Archive pour février, 2014

Origine, traditions, font de nous ce que nous sommes

0000000000000000000000000000000000dominique venner

Trouvé sur facebook.

N’ayant pas de civilisation de rechange, c’est à la mienne et à sa tradition que je m’attache. Elle m’a fait ce que je suis. Elle a façonné mon être, une certaine façon d’exister, de sentir, de penser, de me comporter devant la vie et devant la mort, l’amour et le destin.

Intimement conscient de ce que je dois d’essentiel à mes origines, je justifie et soutiendrai toujours le droit fondamental de tous les autres humains à posséder leur propre patrie, leur culture, un enracinement qui permet d’être soi, chez soi, et de ne pas être rien.

C’est aussi pourquoi je m’insurge contre ce qui me nie. Je m’insurge contre l’invasion silencieuses de nos villes, je m’insurge contre la négation de la mémoire européenne. Je dois à celle-ci de m’avoir transmis des exemples de tenue, de vaillance et de raffinement venus du plus lointain passé, celui d’Hector et d’Andromaque, d’Ulysse et de Pénélope. Menacé comme tous mes frères européens de périr spirituellement, cette mémoire est mon bien le plus précieux.
Il est nécessaire aussi de rappeler les fondamentaux de toute vie humaine au-delà des croyances de chacun. Dans leur diversité, les hommes n’existent que par ce qui les distingue, clans, peuples, nations, cultures, civilisations, et non par ce qu’ils ont en commun. Seule leur animalité est universelle. La sexualité est commune à toute l’humanité autant que la nécessité de se nourrir. En revanche, l’amour comme la gastronomie ou l’art du thé sont le propre d’une civilisation, c’est-à-dire d’un effort millénaire de création dans le mystère de la continuité de soi.

L’amour entre deux personnes de sexe opposé, tel que le conçoivent les Européens, et qu’a magnifié l’amour courtois à partir du XIIe siècle, est déjà présent de façon implicite dans les poèmes homériques à travers les personnages contrastés d’Hélène, Hector, Andromaque, Ulysse et Pénélope. De même, la perception forte de ce qu’est une personne, l’existence politique de cités libres et en armes, l’idée fondamentale aussi que les hommes ne sont pas étrangers à la nature, qu’ils en épousent le cycle de renouvellement perpétuel incluant la naissances et la mort, qu’enfin du pire peut surgir le meilleur, ce sont là un ensemble de particularités constitutives qui s’affirment déjà dans les deux poèmes d’Homère qui nous offrent nos modèles.

Même quand ils ne le savent pas, les individus et les peuples ont un besoin vital de tradition et de civilisation propres, c’est-à-dire de continuités apaisantes, de rites, d’ordre intériorisé, et de spiritualité. Nous, Européens, avons tous besoin de beauté, notamment dans les petites choses. C’est le sens des fêtes familiales ou amicales que nous avons tous célébrées. Mais la perception que nous en avons change selon les civilisations, tissées elles-mêmes d’hérédités spécifiques aux sources mystérieuses.

Ayant ces réalités à l’esprit, on peut poser comme principe qu’il n’y a pas de réponse universelle aux questions de l’existence et du comportement. Chaque peuple, chaque civilisation a sa vérité et ses dieux également respectables. Chacun apporte ses réponses, sans lesquelles les individus, hommes ou femmes, privés d’identité, donc de substance et de profondeur, sont précipités dans un trouble sans fond. Comme les plantes, les hommes ne peuvent se passer de racines. Mais leurs racines ne sont pas seulement celles de l’hérédité, auxquelles on peut être infidèle, ce sont également celles de l’esprit, c’est-à-dire de la tradition qu’il appartient à chacun de retrouver.

Dominique Venner.

 

Patriotes de France.

 

 

expression : faire flanelle

 

 62095265

« Faire flanelle » 1. S’abstenir, ne rien consommer ou acheter
2. Ne rien faire, glander

Cette expression nous vient de l’argot du début du XIXe siècle où flanelle désignait, selon Lorédan Larchey, une personne qui, avec une fille de joie, se contentait de converser, mais ne consommait pas.

L’appellation vient d’un jeu de mot sur flâner, transformé en flanelle. Et comme il n’y avait pas d’acte sexuel, d’autres y ajoutent que la mollesse de la flanelle était comparable à celle du pénis inutilisé.

« Faire flanelle » s’est d’abord appliqué à la personne qui va dans des maisons closes, y boit, y pelote éventuellement les filles, mais sans monter avec une d’entre elles.
Par extension, dans un sens moderne (les maisons closes étant maintenant closes pour de bon), l’expression, désigne aussi toute personne qui se présente, mais ne consomme ou n’achète pas, comme celui qui passe de bar en bar sans rien y boire (ou qui n’achète qu’une consommation, mais squatte sa place des heures durant), ou celui qui, chez un marchand, fait déballer la marchandise mais finit par ne rien acheter.
Elle s’utilise également pour l’impuissant, dont l’instrument reste désespérément aussi mou que de la flanelle.
Enfin, par extension encore, on l’utilise actuellement pour désigner celui qui ne fait rien, qui tient les murs.

Extrait d’Expressio

Publié dans:jouer avec les mots - expressions |on 13 février, 2014 |Pas de commentaires »

Il s’appelait Marius

 

 

Internet, ce merveilleux outil qui nous permet de tout savoir en quelques cliks nous montre aussi hélas que notre monde est malade, très malade.

 

On aurait pu croire que quelque part sur notre planète, des peuples plus civilisés et plus sensibles que d’autres, donneraient l’exemple mais c’est le contraire qui se produit :

000000000000000000000000000000000000marius 

Tout le monde connait maintenant l’histoire de ce pauvre girafon en parfait santé qui a été tué (ici nous ne disons pas euthanasié) puis dépecé devant des enfants pour ensuite être donné en pâture aux lions du zoo auquel il appartenait.

 

Il n’y avait aucune raison logique de faire cela mais comme il en fallait bien une, on a invoqué un risque de consanguinité et ensuite le fait qu’une castration était plus douloureuse (on croit rêver !)

 

Mais comme cela  ne suffisait pas et en réaction à la colère des internautes, un loup a lui aussi été tué et dépecé devant des enfants. Cela s’est passé au  musée d’histoire naturelle d’Aarhus  dans ce beau pays qu’est le  Danemark.

 

000000000000000001899944_491150254327408_378222604_n 

Ces messieurs les danois étaient particulièrement agacés par les réactions des défenseurs des animaux et c’est pour cette raison qu’ils ont abattu ce loup,  insistant sur le côté pédagogique du découpage public de l’animal !!!!!!!!! 

(lematin.ch)

 

Les têtes blondes sont encore plus primitifs que les cheveux crépus qui eux ne tuent jamais ni pour le sport, ni pour l’art, ni par tradition et jamais plus que nécessaire mais seulement pour ne pas mourir de faim. (Yaël)

 

Publié dans:animaux, coup de gueule |on 13 février, 2014 |Pas de commentaires »

Manger oui mais quoi et comment ?

 000000000000000000000000000000000000000000vegetarisme_g

Il faut bien reconnaître qu’on est arrivé à une époque où sur beaucoup de sujets, on peut lire tout et son contraire.

Il en va ainsi  de la médecine parallèle  et de l’alimentation bio,végétarienne ou végan.

Mais quand on lit des articles sur les médicaments dangereux, sur les erreurs de diagnostics, les « révélations des grands professeurs » les uns disant bleu et les autres rouge,  il y a de quoi être perdu.

Un article rapporté sur facebook a déclenché une levée de boucliers

« Elle guérit son cancer avec des jus de fruits et légumes bio

http://www.laction.com/Actualites/Societe/2014-02-04/article-3602172/Elle-guerit-son-cancer-avec-des-jus-de-fruits-et-legumes-bio/1 »

 

Réaction de facebookiennes  : NON NON ET NON ARRÊTER CES DEBILITES QUI SONT TRES DANGEREUSES POUR CEUX ATTEINTS DE CETTE MALADIE. SI LE CANCER SE TRAITAIT AVEC DES JUS DE FRUITS CELA SE SAURAIT DEPUIS LONGTEMPS. IL EST CRIMINEL DE LA PART DES INTERNAUTES DE PUBLIER DE TELLES CONNERIES………………….

Et d’autres du même genre.

00000000000000000000000000000000végé 

Il est absolument certain pour moi que nous sommes à un tournant de l’histoire de notre alimentation et que dans un temps plus ou moins long, les habitudes auxquelles les gens tiennent tant changeront donc, je pense que plutôt que de refuser de s’intéresser à ce phénomène, pourquoi ne l’aborderait-on pas d’une façon ouverte ?

 

Je me suis donc permis de répondre ceci :

 

« de toutes façons, même si c’était vrai (et ça l’est peut-être) personne ne voudrait le croire. Toutes les personnes qui veulent revenir à une alimentation naturelle sont traitées de folles : si on ne mange pas de viande, on va mourir – le lait et les laitages sont très bons pour la santé – etc…..

000000000000000000000000000000000000végétarisme 

Or tout cela est faux mais l’habitude étant là, impossible de s’en défaire. Les personnes qui pourtant ont accepté de changer leur mode de vie et de se nourrir autrement le savent, le résultat est là mais pas immédiatement car il faut beaucoup de temps pour que le corps se débarrasse des toxines qu’il a reçues en grande quantité pendant longtemps et même, au début de ce changement, l’individu peut se sentir mal et croire qu’il se trompe mais ce n’est pas vrai, passé un certain temps, le corps commence à ressentir les bienfaits de ce changement et les analyses de sang et urine sont là pour prouver que les résultats sont au top et que même parfois, certaines maladies (diabètes, tension, cholestérol etc….) retombent à des taux bien meilleurs.

000000000000000000000000000000bonheure de vivre 

 Mais un autre phénomène se produit, lui aussi au bout d’un certain temps, c’est l’impression de se sentir bien dans sa tête, d’être animée d’une énergie qu’on avait perdue ou jamais connue, une façon de positiver de façon naturelle et comme c’est un challenge de réussir à changer ce qui paraissait impossible, la fierté que l’on ressent s’ajoute aux bienfaits décrits et c’est armé de courage qu’on aborde la suite qui sera, elle aussi, pleine de découvertes intéressantes.

000000000000000000000000000000000000000legume-vegetarien

 Bien sur, c’est là que le problème de communication avec les autres commence car allez dire cela à des carnivores qui ne peuvent pas se passer de leur steak ! mais cela, ce n’est déjà plus notre problème et, tant pis pour eux . Et ce que je raconte, c’est MON histoire ».

 

Publié dans:sante |on 11 février, 2014 |Pas de commentaires »

Les quatre principes de la spiritualité

 5263_10202488446319619_81175584_n

Le premier principe : “Quiconque que vous rencontrez est la bonne personne”

Ceci signifie que personne n’arrive dans notre vie par hasard. Toute personne près de nous, toute personne avec qui nous entrons en contact, est là pour nous enseigner quelque chose ou pour nous aider à améliorer une situation présente.

Le second principe : “Peu importe ce qui est arrivé, c’est la seule chose qui pouvait arriver.

 Rien, absolument rien de ce que nous avons expérimenté n’aurait pu être autre chose, même le moindre détail. Il n’y a pas de  » Si seulement j’avais agi différemment…ça aurait été différent ». Non. Ce qui s’est passé est la seule chose qui aurait pu et a dû prendre place dans notre vie pour apprendre la leçon et avancer. Chacune des circonstances de notre vie est absolument parfaite, même si cela défie notre compréhension et notre égo.

Le troisième principe :  »Chaque moment est le bon moment.”

Toute chose commence exactement au bon moment, ni trop tôt ni trop tard. Quand nous sommes prêts pour quelque chose de nouveau dans notre vie, c’est là, prêt à débuter.

Quatrième et dernier principe :   “Ce qui est terminé, est terminé »

C’est simple. Lorsque quelque chose se termine dans notre vie, cela aide notre évolution. C’est pourquoi, enrichis par l’expérience, il vaut mieux lâcher prise et avancer.

Publié dans:mystique sagesse |on 11 février, 2014 |Pas de commentaires »

expression : faire le Jacques

0000000000000000000 jacques

« Faire le Jacques  »

Faire l’imbécile (avec une connotation positive, dans le cas de plaisanteries et drôleries, ou négative, dans le cas de bêtises).

Cette expression apparaît vers 1880.
A cette époque, Jacques est un des prénoms (comme Gilles ou Guillaume) désignant un simple d’esprit, un naïf, un niais.

Aujourd’hui, selon le type d’imbécillité, on dirait ‘faire le pitre (ou l’andouille)’ ou bien ‘faire l’imbécile (ou le con)’.

Il n’est pas impossible que cette expression soit une importation venue d’Outre-Manche, où la locution anglaise ‘to play the Jack‘, utilisée par Shakespeare, voulait dire ‘faire le farceur ou le fourbe’.

Extrait de Expressio

Publié dans:jouer avec les mots - expressions |on 11 février, 2014 |Pas de commentaires »

J’AI SAUVÉ UN ÊTRE HUMAIN AUJOURD’HUI !

1891281_266549283504442_219913780_n

Ses yeux ont rencontré les miens alors qu’elle marchait le long du couloir en regardant avec appréhension les différentes cages. J’ai ressenti immédiatement son manque et j’ai su que je devais l’aider ;

J’ai remué ma queue, pas d’une manière trop exubérante pour ne pas l’effrayer. Quand elle s’est arrêtée  devant mon enclos, j’ai masqué à sa vue le petit accident que j’avais eu au fond de ma  cage. Je ne voulais par qu’elle sache que je n‘étais pas sorti aujourd’hui ; parfois, les employés du refuge sont tellement débordés et je ne voulais pas qu’elle pense du mal d’eux.

Elle a lu ma fiche d’identité et j’espérais qu’elle ne  serait pas trop triste à cause de mon histoire. Je n’ai que le futur à envisager et je veux être utile dans la vie de quelqu’un.

Elle s’est mise à genoux et a fait des petits bruits de bisous vers moi. J’ai frotté mon épaule et le côté de ma tête vers les barreaux afin de la consoler. Ses doigts m’ont doucement caressé le cou. Elle semblait désespérément rechercher une compagnie. Une larme a coulé de sa joue et j’ai levé ma patte pour lui assurer que tout irait bien.

Très vite la porte de ma cage s’est ouverte et son sourire était si radieux que j’ai sauté dans ses bras sans attendre.

Je lui ai promis de prendre soin d’elle
Je lui ai promis d’être toujours à ses côtés,
Je lui ai promis de faire tout ce que je pourrais afin de voir ce sourire rayonnant et ces yeux pétillants sur son visage.

J’ai eu tellement de chance qu’elle traverse mon couloir, il y en a tellement dehors qui ne sont jamais venus dans ces couloirs. Tellement à sauver encore. Au moins j’en aurai sauvé une.

J’ai secouru un être humain aujourd’hui

(Texte de Janine Allen, traduit du texte original en anglais « I rescued a human today)

Publié dans:animaux |on 11 février, 2014 |Pas de commentaires »

Lire en aimant ou aimer en lisant

 

Des enfants font la lecture aux chats d’un refuge pour les apaiser et les réconforter

LUNDI 10 FÉVRIER 2014 | ACTU CHAT – CAUSE ANIMALE
un enfant fait la lecture à un chat

Offrir un peu de réconfort à des chats abandonnés tout en encourageant des enfants à s’entraîner à la lecture : c’est le but du programme « Book Budies », initié par le refuge américain Animal Rescue League of Berks County.

Une photo si touchante

Une belle initiative dont on parle aujourd’hui aux 4 du monde, grâce à la magie du web ! Il aura en effet suffit d’une photo postée sur Reddit pour que des milliers d’internautes s’intéressent au refuge pennsylvanien, et saturent son site Internet. Il faut dire que ce cliché montrant un chat blotti contre un petit garçon est extrêmement touchant.

La suite ici : 

 

Publié dans:animaux |on 10 février, 2014 |Pas de commentaires »

expression : un colosse aux pieds d’argile

« Un colosse aux pieds d’argile »

Quelqu’un ou quelque chose dont la force ou la solidité n’est qu’apparence ou qui repose sur une base fragile.
000000000000000000000000000000000000000colosse

Pour ce qui est de l’argile, vous savez sans doute qu’il s’agit d’une terre imperméable, de couleur grise ou tirant sur le rouge, qu’on appelle aussi glaise, matière avec laquelle on fait des clés et des capotes, mais aussi des poteries, par exemple. C’est en tous cas une matière qui, loin de l’acier, n’est pas dure ou résistante.

Autrefois, en grec, le mot kolossos désignait simplement une statue de forme humaine. Ce n’est qu’ensuite, par allusion au colosse de Rhodes, qu’en latin colossus s’est spécialisé pour désigner une immense statue, puis, plus tard, une personne de forte stature et donnant une impression de force.
Mais quelle que soit la puissance d’un colosse, le Grec Achille, qui reçut une flèche mortelle dans son talon, ne me démentira pas lorsque j’affirmerai que quelque chose ou quelqu’un d’apparemment invulnérable a souvent un point faible qui permet de le vulnérer[1].

Mais quelle était donc cette chose colossale qui a donné lieu à notre métaphore ? Pour le savoir, il nous suffira de lire la Bible et de trouver le passage qui nous raconte l’histoire du prophète hébreu Daniel, qui, au VIIe siècle avant J.C., après quelques aventures, se retrouve à interpréter les rêves faits par le roi Nabuchodonosor.
Dans l’un d’entre eux, le roi a vu une immense statue dont la tête est en or, les bras et la poitrine sont en argent, le ventre et les cuisses en bronze, les jambes en fer et les pieds en fer et en argile. Ensuite, une pierre pulvérise un pied de la statue qui, toute colossale qu’elle semble, est pourtant détruite : il suffisait d’attaquer sa base très fragile pour la faire s’écrouler.

Voilà qui suffit à comprendre le sens de l’expression qui s’applique à tout ce qui fonctionne sur une base fragile, comme une grande entreprise rencontrant des difficultés financières insurmontables ou une nation proche de la faillite, par exemple.

Extrait de Expressio

A regarder et à lire : le kakapo comme vous ne l’avez jamais vu

000000000000000000000000000000000kakapo2

Connaissez-vous le kakapo ? Si non, c’est normal, mais il faut y remédier tout de suite. Parmi tous les animaux bizarres que nous offre la Nouvelle-Zélande, ce spécimen tout en plumes et en vivacité d’esprit saura tout particulièrement vous séduire…

 

la suite ici : 

http://www.madmoizelle.com/kakapo-perroquet-con-229012

Publié dans:animaux |on 9 février, 2014 |Pas de commentaires »
1...45678

Ni OUI ni NON |
elevator |
freressuricate |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | titinou
| Rakipedia™
| toute en humour