’elles croient à « quelque chose » ou à « quelqu’un », sans pouvoir expliquer exactement de quoi ou de qui il s’agit, ni arriver à l’appeler Dieu. C’est comme si dans le passé elles avaient eu certaines connaissances, fait certaines expériences, et par instants cette connaissance, ces expériences remontent à la surface comme le bref scintillement d’une lumière venue de très loin. Elles ignorent pourquoi cette impression s’impose avec une telle évidence, elles ne savent pas comment l’interpréter, mais cela reste pour elles une réalité indubitable.

À un moment ou à un autre de leur existence, la plupart des humains sont traversés par la sensation que quelque chose en eux les rattache à un monde supérieur, mystérieux, dont ils ont gardé l’empreinte. La différence entre les êtres, c’est que certains laissent s’effacer cette sensation sans chercher à approfondir de quoi elle est le signe. Pour d’autres, au contraire, elle est le point de départ d’une recherche intérieure qui les conduira jusqu’à la conscience de leur origine divine. »

 

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Publié dans:mystique sagesse |on 18 janvier, 2015 |Pas de commentaires »

la pensée du jour : l’enseignement spirituel

 

 

 000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000th (1)

« La découverte d’un enseignement spirituel est pour de nombreuses personnes une cause de grandes joies. Enfin, elles ont trouvé ! Oui, mais les choses ne sont pas si simples. En acceptant un enseignement spirituel, si élevé soit-il, au bout d’un mois, six mois, un an, cela dépend, il se peut qu’un trouble s’insinue en elles, et au lieu d’intensifier le côté positif, leurs efforts ne font que développer leur côté négatif. Pourquoi ? Parce que chaque idée nouvelle, chaque état de conscience nouveau produit des fermentations dans les êtres qui ne se sont pas préparés à les recevoir.

Jésus disait : « On ne met pas le vin nouveau dans de vieilles outres ; autrement, les outres se rompent, le vin se répand, et les outres sont perdues ; mais on met le vin nouveau dans des outres neuves. » Les outres neuves représentent les formes solides, résistantes, que l’être humain doit préparer en lui-même, afin d’être capable non seulement de supporter une vision nouvelle des choses, mais d’adopter un comportement qui lui correspond. Quand il s’est harmonisé avec cette nouvelle philosophie, c’est-à-dire quand il a préparé son organisme physique et son organisme psychique, il peut résister à la tension que produiront les nouveaux courants auxquels il est désormais exposé. »

 

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Publié dans:mystique sagesse |on 17 janvier, 2015 |Pas de commentaires »

la pensée du jour : l’ennui

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000l'ennui detail2

« Pourquoi tant d’hommes et de femmes qui éprouvaient d’abord une grande attirance l’un pour l’autre finissent par ne plus se supporter ? Parce qu’ils n’ont pas su entretenir la vie en eux, l’embellir, la rendre poétique. Car, inconsciemment, c’est la vie que tous cherchent, ils ne cherchent même que cela. Et la vie est toujours liée à l’amour. Lorsque vous aimez un être, vous pouvez donner toutes les explications que vous voulez, en réalité il n’y a pas d’explication ; si vous l’aimez, c’est à cause de la vie qui émane de lui, cette vie qui prend différentes formes : beauté, bonté, pureté, intelligence, paix, etc.

Parce qu’ils ne savent pas renouveler la vie en eux, les gens s’ennuient et ennuient les autres. Alors, si vous voulez ne pas vous ennuyer et si vous voulez être aimé, sachez entretenir en vous la source de la vie, toujours nouvelle, toujours jaillissante. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Publié dans:mystique sagesse |on 16 janvier, 2015 |Pas de commentaires »

le suprême honneur

 

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000th (1)

 

Les juifs doivent quitter la France tout simplement parce que comme maintenant ils ont un pays bien à eux, un pays pour lequel de nombreux juifs sont morts et meurent encore, leur place est en Israël et nulle part ailleurs. C’est à eux d’y habiter et de continuer la tache commencée par ceux qui se sont sacrifiés pour que ce pays existe.

 

Quant à savoir pourquoi être enterré en Israël et non en France, la raison est très simple. C’est l’honneur  et le respect suprême qui leur est fait car s’ils n’ont pas jugé assez bon de tout quitter pour venir vivre en Israël, on leur offre d’y résider une fois mort afin de terminer le voyage là où ils auraient dû être depuis longtemps.

 

http://www.bvoltaire.fr/philippebilger/pourquoi-un-enterrement-en-israel,152232?utm_source=La+Gazette+de+Boulevard+Voltaire&utm_campaign=f9845cb2db-RSS_EMAIL_CAMPAIGN&utm_medium=email&utm_term=0_71d6b02183-f9845cb2db-30406625&mc_cid=f9845cb2db&mc_eid=22ca67b01e

 

Publié dans:coup de gueule |on 16 janvier, 2015 |Pas de commentaires »

la pensée du jour : symbole de la terre, de l’eau et de l’air

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000111th (1)

 

« On peut trouver des analogies entre la vie de certains animaux et la vie psychique des humains. Prenons la taupe, par exemple : elle vit sous terre, loin de la lumière, et pour se déplacer elle est obligée de creuser dans le sol de longues galeries que la charrue du paysan détruit parfois. Cette vie obscure et limitée lui convient sans doute, parce qu’elle est une taupe ; elle ne peut pas en imaginer une autre. La vie du poisson est plus libre que celle de la taupe, car l’espace dans lequel il se meut est beaucoup moins étroit et sombre. Mais tellement plus libre est la vie de l’oiseau ! Tout l’espace lui appartient et il chante, il se réjouit dans la lumière du soleil.

La taupe (la terre), le poisson (l’eau), l’oiseau (l’air) sont ici des symboles ; chacun correspond à un niveau de conscience, et le niveau de conscience détermine la destinée des êtres. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Publié dans:mystique sagesse |on 15 janvier, 2015 |Pas de commentaires »

« Papa, t’es là ? Tu m’entends ?

 

 

PAPA, T’ES LÀ ? PAR ELSA WOLINSKI

Créé le 14/01/2015 à 14h50

Le dessin de Zep - © Zep

 0000000000000000000000000000000000000000000000000000Papa-t-es-la-par-Elsa-Wolinski_visuel_article2

« Papa, t’es là ? Tu m’entends ?
Si t’es là, fais-moi signe… Envoie-moi un dessin.
Bon, ben, tu m’entends pas, je m’en doutais un peu.

Depuis que t’es mort, je me dis que tu dois enfin savoir si Dieu existe.

Tout le monde t’imagine dans le ciel, avec des filles à poil, en train de te marrer. Mais, moi, je sais ce que tu fais. T’as dû demander un stylo pour te dessiner une table, des feuilles et une lampe. Et puis, maintenant, tu te dessines un double de maman pour qu’elle soit avec toi, même là-haut. Ah, et puis tu t’es fait un lit pour ta sieste. C’est sacré, la sieste chez Wolinski.

Tu sais, je dors dans ton lit. J’ai d’ailleurs dû asperger ta chambre de mon parfum, ça sentait trop toi. C’est bizarre de me coucher à ta place. Mais je suis bien avec toi, là, dans tes draps. Maman t’avait offert un pantalon, t’as pas eu le temps de le mettre. Au fait, papa, j’en profite, est-ce que je peux te piquer tes pulls en cachemire ?

Papa, le journal ELLE m’a demandé de t’écrire une lettre, mais j’ai pas le temps. Le téléphone n’arrête pas de sonner, et je dois m’occuper de maman. Tu sais, elle s’en sort bien. Elle est très belle, comme à son habitude. Mes sœurs sont là aussi. On se serre les coudes. Et puis, on a des rendez-vous bizarres au 36, quai des Orfèvres pour récupérer tes affaires. J’avais l’impression d’être dans nos fameux polars qu’on aimait tant tous les deux. Et puis, aux pompes funèbres, pour te choisir une urne et un bout de terrain. On n’y pense pas, mais c’est plus difficile de choisir une urne qu’une paire de chaussures Prada. J’aimerais bien garder l’urne avec moi, je te baladerais dans mon sac, je te mettrais à côté de mon lit.

Papa, je me pose la question. Est-ce que t’as souffert ? Parce que c’est ça qui m’angoisse, tu sais. J’ai peur que t’aies eu peur, j’ai peur que t’aies eu mal. Mais ils ne t’ont touché qu’à la poitrine, alors, les bobos, on les voit pas.

T’es beau, tu sais, avec ce drap blanc qui t’enveloppe. T’as même l’air heureux. J’ose pas trop m’approcher, tu m’en veux pas ?
Je voudrais être capable de t’embrasser pour la dernière fois, mais j’y arrive pas. J’ai demandé à la dame de l’Institut médico-légal si on pouvait t’empailler mais elle m’a dit que c’était pas possible.

Papa, on dirait que tu dors.
Mais tu dors pas, t’es mort.
Pour dehors, Wolinski est vivant.
Mais, pour moi, t’es plus là.
Elsa a perdu son papa. »

Publié dans:mes écrits et ceux des autres |on 15 janvier, 2015 |Pas de commentaires »

peut-on rire de tout ?

 

000000000000000000000000000000000000000000000000000000Rire_de_tout

Au moment où j’écris ces lignes, je ne suis pas décidée à les publier car je ne sais pas comment les présenter pour « qu’elles passent »

Depuis qu’un jour la question a été posée : « peut-on rire de tout ? » ma seule réponse a été « NON ! » mais comme tout le monde disait : « OUI » je me suis abstenue de donner mon avis pour éviter une polémique que j’ai imaginée immense surtout depuis que j’ai constaté qu’il est bien difficile de donner son avis quand celui-ci va à l’encontre de celui de la majorité (ou encore de ceux qui crient le plus fort).

Non ! on ne peut pas rire de tout car la satire n’a pas pour mission de blesser son prochain mais de tourner en dérision une action, une attitude  ou une action  qui est ridicule.

Rire des politiques ou des personnages connus ne porte pas vraiment à conséquence puisque le texte écrit et présenté démontre le ridicule de la situation dans laquelle ces mêmes personnes se sont mises.

Mais se moquer soit d’une croyance (surtout si on ne la partage pas) ou encore d’une situation dramatique vécue par autres que celui qui se moque (la mort, la perte d’un enfant etc….) ne devrait pas être permis.

Mais là, apparait un autre problème : comment fixer les règles de ce qui est permis et de ce qui est défendu, et qui peut le faire ?

La société moderne  se veut depuis des années débarrassée de toutes entraves, elle se veut libre de dire et d’agir à sa guise sans se soucier du mal qu’elle fait et les gens qui composent cette société ne possédant plus la sagesse nécessaire pour différencier le bien du mal, on en arrive à des situations qui heurtent les sensibilités de certains et on appelle cela la « liberté »

Grande a été ma surprise de découvrir à l’instant un article sur B.VOLTAIRE qui exprime  mon ressenti devant cette question. Je n’ai donc plus de raison de ne pas publier mes pensées puisque d’autres le font encore mieux que moi.

http://www.bvoltaire.fr/francoisteutsch/non-la-liberte-dexpression-nest-pas-absolue,151889?utm_content=buffer9ddc2&utm_medium=social&utm_source=facebook.com&utm_campaign=buffer

Publié dans:QUESTION |on 15 janvier, 2015 |Pas de commentaires »

la pensée du jour : le livre de la vie

 

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000eaca00c0

« Dans plusieurs passages de la Bible, il est fait mention d’un livre appelé « livre de vie ». Dans ce livre de vie, qui est évidemment un symbole, sont inscrits des noms. Vous vous demandez comment vous pouvez savoir si votre nom est inscrit dans ce livre ? C’est simple : exactement comme vous savez qu’il est inscrit dans les registres d’un organisme ou d’une administration. Vous avez souhaité vous abonner à un journal : une secrétaire a noté votre nom, votre adresse, et le facteur glisse chaque nouveau numéro de ce journal dans votre boîte aux lettres.

De la même façon, quand votre nom est inscrit en haut, dans le livre de vie, c’est comme si vous étiez abonné à un journal, mais un journal très spécial qui s’adresse à votre âme, à votre esprit, et qui vous apporte chaque jour un nouveau savoir, une meilleure compréhension des choses, une aide dans les difficultés. Alors, bienheureux ceux et celles dont le nom est inscrit dans le livre de vie ! Le pouvoir, les richesses, la gloire… tout pâlit à côté. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Publié dans:mystique sagesse |on 13 janvier, 2015 |1 Commentaire »

ברוכים הבאים הביתה – Bienvenue à Lynda et aux autres

trouvé sur facebook il y a une heure :
Lynda Bismuth

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000Mezouza-uk29056

On sonne à ma porte, j’ouvre c’est la voisine, bonne année me dit-elle affectueusement, on se lance dans les banalités de circonstances…et puis, elle se positionne comme pour me faire une déclaration solennelle : « Lynda ma chérie  » me lance t-elle… « Toute la co-propriété te demande d’enlever », et du doigt me montre ma mezouza… Je la regarde glacée, et entend d’un son feutré tout ce qu’elle me dit : « tu comprends Lynda tu ne veux pas mettre les gens en danger…  » Et puis je n’entends plus rien…Je me vois soudainement le poing lever comme Charb crayon à la main pour revendiquer ma liberté d’être dans ce que je suis… Et ce que je pense…Et puis je redescends à la réalité, et j’entends : « tu le feras n’est-ce pas ?  » « Oui bien sur « dis- je, n’en pensant pas un mot ! Mais quand j’ai fermé la porte, j’ai pris la pleine conscience combien mes patriarches avaient travaillé dur pour que j’ai un foyer le jour ou l’on me dirait cache toi tu es juive ! Mes amis je vous annonce solennellement que j’ai pris la décision de partir en Israel. Que D ieu m’accompagne dans ce nouveau voyage.

https://www.facebook.com/lynda.bismuth?fref=ts

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000magen david

Maintenant, je vais vous raconter une histoire :

Lorsque je suis arrivée en Israël, voici plus de 30 ans, j‘avais fait la connaissance d’une juive française  et quand je lui ai demandé ce qui l’avait fait venir en Israël, elle m’a raconté son histoire :

Enfant pendant la guerre, elle porte l’étoile jaune lorsque cela devient obligatoire mais continue à aller à l’école.

Depuis le début de sa scolarité, elle a une très bonne amie catholique qui durant toute la guerre restera son amie, continuera à l’inviter chez elle, sera vue dans la rue à ses  côtés, autant de situations qui prouvent combien l’amitié qu’elle lui porte est sincère.

 

Un jour, l’obligation de porter l’étoile  est levée et c’est toute heureuse qu’Hélène arrive à l’école débarrassée de ce signe qui  la désignait comme une pestiférée et qui la mettait à chaque instant en danger de mort.

-« tiens ! tu n’as pas ton étoile aujourd’hui lui demande son amie ?

-« non, pourquoi me demandes tu cela ?

-« je ne sais pas mais j’aimais mieux avant

-« pourquoi ?

-« parce que on savait au moins qui on avait devant soi alors que maintenant …..

 

Hélène a raconté cela à ses parents et là, ils ont compris !

 

Ils ont compris que la seule place qui était la leur, c’est ce pays pour lequel, tout au long de l’histoire, des hommes sont morts et que c’est leur sacrifice  qui rendait caduc la fameuse prière « l’an prochain à Jérusalem »  prière dite chaque année depuis des siècles, à la Paque Juive mais qui pendant tous ces siècles était un rêve et non une réalité.

 

Ils ont fait leurs valises pour rejoindre le seul pays dans lequel on ne les traiterait jamais de « sale juif » et pays dans lequel ils arboreraient avec fierté le « magen david », symbole de leur appartenance  à ce peuple si décrié mais si fier d’être ce qu’il est.

Yaël Avraham

0000000000000000000000000000000000000000000000000000009123005220120715150887 

Publié dans:émotion |on 10 janvier, 2015 |Pas de commentaires »
1234

Ni OUI ni NON |
elevator |
freressuricate |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | titinou
| Rakipedia™
| toute en humour