« Kol a Kavod » Madame Marta Weinstock-Rosin

000000000000000000000000000000000000000000000weinstock-rosin-415x280

Professeur de l’Ecole de pharmacie de la Faculté de médecine Marta Weinstock -Rosin a développé Exelon, un médicament prescrit pour les personnes atteintes de symptômes légers de la maladie d’Alzheimer. Exelon peut ralentir la progression de la maladie dans une proportion significative et améliorer la fonction cognitive chez certains sujets. Exelon est fabriqué par Novartis (Suisse). (Photo: Nati Shohat/Flash90 )

Professeur Marta Weinstock -Rosin se verra attribuer le Prix d’Israël, la plus haute distinction du pays, pour ses contributions dans le domaine de la médecine.

Elle est  née à Vienne en 1939, a connu l’adversité dans ses recherches pour développer, Exelon, le premier traitement de la maladie d’Alzheimer au monde, commercialisé par Novartis.

Weinstock -Rosin a fui Vienne avec sa famille à l’arrivée des nazis. Elle n’avait que quatre ans à l’époque. Elle a grandi en Angleterre, où elle a dû se battre pour le droit d’étudier les sciences. Les filles à l’école, a-t-elle déclaré au magazine Globes, n’avait pas un programme scientifique suffisamment rigoureux, alors elle a étudié à l’école de garçons. Quand elle fait sa demande d’inscription et a été admise à la faculté de médecine, son père était inquiet car se marierait-elle un jour ?

 Weinstock -Rosin s’est pourtant mariée. Son mari, le professeur Arnold Rosin, est un gérontologue de renom. Elle a obtenu son diplôme de pharmacie et sa maîtrise en pharmacologie à l’Université de Londres, puis un doctorat en pharmacologie à la Faculté de médecine de l’Hôpital St. Mary, et retourna à l’Université de Londres en tant que Maître de Conférences.

En tant que mère de famille, juive pratiquante et femme active professionnellement, Weinstock -Rosin a été confrontée à l’opposition et au ridicule dans toute sa carrière dans le milieu universitaire britannique, mais la goutte d’eau de trop fut le refus de son avancement avec le message   « Vous n’êtes pas des nôtres. Vous ne mangez pas avec nous et vous n’êtes jamais là pour les fêtes de Noël. »

Après cela, en 1969, elle, son mari et leurs enfants émigrèrent en Israël. Aujourd’hui, le couple a quatre enfants et vingt petits-enfants  Par Ahuva Balofsky

La suite ici :

http://www.breakingisraelnews.com/12449/israel-prize-awarded-woman-pioneered-alzheimers-treatment/#CWpiL4xdIIlWVDcG.99

 

Publié dans : sante |le 20 mars, 2014 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Ni OUI ni NON |
elevator |
freressuricate |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | titinou
| Rakipedia™
| toute en humour