Archive pour octobre, 2013

histoire de la bière

 

 

histoire de la bière dans les évènement qui font l'histoire aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaabiere

La Bière est une des plus anciennes boissons, déjà connue dans l’Antiquité. Son origine se situe en Palestine vers 8.000avant JC. Il ya donc 10000 ans. A cette époque elle était obtenue en faisant macérer du pain d’orge dans de l’eau.

Chez les Egyptiens, il existait déjà de vraies brasseries d’état car son commerce était un monopole. Cette boisson servait aussi d’offrande aux Dieux.

La bière arrive en Europe vers 5000-4800 avant JC par le Danube mais aussi par la méditerranée et les Grecs et les romains apprécient ce breuvage et le fabriquent surtout dans certaines régions plus propices à l’orge qu’à la vigne.

Chez les Gaulois, la cervoise est fabriquée en famille, par les femmes. Plus tard ce sont les moines qui s’y intéressent et au 14 et 15ème siècle la boisson devient très populaire car il était conseillé  de la boire plutôt que l’eau qui souvent était vectrice de germes pathogènes comme la peste et le choléra.

A la fin du 18ème siècle, la révolution fut néfaste aux brasseries et il faudra attendre les travaux de Louis Pasteur concernant les levures et la conservation des aliments pour  relancer la fabrication grâce à ce nouveau procédé de pasteurisation.

Après la seconde guerre mondiale, le nombre de brasseries à considérablement diminué, les petites brasseries étant rachetées par les plus grandes.

Aujourd’hui il existe une centaine de brasseries en Belgique avec une gamme de 500 produits différents.

la pensée du jour : l’amour

 

 

la pensée du jour : l'amour  dans mystique sagesse 83625352_p

« L’amour a une propriété qui vous a certainement échappé : il découvre sans cesse quelque chose de nouveau. Deux personnes qui s’aiment se voient chaque jour nouvelles et elles s’émerveillent l’une de l’autre. Chaque fois qu’elles se rencontrent, elles ont l’impression de se voir pour la première fois. Mais s’il vient un moment où elles ne s’aiment plus, que constatent-elles chez l’autre ? Les mêmes habitudes, les mêmes manies, les mêmes tics… Alors, quel ennui, quelle fatigue ! Et elles se mettent à la recherche d’un nouvel amour…

Il n’est pas difficile d’observer combien ce que je vous dis est vrai. Si vous avez de l’amour pour Dieu, pour la nature, tout ne cesse de vous apparaître nouveau. Vous allez le matin assister au lever du soleil : en apparence c’est toujours la même boule de feu que vous avez devant vous. Mais si vous l’aimez, vous aurez chaque matin la sensation de le voir pour la première fois. Et, en effet, vous recevez de lui une lumière nouvelle, une chaleur nouvelle et des énergies nouvelles. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Publié dans:mystique sagesse |on 31 octobre, 2013 |Pas de commentaires »

le temps passe, les photos restent

40 photographies du passé que vous devez absolument voir

Alexis Pommier, le 9 octobre 2013

On retrouve beaucoup de photographies et de reportages sur toutes les périodes importantes de l’histoire qui ont fait de notre monde ce qu’il est devenu. DGS vous montre les dessous de ces moments du passé, des images que vous ne connaissez peut-être pas, à la fois insolites et immanquables du siècle dernier.

le temps passe, les photos restent dans les évènement qui font l'histoire aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa40-photographies-du-passe-que-vous-devez-absolument-voir-30

Ce petit garçon a eu ma préférence devant l’immense bonheur lorsqu’il reçoit en cadeau une paire de chaussures. J’aimerai bien voir la tête des enfants de notre époque devant un tel présent. 

http://dailygeekshow.com/2013/10/09/40-photographies-du-passe-que-vous-devez-absolument-voir/

l’argile, remède miracle ou presque

l'argile, remède miracle ou presque dans remède de grand-mère aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaargile

Cataplasme d’argile (abcès) : Indications

L’argile peut accélérer le mûrissement de l’abcès et sa cicatrisation. Elle peut ainsi soulager les douleurs, en attendant d’aller consulter un dentiste.

Ingrédients

Argile verte en poudre

Eau de source

Préparation

Déposer la quantité souhaitée d’argile verte en poudre dans un récipient en bois. Ajouter de l’eau pour recouvrir la dose d’argile. Ne pas remuer et laisser reposer 2 à 3 heures. Mélanger. La pâte obtenue doit être lisse et assez épaisse.

Posologie

Appliquer le cataplasme froid d’une épaisseur de 2cm sur la joue correspondant à l’abcès et recouvrir d’une compresse humide. Maintenir avec du sparadrap. Laisser poser et retirer quand le cataplasme est sec. Renouveler toutes les 3 heures si nécessaire.

Attention : L’argile peut soulager momentanément la douleur, mais elle ne soigne pas. La consultation d’un dentiste est indispensable

http://sante.planet.fr/dictionnaire-des-remedes-de-grand-mere-cataplasme-d-argile-abces.346298.1959.html?xtor=EPR-26-462543[Medisite-A-la-Une]-20131029

Publié dans:remède de grand-mère |on 30 octobre, 2013 |Pas de commentaires »

expression : sur le tas

 « Sur le tas  » Sur le lieu du travail.

expression : sur le tas dans jouer avec les mots - expressions aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaexpression

Nous savons tous ce qu’est un tas (enfin j’ose le supposer).
Officiellement, c’est un amas, une masse informe de substances généralement lourdes comme des pierres, du sable, de la terre, du bois, posées au sol sans volonté d’arrangement.

Mais notre grand ami Robert nous indique que c’est aussi :

  • Une masse métallique brute, grossièrement cubique, servant d’enclume ;
  • Des matériaux de construction rassemblés sur le lieu même où l’édifice va être bâti.

Et c’est cette dernière signification qui a un lien avec notre expression qui date de la fin du XIXe siècle. En effet, le lieu de la construction, c’est aussi le lieu du travail. Ainsi, une grève sur le tas est bien une grève sur le lieu de travail. Et c’est bien sur le tas qu’on apprend son métier.

Cette notion de tas vient de la maçonnerie où le tas a d’abord désigné l’endroit où étaient taillées les pierres à bâtir avant qu’il qualifie l’endroit même où les murs étaient construits (« être sur le tas » voulait aussi dire « être à pied d’oeuvre »).

Des évolutions argotiques du terme ont également donné des expressions comme « arrêter sur le tas » pour le malfaiteur qui se fait prendre sur les lieux de son crime et non à son domicile, ou bien « mettre une fille sur le tas » pour indiquer qu’on fait faire du racolage à une fille.

Extrait de Expressio

redonnons leur valeur au mots de notre belle langue

 

 redonnons  leur valeur au mots de notre belle langue dans jouer avec les mots - expressions aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaamots

Il y a urgence à restaurer le sens des mots !

L’identité nationale de la France repose principalement sur deux piliers : son histoire et sa langue. La première est sourdement minée par une absurde repentance. La seconde se corrompt jour après jour. Dans De l’universalité de la langue française (1783), Rivarol soulignait un élément qui ne dépend pas du nombre des francophones, la qualité intrinsèque du français : « Ce qui n’est pas clair n’est pas français. » Disant cela, il faisait écho au classique Boileau : « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément. » Mais Rivarol ajoutait : « Les langues passent et se dégradent en suivant le déclin des empires. » À entendre le débat politique actuel, nous y sommes.

Au sabir de Leonarda et de sa famille, dont on aimerait savoir quelle est la langue familière, répond le délire verbal des politiques. L’inflation lexicale chasse les mots justes et subvertit le sens des discours. Lorsqu’un député socialiste parle de « rafle » à propos de l’interpellation de la jeune Kosovare, il use d’un terme impropre puisqu’une rafle est une arrestation massive, mais il le fait avec perversité : l’arrestation de jeunes devant leurs camarades, ça ne vous rappelle rien ? Non plus perverse, mais odieuse et stupide, la formule employée par un responsable de l’extrême gauche pour qualifier la proposition présidentielle d’un retour de la fille sans les parents : « cruauté abjecte ». On pouvait dire bien des choses : que c’était généreux et maladroit ; que c’était scandaleusement contraire à la loi et aux conventions ; que c’était, en un mot, « hollandais »… Mais si cela est « cruel » et « abject », que reste-t-il désormais pour désigner l’horreur ? À part « génocide » si la victime appartient à une minorité, on ne voit plus…

Un autre mésusage du vocabulaire est comique : notre très laïciste ministre de l’Éducation veut « sanctuariser » les écoles. Le problème, c’est qu’un sanctuaire, par définition, c’est un lieu particulièrement réservé aux cérémonies d’un culte religieux, et dont l’enceinte est protégée par l’invisible frontière entre le sacré et le profane. Curieuses inversion des termes et confusion des esprits…

On en arrive à cette extrémité qu’avait imaginée Orwell, décrivant à travers la « novlangue » le processus de la manipulation totalitaire du langage, à savoir que les mots finissent par suggérer le contraire de ce qu’ils disent. Ainsi en est-il du mot « citoyen », qu’un manifestant en faveur de Leonarda n’hésite pas à employer pour la désigner, en oubliant qu’une résidente illégale et temporaire n’est évidemment pas une citoyenne. « Républicain » est, de même, un concept vidé de tout sens par ceux qui en abusent. Il peut bien sûr désigner ce qui touche au régime qui a succédé à la monarchie. Mais il qualifie d’abord ce qui a trait à la chose publique, au bien commun de tous les Français, aux institutions qui organisent le pouvoir de ceux qui sont censés le réaliser. Lorsqu’il est employé pour expulser de la vie démocratique un parti qui ne menace en rien le régime, et que l’on conteste ainsi la légitimité du vote de ses électeurs, on voit apparaître cette contradiction qui consiste à discriminer au nom d’une République et de ses principes au premier rang desquels figureraient la liberté, l’égalité… et la non-discrimination ! La République n’est plus un mot que définit une idée, c’est un stimulus destiné à provoquer un réflexe dans un contexte que le rationnel a déserté et que l’émotionnel a envahi : certains appellent « valeurs de la République » les préjugés de leur idéologie afin de susciter le respect et la sympathie que la République n’a pas à nourrir à l’égard de ce qui affaiblit la nation et l’État. De même avait-on qualifié de « pour tous » des unions qui ne pouvaient concerner que quelque-uns…

La résistance qui grandit en France contre la chute du pays doit aussi être un combat pour notre langue. Il est urgent et nécessaire, à nouveau, et comme l’écrivait Mallarmé, de « donner un sens plus pur aux mots de la tribu ».

 Source ici : 

 

la pensée du jour : l’escalier mécanique

la pensée du jour : l'escalier mécanique dans mystique sagesse aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaconscience-spirituelle

« Dans les gares, les aéroports ou les grands magasins, vous avez certainement emprunté des escaliers mécaniques. Vous êtes arrivé devant l’escalier qui est immobile, et vous avez posé le pied sur la première marche : d’un seul coup il s’est mis à fonctionner et vous a amené aux étages supérieurs ou inférieurs. Que s’est-il passé ? En posant le pied sur la marche vous avez simplement coupé un faisceau lumineux, et cela a suffi pour que se déclenche tout un mécanisme qui a mis en mouvement cet énorme escalier qui pèse des tonnes.

On retrouve le même processus dans la vie intérieure. Chaque pensée, chaque sentiment qui vous traverse coupe un rayon quelque part, et certains appareils en vous commencent à fonctionner. Si, au lieu de vous élever, vous commencez à dégringoler en enfer, c’est que vous avez eu des pensées et des sentiments de nature à déclencher les escaliers qui descendent. Ne vous imaginez pas que vous pouvez nourrir n’importe quelles pensées ou n’importe quels sentiments sans provoquer de changements en vous. Suivant leur nature ils produisent des déclenchements dont les effets vous amèneront vers le haut ou vers le bas. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Publié dans:mystique sagesse |on 26 octobre, 2013 |Pas de commentaires »

les vrais héros sont anonymes

quelques minutes de pur bonheur

 

Zu2ePtVA0aE

Publié dans:animaux |on 23 octobre, 2013 |Pas de commentaires »

la pensée du jour : frappez à la porte et on vous ouvrira

la pensée du jour : frappez à la porte et on vous ouvrira aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaouvrir-la-porte

Demandez et on vous donnera. Cherchez et vous trouverez. Frappez et on vous ouvrira. » Mais encore faut-il avoir créé des conditions pour être exaucé. On ne nous donnera pas, nous ne trouverons pas et on ne nous ouvrira pas si nous n’avons pas préalablement travaillé. La meilleure façon de demander, de chercher et de frapper, c’est de commencer par travailler.

Et je peux même ajouter que si nous mettons le travail spirituel à la première place, un jour nous n’aurons plus besoin de demander, de chercher ou de frapper. Le Ciel qui veille sur nous, et qui sait ce qu’il nous faut, nous le donnera sans même que nous réclamions quoi que ce soit. Nous n’aurons plus besoin de chercher parce qu’en travaillant à purifier nos pensées, nos sentiments et nos actes, nous découvrirons la vérité. Enfin, nous n’aurons plus besoin de frapper.

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Publié dans:Non classé |on 22 octobre, 2013 |Pas de commentaires »

expression : sucrer les fraises

expression : sucrer les fraises  dans jouer avec les mots - expressions aaaaaaaaaaaaaaaaaaasucrer-fraises

 

« Sucrer les fraises » Être agité d’un tremblement nerveux. Être gâteux.

Le geste fait rappelle malheureusement celui qui agite les membres de personnes, généralement âgées, atteintes d’une maladie dégénérative qui provoque des tremblements incontrôlés et c’est par une plaisanterie un tantinet douteuse que ces mouvements ont été assimilés à celui du sucrage des fraises pour donner naissance à notre expression.

Cette expression ne semble être attestée qu’au tout début du XXe siècle mais date probablement de la fin du siècle précédent.

Aurélien Scholl, journaliste et auteur dramatique connu de la seconde moitié du XIXe, évoque, dans son Poivre et Sel, paru en 1901, un militaire à propos duquel il écrit ceci :

« Cinquante années d’absinthe lui ont donné un tremblement tel que, lorsqu’il veut se verser à boire, le liquide secoué se répand comme une pluie autour du verre.

- C’est désagréable, d’un côté, a dit le colonel ; mais, quand je prends la passoire avec du sucre en poudre… on peut voir combien cette infirmité devient précieuse pour sucrer les fraises. »

Nous trouvons donc là une parfaite explication de l’association familière entre ces tremblements qui touchent les personnes âgées et l’action de sucrer des fraises.

Un peu plus tard, en 1905, Félix Duquesnel, dans Le mystère de Gaude, écrira :

«  (…) et les bras agités de ce mouvement spasmodique que la langue populaire appelle « sucrer les fraises » »
Cet extrait montre que l’expression, en ce début de siècle, fait bien partie du langage familier.

En 1936, Louis-Ferdinand Céline utilisera sucrer tout seul pour désigner les tremblements d’un ivrogne.

Une croyance répandue veut que cette expression viendrait de ces collerettes plissées appelées fraises que portaient les hommes et les femmes des XVIe et XVIIe siècle. En effet, ces personnes lorsqu’elles étaient âgées et tremblantes pouvaient répandre dessus ce qui leur servait à se poudrer le visage et qui ressemblait à du sucre en poudre très fin.

Et si cette explication avait un fond de vérité, on peut supposer que l’expression ne serait pas de naissance aussi récente (sans compter, pour finir de démolir cette croyance, que le sucre en poudre très fin n’existait pas à l’époque).

Extrait de Expressio

1234

Ni OUI ni NON |
elevator |
freressuricate |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | titinou
| Rakipedia™
| toute en humour