Archive pour juillet, 2014

la pensée du jour : la jeunesse

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000illustration-jeunesse-reverie-licorne-L-1

« La jeunesse est curieuse, audacieuse au point de se lancer sans crainte dans des aventures qui peuvent nuire à sa santé physique et psychique. Et lorsque des parents, des adultes plus sages essaient de la retenir, elle ne les écoute pas : qu’est-ce que c’est que ces gens étroits, vieux, ramollis, qui veulent l’empêcher de faire des expériences et de connaître la vie ?

Connaître la vie… Les jeunes ne savent pas que, pour connaître la vraie vie, il y a d’autres expériences à faire que celles où ils s’imaginent qu’ils vont exister plus intensément. Et quand ils le savent, parce qu’ils l’ont lu dans des livres, il leur suffit que d’autres, des philosophes, des sages, des saints, aient fait ces expériences. Il leur arrive d’admirer ces personnages, et ils sont même capables de les citer, mais pas question pour eux de les imiter ! Ils imitent de préférence ceux qui se sont brûlé les ailes dans des excès de toutes sortes.

Eh bien, il vaudrait mieux qu’ils se contentent de faire des citations quand il s’agit des aventures lamentables de tant de créatures qui ont mal fini (la littérature et l’histoire en sont pleines), et qu’ils essaient de vivre les expériences des êtres qui ont su trouver le chemin de la lumière et du véritable amour. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Publié dans:mystique sagesse |on 12 juillet, 2014 |Pas de commentaires »

Le pourquoi du comment – « Hot dog »

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000dancing-hot-dog

 

Pourquoi le hot-dog porte t-il ce nom ?

Tout simplement parce qu’un jour, il y eu l’importation d’un chien nommé “basset”  que l’on appelle aussi le “chien saucisse” et au début du XXème siècle, aux Etats-Unis, une blague se répandit  autour des sandwiches à la saucisse dont l’origine était douteuse. Ainsi le nom hot dog fut donné à ce sandwich qui en conserve encore le nom aujourd’hui

le lien ici :

http://www.pourquois.com/animaux/pourquoi-hot-dog-porte-t-ce-nom.html

Mais une autre version circule dans les couloirs :

Des américains seraient aller en France, dans la région appelée à l’époque « Haut-de-Doge. Ils se sont faits servir un mets local : un petit pain-baguette coupé sur le dessus et dans lequel on a placé une saucisse. Ils ont adoré et ils ont voulu le reproduire aux USA. Comme ils ne parvenaient pas à prononcer convenablement la région d’origine, ils l’ont baptisé « Hot-Dog ». Les québécois l’ont traduit par « Chien-chaud »

Maintenant à vous de choisir ou encore de proposer  une autre version.

 

la pensée du jour : l’estime de soi-même

 

000000000000000000000000000000000000000000000000000000avoir conscience de soith

Avoir conscience de soi même

 

« Il y a des hommes et des femmes qui ne trouvent pas leur place dans la société : ils s’y sentent ignorés, méprisés, et surtout inutiles, ce qui est une des pires souffrances qui existent. Alors, à quoi vont-ils employer leurs énergies ? Puisqu’on ne leur donne pas la possibilité de construire quelque chose, il ne leur reste qu’à détruire tout ce qu’ils peuvent autour d’eux. Ce n’est pas que leur nature soit particulièrement mauvaise, mais quand on se sent injustement traité, ignoré, méconnu, on est tenté d’attirer l’attention en commettant des actes de violence. Et alors là, évidemment, on se fait remarquer. Mais pour gagner quoi ?

Être sensible au regard, à l’opinion des autres n’est pas répréhensible en soi. Seulement l’estime qu’un être humain a de lui-même, le sens de sa propre valeur ne doit jamais dépendre de ce regard, de cette opinion, mais de la conscience du travail qu’il fait dans le secret de son cœur pour le bien du monde entier.

Donc, même si la société ne semble pas avoir besoin de vous, que cela ne vous chagrine pas : vous trouverez toujours une place ici ou là pour faire quelque chose d’utile, de bon, de beau. Et reconnu ou non, vous sentirez que vous vous épanouissez. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

 

 

Le plus important est ce que vous pensez de vous-même à la seule condition de faire coller vos pensées aux évènements et non le contraire – Yaël

Publié dans:jouer avec les mots - expressions |on 11 juillet, 2014 |2 Commentaires »

Sous une pluie de roquettes

 

 0000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000roquette

Bonjour à tous et à toutes.

Depuis quelques jours, les hostilités ont repris, nos voisins nous inondent de roquettes qui tombent un peu partout, y compris dans mon quartier.

Lorsque nous entendons les sirènes, nous avons 1 minute ½ pour nous mettre à l’abri autrement dit : pas le temps de faire quoi que ce soit.

En ce moment plus particulièrement,  je pense à tous ceux qui soutiennent les palestiniens alors que ce sont eux qui, par leur attitude négative et vindicative, rend impossible toute forme de paix entre nous.

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000massac resth

Je n’espère pas convaincre les pacifistes et les humanistes qu’ils ont tort de penser que les méchants sont les israéliens, je leur demande seulement, s’ils en sont capables, de se mettre quelques minutes à notre place et nous dire s’ils seraient aussi compréhensifs si les roquettes leur tombaient sur la tête ou encore blessaient un des leurs ? La réponse est « NON » même s’ils ne le disent pas.

Que les choses soient bien claires : je ne haïs pas mes voisins car haïr nécessite une énergie  que je préfère consacrer à des combats plus nobles, mais c’est sûr, je ne les aime pas et quoi qu’il leur arrive, je n’applaudirai pas  mais je ne pleurerai pas non plus.

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000torahth

Je suis fière d’être juive, je suis fière d’être israélienne, je suis fière de mon pays qui se bat contre le mal tout en gardant le sens de l’honneur qui s’appuie sur les commandements de la torah.

Yaël Avraham

Publié dans:coup de gueule |on 11 juillet, 2014 |1 Commentaire »

expression : la critique est aisée mais l’art est difficile

 

00000000000000000000000000000000000000000000000000000009782253134367

 La critique est aisée, mais l’art est difficile  »

Il est très facile de critiquer ce que font les autres, autrement plus difficile de réaliser quelque chose.

Cette locution proverbiale a été imaginée en 1732 par Philippe Néricault, auteur et comédien dont le nom de scène était Destouches.

En tant qu’auteur, il n’a pas laissé de souvenir réellement impérissable sauf pour trois de ses citations, toujours très utilisées à notre époque.
On a en effet retenu de lui, en plus de notre expression, « les absents ont toujours tort » et « chassez le naturel, il revient au galop »

La version originale de l’expression était : « la critique est aisée et l’art est difficile ».
Le sens de l’expression est très simple à comprendre, la « critique » étant ici le jugement défavorable, tandis que l’ « art » n’est pas seulement lié à la création d’oeuvres artistiques, car il désigne, d’une manière générale, la façon de faire quelque chose.

extrait d’Expressio

expression : la croix et la bannière

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000445516-d-ou-viennent-ces-expressions-bizarres-et-imagees

 

« La croix et la bannière  » De grandes complications ou difficultés.

Cette expression, sous une forme un peu différente, est attestée dès le XVe siècle, issue de l’italien.

A cette époque, la religion était omniprésente, dans toutes les activités et à tous les niveaux de la société.

La croix, représentant celle du Christ, était donc obligatoirement brandie en tête de toutes les processions, qu’il s’agisse des religieuses accompagnant des reliques diverses ou organisées pour des évènements particuliers, ou bien de celles destinées à accompagner l’arrivée d’un notable dans la ville.

Dans ces différentes processions, on portait aussi des étendards ou des bannières diverses, que ce soit celle de la Vierge, de la paroisse, d’une confrérie, du notable en déplacement ou de celui le recevant.

Mais l’organisation de ces processions n’était pas facile, paraît-il. Les formalités, les règles à suivre, le respect de l’importance des participants, qu’elle soit honorifique ou hiérarchique, transformait parfois leur préparation en de véritables casse-têtes.

Ce qui explique le sens de « grandes complications ».

En 1690, Furetière indique que « il faut la croix et la bannière pour inviter quelqu’un » signifiait « il faut aller le chercher avec des formes telles qu’il ne puisse se dérober ».

Dans ce sens, on retrouve l’apparat, la procession organisée pour accueillir au mieux un visiteur éminent en déplacement qui, ainsi accueilli avec faste, ne pouvait décemment pas s’esquiver.

Notre forme actuelle « c’est la croix et la bannière pour… » est attestée en 1822.

Extrait de Expressio

la penser du jour : faire le tri

 

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000ob_800aae18746c307fc5b0f324ea38fc7e_la-noue

 

 Au fur et à mesure que vous avancez dans l’existence, vous prenez conscience d’être habité par différentes tendances dont certaines sont meilleures que d’autres. Mais en prendre conscience ne suffit pas : vous devez aussi admettre la nécessité de faire un tri parmi toutes ces tendances, et vous concentrer sur celles qui vous paraissent les plus nobles, les plus constructives. C’est ainsi que vous allez peu à peu découvrir la présence en vous de quelque chose de lumineux, de puissant, que vous ne connaissiez pas auparavant. Cette présence, c’est celle du Principe divin qui vous habite et qui attend que vous vous mettiez à son service. Se mettre au service du Principe divin, c’est trouver chaque jour les valeurs morales, spirituelles, qui méritent que vous leur donniez la première place. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

C’est vrai que vieillir c’est un peu comme faire le tri de ses affaires pour ne garder que ce qui, à nos yeux, est important.

Vieillir, c’est aussi faire une sélection  pour ne conserver que les choses qui paraissent dignes d’être vécues.

Ensuite, il s’agit simplement de vivre ce qui reste, à notre rythme et en y prenant le plus de plaisir possible. Yaël

Publié dans:mystique sagesse |on 10 juillet, 2014 |Pas de commentaires »

expression : faire revenir une viande, un aliment

 

00000000000000000000000000000000000000000000000000000009782253134367

« Faire revenir une viande, un aliment  » Passer un aliment dans un corps gras très chaud afin d’en dorer le pourtour.

Cette expression date du XVIIe siècle.

Elle vient probablement du sens de ‘revenir’ dans « revenir à soi », ou « retrouver ses esprits, retrouver vie », comme après un évanouissement, par exemple.

Dès le XVIe siècle, on utilisait ‘’se revenir’’ pour parler de la viande qui se ramollit (qui reprend vie ?) lorsqu’on la passe au feu.

Puis, au XVIIe, faire revenir est une opération culinaire qui consiste à poser de la viande sur des charbons allumés ou sur un gril, soit pour la barder avant de la rôtir, soit pour la préserver de l’altération.

C’est à la fin du XVIIIe siècle que notre expression prend exactement son sens d’aujourd’hui.

 

Extrait de Expressio

Publié dans:jouer avec les mots - expressions |on 9 juillet, 2014 |3 Commentaires »

Tara sur ses quatre pattes (Tara, on her four paws)

000000000000000000000000000000000000000tara palatia 2IMG_1413-e1401711510808

Tara, vous souvenez vous de cette chienne qui a vécu 30 jours dans les rue d’Inde avec deux fractures ouvertes ?

0000000000000000000000000000000000000000000000000tara palatiaIMG_1415-e1401711614533

Elle était soignée par les enfants de Patiala, et par le groupe que maintenant nous connaissons bien : « Guardians of the voiceless » « Gardiens des sans voix »

Le lien ici :

 

https://www.facebook.com/pages/Guardians-of-the-Voiceless/190357161151522

 

 

Le 5 juillet, c’est le moment que nous attendions tous : elle marche

00000000000000000000000000000000000000000000000photo-63-copy-2-e1404683069843

Lisez son histoire et aussi sa guérison

le lien ici :

http://blog.myletsadopt.com/2014/06/02/tara-30-days-on-the-streets/

Do you remember

Tara has been living 30 days on the streets of India, in Patiala, with two open fractures!!. WE ARE GOING TO SAVE HER!

 

 

Update 5 July

This is the moment we were waiting for… TARA WALKS!!!!

Step by step…

le lien ici 

http://blog.myletsadopt.com/2014/06/02/tara-30-days-on-the-streets/

Publié dans:animaux |on 8 juillet, 2014 |1 Commentaire »

Pourquoi dit-on : 22 v’la les flics ?

000000000000000000000000000000000000000000000000000000022_-v__l_-les-flics-2

Pourquoi dit-on ’22′ lorsque la police passe ?

 

Plein d’explications possibles

 

1)    Vers 1870 les typographes signalaient l’arrivée du chef en utilisant un code basé sur la valeur numérique du mot « chef » soit : c=3+h=8+e=5+f=6 = 22

2)    Une déformation du juron « vingt Dieux »

3)    Le 22 était l’ancien numéro de téléphone pour appeler la police remplacé aujourd’hui par le 17

Publié dans:QUESTION |on 8 juillet, 2014 |Pas de commentaires »
1...456789

Ni OUI ni NON |
elevator |
freressuricate |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | titinou
| Rakipedia™
| toute en humour