expression : à la petite semaine

 

62095265

 

« A la petite semaine » Sans réflexion préalable, ambition ou vision à long terme

Semaine nous vient au XIIe siècle de sameine, mot du XIe siècle, lui-même venu du latin septimana qui, dès le IVe siècle, désignait « un espace de sept jours ».
Et, effectivement, venu de cette lointaine époque, il est confirmé qu’une semaine comporte peu ou prou sept jours.

Mais qu’en est-il d’une petite semaine ?
Rien dans la littérature ancienne ou nouvelle ne nous le dit clairement. Tout au plus peut-on supputer que c’est une période courte, probablement de moins de sept jours.

Et si l’on se fie à l’expression du XVIIIe siècle, prêter à la petite semaine qui signifiait, selon le Dictionnaire de l’Académie Française « prêter pour un temps très court et à un taux très élevé », on peut estimer qu’on a mis dans le mille, au moins pour ce qui est de la durée, le prêt et son taux usuraire n’étant que des informations complémentaires hors sujet en ce qui nous concerne.

Dans la signification actuelle de l’expression, la notion de court terme existe toujours, avec une connotation nettement péjorative : celui qui prend des décisions, organise quelque chose, démarre une activité à la petite semaine est celui qui se lance sans préparation, sans analyse réelle des risques et profits potentiels, sans aucune vision à long terme.

On peut quasiment tous les jours en avoir des exemples flagrants suite à certaines décisions ou actions de politiques qu’on ne citera pas mais que beaucoup reconnaîtront aisément.

Extrait de Expressio

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Ni OUI ni NON |
elevator |
freressuricate |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | titinou
| Rakipedia™
| toute en humour