Archive pour janvier, 2015

les aventures de Nénesse – 6ème épisode

AAAMOUSTIQUE

Bonzour,

Moi, ze suis « Zezette » la mouztiquette, z’habite cé la gardienne « Evora » la portuguèche, mais ze rend vizite à mes zamis quand les deux pattes zont pas là.

Au début, zé bien failli laisser ma peau dans zette maizon quand « Zimone a voulu me sasser à coup de : DDT-PPDA-MRP- BHL et DSK, toutes zes bombes mortelles et depuis que zé éssappé à la mort, ze suis immunizée à vie, il me reste zuste un petit zézaiement, dû a une paralyzie de la mandibule gauce, mais l’avantaze, c’est que maintenant ze ne peux plus vrombir quand ze vole alors la mémère qui est bigleuze comme pas deux, elle me voit zamais et ne peut pas m’attraper.Moi z ‘en profite pour la piquer, et après deux minutes à peine, elle ze gratouille un peu partout et moi ze rigole dans mon coin ; z’attend un peu qu’elle ze calme et ze recommence, oh la marade !!!!!

On m’a dit que mon tonton de Dakar zerait bientôt là mais moi, ze ne viendrai pas le zaluer car la dernière fois que nous nous zommes vus (ze suis très zolie) il m’a fait des zavances que ze n’ai pas pu acepter, et comme ze l’ai vécé y pourrait se venzé.

Z’ai vu Néneze,complètement raplapla, ze lui ai dit de ne pas z’en faire , car zé pas  lui qu’on parlait de mettre à la poubelle ; le Marcosse y parlait de za Peuzeot,qui est plus zouvent cé le garaziste que sur la route. Depuis, il commence à revivre et pour fêter za, il a pris un petit visky ; il est maintenant à zenou dans le couloir, il parle à zon ombre qu’il prend pour za mère, heureusement que les zozos ne rentrent que demain, il a le temps de cuver.

Bon ze crois que ze vous zai raconté l’ezenziel, ze retourne cé moi, l’heure du diner n ‘est pas loin et « Evora, mon plat de rézistance attend za petite piqouze

Publié dans:mes écrits et ceux des autres |on 31 janvier, 2015 |Pas de commentaires »

Comment trouvez-vous mes crêpes ?

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000010011879-_

Chandeleur : date, origine, traditions, signification… Tout savoir sur la fête annuelle des crêpes

 

On connaît surtout la fête de la Chandeleur pour la tradition des crêpes. Ses racines sont néanmoins beaucoup plus profondes, liés à la Bible et aux croyances anciennes. Origine, date, calendrier, symbolique : découvrez tout ce qu’il faut savoir sur cette célébration.

SOMMAIRE

La Chandeleur doit son nom à la « Festa candelarum » : en latin, « fête des chandelles« . Dans la tradition chrétienne, il est d’usage d’allumer des chandelles ou des cierges à l’occasion de cette fête. Ceci peut avoir lieu à l’église : chez les catholiques, le prêtre peut profiter de cette fête pour bénir les chandelles des personnes venues prier, achetées à l’avance, qui seront utilisées dans l’année. Les fidèles en ramènent souvent une chez eux et l’exposent à leur fenêtre le 2 février. Pour les chrétiens, cette clarté rappelle la « lumière » prodiguée par le Christ et est un symbole du renouvellement de la foi. Autrefois, il était d’usage d’enlever les objets liés à Noël (houx, crèche…) à l’occasion de la Chandeleur. Célébrée 40 jours après la veillée de Noël, sa date est fixe, au contraire d’autres évènements comme Mardi Gras ou Pâques.

La suite ici :

http://www.linternaute.com/actualite/societe/1211535-chandeleur-date-origine-traditions-signification-tout-savoir-sur-la-fete-des-crepes/?een=5597096a05af1f8aee854432dd0c5ded&utm_source=greenarrow&utm_medium=mail&utm_campaign=ml287_partispolitique

Publié dans:le savez-vous ? |on 31 janvier, 2015 |Pas de commentaires »

la pensée du jour : tout savoir avant

 

nature beauté 3

« Quelqu’un dit : « Avant de m’engager dans un enseignement spirituel, je veux qu’on me donne des preuves irréfutables de l’existence de Dieu et des entités invisibles… Et je veux aussi des preuves de l’immortalité de l’esprit et de la vie après la mort. » Le pauvre, il devra attendre longtemps… toute sa vie même ! Et comme, en attendant, il ne fera rien, il empêchera ses meilleures qualités de se développer.

Un tel homme ressemble à celui qui, se trouvant dans l’obscurité, ne voudrait pas appuyer sur le bouton électrique avant qu’on lui ait expliqué comment fonctionne toute l’installation depuis la centrale jusqu’à l’interrupteur. Ou comme un autre qui, avant de prendre place dans une voiture, demanderait qu’on démonte le moteur et qu’on lui expose en détail la nature et la fonction de chaque pièce. L’histoire ne dit pas quand ils pourront enfin s’éclairer ou se mettre en chemin !

N’est-il pas plus raisonnable qu’ils commencent par appuyer sur le bouton électrique ou par monter dans la voiture ? Ils auront ensuite tout le temps pour comprendre comment ça fonctionne. Eh bien, il en est de même pour la vie spirituelle. Il faut se mettre au travail : on comprendra au fur et à mesure qu’on avancera dans ce travail. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Publié dans:mystique sagesse |on 30 janvier, 2015 |2 Commentaires »

les halles (poème)

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000poème  les halles10468513_913151038709355_2141790894154565799_n


Claude Adrien Marmet

LHERMITTE LÉON-AUGUSTIN, LES HALLES, 1895

Les Halles de Paris croulaient sous la mangeaille,
Au bonheur de ces gros très fiers d’être bourgeois,
Faisant rimer la vie avec leur estomac
Tout prêts à se goinfrer de toute cochonnaille.

Le seul désir était de bien faire ripaille,
Avec pour référent Maître Gargantua ;
Seul, le ventre existait, le cœur ne comptait pas,
La foule ressemblait à un champ de bataille.

Le Monstre sévissait, vil et sans compassion
Pour les désargentés, dans chaque pavillon,
Ces maigres affamés par le Second Empire.

Dans leur prospérité, belles et bien en chair,
Les femmes de haut rang avaient même eu l’air
De dire, d’un fluet, qu’il n’y a rien de pire…

Claude Marmet
Jeudi 29 Janvier 2015
Toile éponyme de Léon Augustin LHERMITTE, 1895
Cette toile m’a été offerte par mon amie Hélène PFAYE
Merci Hélène !

Léon Augustin LHERMITTE est un arrière grand père de Thierry Lhermitte, acteur.
Pour écrire ce poème, je me suis inspiré du roman bien connue d’Emile ZOLA, « Le Ventre de Paris ».

Le Ventre de Paris est un roman écrit par Émile Zola et publié en 1873. L’action se passe pour l’essentiel aux Halles centrales de Paris, construites par Victor Baltard entre 1854 et 1870, énorme bâtiment à structure métallique dans lequel les murs sont remplacés par des Halles. Zola en fait dans son roman une sorte de monstre, comme le seront plus tard le grand magasin dans Au Bonheur des Dames, l’alambic dans l’Assommoir ou la locomotive dans la Bête humaine.
Les membres de la famille des Rougon-Macquart ne jouent pas un rôle essentiel dans le roman : Lisa Macquart, la sœur de Gervaise (voir l’Assommoir), mariée à un nommé Quenu, y est une charcutière ; on voit aussi apparaître sa fille, Pauline Quenu, qui sera l’héroïne de La Joie de vivre, et surtout Claude Lantier, son neveu, jeune peintre, futur héros du roman l’Œuvre.

 

Publié dans:poemes |on 30 janvier, 2015 |Pas de commentaires »

Les aventures de Nénesse – 5ème partie

 

 

ENCORE BEAUCOUP PLUS TARD 

 

aapuceron 

 

dans quelques heures, finie la tranquilité, finies les balades, fini le calme, les envahisseurs rentrent de leur périple et tout va recommencer.

Lui le Marcos, c’est encore le mieux, parti toute la journée gagner la croute familiale, de retour, va faire son petit « veloingg » (enfin ça ! c’est ce qu’il dit) quand c’est prêt, mange ce qu’il y a, répare ce qui ne va pas et surtout écoute les jérémiades de la mégère.

Avec elle, rien ne va. Dès le réveil, elle pique sa crise. Après s’être brossé les 7 ratiches qui lui restent et fixé son dentier pour la journée (un jour, le ratelier est tombée dans la purée d’une petite vieille dont elle s’occupait), la voila qui parcourt l’appartement de long en large à la recherche de sa première victime : Nenesse. Tout est bon pour engueuler le pauvre robot qui pourtant n’est pas bien méchant car en dehors de se pinter à la bière, de bouffer tout ce qui passe à sa portée,et là hélas, il laisse des miettes,il fait ce qu’on lui demande .Quand il a bien été morigéné, traité de tous les noms, vient le tour d’Archibul ; lui, il est accusé de pisser violet dans son bocal, couleur qui ne s’harmonise pas avec les murs et le mobilier, mais que peut-il faire le pauvre ?, il a une systite permanente et seul le bleu de métylène le soulage.

Nous, quand on la voit s’amener avec son balai, sa pelle et son chiffon, on tremble de trouille, car Madame nettoie les feuilles de son caoutchouc à la bière pour les faire briller et cela nous soule à tel point que nous nous décrochons, nous tombons, nous cassons un poignet, une jambe ou autre chose et quelque fois même nous y laissons la vie. Comme nous en avons marre de la voir débarquer chaque jour, nous lui avons joué un tour ; nous avons fait notre petite crotte sous une feuille mais comme nous nous y sommes mis à 385, quand elle va passer son chiffon dessus, elle va pas être déçue.Non vraiment, la vie de puceron n’est plus ce qu’elle était !.

 

Les seuls heureux dans l’histoire, sont nos cousins les « Aca.. Acaca…Acariens » depuis qu’ils sont dans leur coussin, on les laisse tranquille . La sorcière a bien essayé de les déloger à coup d’aspirateur mais ce dernier à rendu l’âme et en ce moment il n’y a plus d’argent à la maison, donc ils bénéficient d’un répit mais pas aussi bête qu’on voudrait bien le croire, ils ont déjà repéré un nouveau domicile. Ou ?…… ça vous le saurez une prochaine fois, si vous êtes bien sages.

 

Quoi ? que posez vous comme question ? Et GP la dedans qu’est ce qu’il devient, qu’est ce qu’il fait ? … toutes les conneries possibles et imaginables, il ment comme un ararcheur de dents, n’en fait qu’à sa tête ; ah ! en voilà un qui sait bien faire marcher son petit monde à la baguette avec ses yeux de velours, ne vous en faites pas pour lui, il les aura à l’usure et nous, nous l’adorons

A suivre…………

Publié dans:mes écrits et ceux des autres |on 29 janvier, 2015 |Pas de commentaires »

Les aventures de Nénesse – 4ème partie

 

 

 

ENCORE EN VOYAGE 4-ème partie

 

aapuceron 

 

Décidément, dans cette famille, on voyage beaucoup, les problocs sont encore partis pour le week-end, fêter les 60 piges du Beauf.

 

Nous, les pucerons, nous habitons sur le balcon, parmi les fleurs et plantes qui s’y trouvent et ma foi, on y est bien sauf que quand la maison est vide,…. on visite.

 

Nous sommes dans le salon, en colonne par un, et nous nous dirigeons vers…. Le frigo pour commencer, car par des petits trous dans le caoutchouc, nous pouvons pénétrer dans cet endroit de délices. Voyons, qu’avons nous au menu ? : salami, paella, crème anglaise, rien que du tout bon que nous allons nous empresser de goûter.

 

Voilà, le festin est achevé, nous avons failli perdre la cousine « pupuce » qui était tombée dans le gaspatcho, nous avons fait la chaine et nous l’avons tirée de ce mauvais pas.

 

Enfin  sortis, nous allons dire bonjour aux acariens  qui se  sont installés dans les coussins du  vieux fauteuil  et ont commencé à faire de ceux-ci une très belle dentelle que nous admirons au passage.

 

Avant de rentrer dans notre maison, nous faisons un crochet par le bocal d’Archibul qui tourne en rond comme un con, nous, on tourne dans le sens inverse comme ça, on peut le saluer à chaque passage.

 

Enfin chez soi, après une journée pantagruélique !, c’est bon de se délasser sur nos feuilles et fleurs respectives, goutant la fraicheur qui commence à nous envahir et admirant le ciel qui se couvre d’étoiles.

 

Demain, nouvelle sortie : la chambre de GP, « le Glandeur Professionnel » là, c’est la grosse bouffe, puis la bibliothèque où quelques feuilles des meilleurs livres de l’année seront appréciées à leur juste valeur, un petit coucou à Nénesse le robot qui sera comme d’habitude affalé sur le canapé, sirotant sa petite bière et pour finir, direction : « le bercail » avant le retour de Marcos et de Mémère qui, selon leur bonne habitude, vont se précipiter sur l’ordinateur, lui, soi disant pour travailler, elle pour aller papoter avec ses copines.

 

Avant de vous quitter, une bonne nouvelle : la semaine prochaine ils partent de nouveau alors, à nous la belle vie

Publié dans:mes écrits et ceux des autres |on 28 janvier, 2015 |Pas de commentaires »

expression :être en goguette

 

0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000EtiBlonde

« (Etre) en goguette  »

(Être) de bonne humeur, sous l’effet de libations un peu trop copieuses.
(Être) en partie fine.

‘Goguette’ est issu du mot ‘gogue’ (d’où vient également l’expression à gogo) qui, en ancien français, voulait dire ‘réjouissance’.

Le mot date du milieu du XVIe siècle. Mais un siècle avant, dans le même domaine, « faire goguettes », c’était « faire ripailles » ou « se régaler ». De ces excès au cours des fêtes, on disait aussi à la même époque « être dans ses goguettes » pour signifier « être de belle humeur ».

Voilà donc une expression dont le sens n’a pas vraiment varié au fil des siècles depuis son apparition.
‘Goguette’ est issu du mot ‘gogue’ (d’où vient également l’expression à gogo) qui, en ancien français, voulait dire ‘réjouissance’.

Extrait de Expressio

les aventures de Nénesse – 3ème partie

 

ENCORE UN AUTRE JOUR 3EME PARTIE

 

 

 aacarien

 

C’est nous les Acariens qui revenons de loin

 

Oui, on pourrait bien chanter cela avec ce qui vient de nous arriver :

 

Figurez-vous qu’on était entrain de déguster la moquette à une heure ou en général il n’y a personne « at home » quand tout à coup, un bruit de clé dans la serrure…. Des pas dans le corridor…. Et au beau milieu du salon, juste là où nous nous trouvions, on dépose sur le bureau, un machin immense.

 

Nous on s’est dit : on va attendre et voir de quoi il retourne, c’est peut être bon à bouffer ce nouveau truc. Marcos cherche les ciseaux… les trouve…. Coupe les ficelles…. Déballe l’engin ma fois pas trop moche : grand, élancé, ressemblant à un miroir mais…. Qui s’allume ; la dessus la patronne arrive, pousse des cris, se pame, bizouille son mari partout ; le GP alarmé par tout ce vacarme  ramène sa fraise, et les voila tous les trois figés comme des statues devant …. Mais devant quoi au fait ? nous, on voyait plus rien, les baskets, les pantoufles et les escarpins nous bouchaient la vue, en plus ils étaient tous là à nous piétiner la tronche.

 

Enfin le calme est revenu quand le plus fort des trois est arrivé à s’emparer de la chaise pour s’installer devant « la chose »eh oui !, un écran flambant neuf trone à la place de l’ancien et attention hein ! le top des tops qui a dû couter bonbon.

 

- Tout ça pour vous dire que :

 

- Nenesse n’est plus puni,

 

- Archibul bloubloute tranquilement dans son bocal

 

quant à nous, on a déménagé, on a trouvé un coin plus tranquille ;  on s’est posés sur  les coussins moelleux d’un fauteuil sur lequel personne ne s’asseoit jamais comme ça on va pouvoir vivre en paix jusqu’à ce que « Mémère » se ramène avec son aspirateur pour nous chasser, sauf que là ! elle va avoir une surprise la vioc : l’aspi…., y marche plus.

Lien de l’article précédent :

http://http-lebricabracdeyael-publicoton-fr.publicoton.fr/les-aventures-de-nenesse-2eme-partie-511428

Publié dans:mes écrits et ceux des autres |on 27 janvier, 2015 |Pas de commentaires »

les aventures de Nénesse – 2ème partie

 

aaarchibul

UN AUTRE JOUR

 

Salut, c’est moi le poisson rouge « Archibul »qui prend la relève  car Nenesse, le robot, est puni. Il a été surpris entrain de cafter et cela n’a pas plu ; jusqu’à nouvel ordre il est affecté aux vidages des poubelles et à l’épluchage des patates et comme on lui a ajouté le rangement de la chambre de G.P . il est occupé « full time ».

 

Les boss se sont dit : un poisson ça ne parle pas ! (tu parles Charles)et depuis la punition de mon pote, je suis promu l’esclave de service, mais comme Nénesse maugrée tout le temps et commente ce qu’il voit moi, pas sourd, j’enregistre ce que j’entends et étant affublé d’une soit disant  incapacité de communication, je peux y aller en toute tranquillité, jusqu’à ce qu’ils trouvent le coupable, j’ai le temps de voir venir.

 

L’ordi est sorti du coma, et de la salle de réveil ; on le revisse, le nettoie, l’ huile et il  est  bientôt prêt à remplir de nouveau son office. On l’a muni (sans le dire aux propriétaires) d’une boite de détection  de conneries. Chaque fausse manœuvre effectuée par qui que ce soit, sera notée : la date, l’heure, le nom du fautif, l’erreur commise et vu l’état dans lequel le « malade » est arrivé, on a choisi le grand modèle.

 

Quand je pense que les patrons se prennent pour des cracks !!!!! je rigole d’avance devant la bouille qu’ils ne manqueront pas de faire quand ils auront la liste de leurs conneries devant les yeux.

Par contre, ce que je n’arrive pas à deviner, c’est qui sera de corvée de pluches, du nettoyage des chiottes ; pour la chambre de GP, je sais déjà que les deux adultes se relayeront jour et nuit pour :

1)      ramasser le nutella déposé sur le sol de la chambre avec une cuillère dedans,

2)      jeter les bouteilles de coca ou autres qui ont eu l’obligeance de déposer sur le parquet les dernières gouttes qu’elles contenaient,

3)      Refaire à fond le lit qui ressemble plus à un champ de bataille après la défaite de waterloo qu’à autre chose,

4)      Vider le sac à linge, faire la lessive, et avant de ramener le linge bien plié pour le ranger dans l’armoire,

5)      Vider celle-ci du B….. qu’elle contient, avant d’y introduire les habits propres,

6)      Faire un peu d’ordre sur le bureau tout en touchant le moins possible à ce qui s’y trouve car le jeune  « Monsieur » n’aime pas cela du tout.

7)      Passer l’aspirateur, faire les vitres, changer les rideaux,

 

C’est en gros ce que le pauvre Nénesse devait faire chaque jour et il est à penser que vu l’ampleur du boulot, les tortionnaires lèveront la punition assez vite pour le remettre à ses anciennes occupations.

 

Bon, assez blablaté pour aujourd’hui, je retourne dans mon bocal, je fais celui qui tourne en rond ne sachant pas quoi faire mais en réalité c’est pour ne rien rater de ce qui se passe dans cette baraque

Je reviens dès que possible.  Bloup… Bloup…. Bloup….

Lien de l’épisode précédent : http://http-lebricabracdeyael-publicoton-fr.publicoton.fr/mes-ecrits-mes-oeuvres-tout-moi-quoi-510822

Publié dans:mes écrits et ceux des autres |on 26 janvier, 2015 |Pas de commentaires »

Que se passe-t-il après la mort ?

 

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000lorsque-lon-meurt-couv1-630x300

 

Je sais que beaucoup de gens n’y croient pas comme je sais que beaucoup de gens cherchent à savoir ce qui se passe après.

Pour ma part, je pense que notre vie est un passage sur terre destiné à apprendre et il y a tellement de choses à savoir qu’il faut plusieurs vies pour tout emmagasiner

Il s’agit bien sûr d’apprendre à  « aimer », « pardonner » « donner » etc…… et c’est pourquoi, quelque soit la vie que l’on a reçue, celle-ci correspond aux conditions nécessaires à l‘apprentissage de toutes ces valeurs.

Enfin, pour ceux et celles qui se posent la question de savoir ce qui se passe après la mort, on ne peut pas être sûr de ce que l’on avance mais au moins, on peut supposer, à travers tout ce que l’on a lu et tous les témoignages déjà recueillis, que ce que nous pouvons lire sur le sujet n’est pas très éloigné de la vérité.

 

 

Voici 8 choses qui arrivent lorsque l’on meurt

Que nous arrive-t-il lorsque nous mourons ? Où va notre âme ? Si vous avez été élevé dans milieu religieux, vous croyez qu’il n’y a que deux endroits où vous pouvez aller : le paradis et l’enfer. Si vous êtes une bonne personne et que vous croyez aux bonnes choses, vous passerez l’éternité au paradis. Si vous êtes un pécheur, vous passerez l’éternité en enfer. Heureusement,  c’est une fausse dichotomie.

La suite ici :

http://www.arcturius.org/chroniques/voici-8-choses-qui-arrivent-lorsque-lon-meurt/

Publié dans:mystique sagesse |on 26 janvier, 2015 |Pas de commentaires »
1234

Ni OUI ni NON |
elevator |
freressuricate |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | titinou
| Rakipedia™
| toute en humour