Archive pour septembre, 2013

Histoire de France curieuse et insolite

Histoire de France curieuse et insolite dans les évènement qui font l'histoire abl4-fleurette-henri-iv

Fleurette : premier amour du futur
Henri IV âgé de 12 ans

Le prince de Béarn, depuis Henri IV, n’avait pas encore douze ans lorsque Charles IX vint à Nérac, l’été 1565, pour y visiter la cour de Navarre. Les quinze jours qu’il y passa furent marqués par des jeux, des fêtes dont le jeune Henri était déjà le plus bel ornement. C’est à cette occasion que le jeune prince croisa Fleurette, sa première maîtresse et la seule qui lui fut fidèle, avec laquelle il vécut des émois auxquels son précepteur jugea bon de mettre un terme…

Pour en savoir plus  

Publié dans:les évènement qui font l'histoire |on 21 septembre, 2013 |Pas de commentaires »

l’histoire des lunettes

Histoire des lunettes

l'histoire des lunettes dans les évènement qui font l'histoire abl4besicl10

Si certains écrits datant de l’antiquité parlent de troubles de la vision, les moyens utilisés les corriger n’existent pas.Bien sur Pline raconte que Néron avait pour habitude de regarder les combats de gladiateurs à travers une émeraude mais les historiens ne peuvent pas confirmer si l’empereur trouvait là un moyen de réduire la nocivité des rayons du soleil ou de mieux voir l’action.

En Chine, au XIIème siècle des écrits rapportent que les juges utilisaient des pierres plates en quartz naturellement colorées pour cacher leurs expressions lors des intérrogatoires des témoins.

Il semblerait donc que l’invention de la lunette remonte au Moyen-Age.

D’abord attribué au moine italien Salvatoré Armati, la paternité des premières bésicles revient au franciscain anglais, Roger Bacon. C’est au XIIIème siècle que ce  moine, soucieux de corriger les méfaits de l’âge sur la vision, eut l’idée d’assembler deux verres plans convexes dans deux cercles de bois reliés par un clou.

Mais ce n’est qu’au XVIIIème siècle que le clou sera remplacé par un fil de métal grâce à l’initiative de Pierre-Yacinthe Caseaux, artisan jurassien installé près de Morez.

La suite nous la connaissons toutes, les lunettes sont de plus en plus légères, de plus en plus jolies, de moins en moins gênantes de mieux en mieux adaptées à chaque cas alors quoi demander de plus

Publié dans:les évènement qui font l'histoire |on 21 septembre, 2013 |Pas de commentaires »

la pensée du jour : les puissances célestes

la pensée du jour : les puissances célestes dans mystique sagesse abl4puisssance-celeste

« Les entités lumineuses n’interviennent que chez ceux qui le leur demandent. Si on ne leur demande rien, elles n’entrent pas. Même si vous êtes la proie d’entités ténébreuses, les anges, qui jettent parfois un regard sur les humains, disent : « Nous n’avons pas le droit de nous imposer à cette créature : elle ne nous a rien demandé, nous devons respecter sa liberté. »
Seuls les esprits malfaisants se permettent d’entrer sans autorisation.

C’est précisément ce qui différencie les esprits lumineux des esprits ténébreux. Les esprits ténébreux ne respectent rien. Au contraire, les esprits lumineux attendent que vous vous ouvriez à eux. Et quand ils se sentent invités, quelle joie pour eux ! Ils voient en vous un être éveillé et ils chantent : « Enfin, nous, les puissances du Ciel, nous pouvons entrer dans ces âmes, les aider, travailler avec elles », et ils inspirent vos pensées, vos sentiments, vos actes, vos paroles. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Publié dans:mystique sagesse |on 21 septembre, 2013 |Pas de commentaires »

histoire des noms de famille

Histoire des noms de famille

histoire des noms de famille dans les évènement qui font l'histoire abl4arbre-genealogique1-300x193

Les noms de famille ne sont apparus qu’à partir du XIème et XIIè siècle. Auparavant, on se contentait de donner un nom de baptème mais du fait d’une démographie grandissante il arriva très souvent, les familles étant nombreuses, que les enfants d’une même communauté portaient le même prénom, c’est alors qu’on ajouta un second prénom  qui voulait dire : « X » fils de « Y »

Et au fur  et à mesure que la situation l’exigeait,  ce second prénom ne suffisant plus, on ajouta des prénoms  d’origines diverses comme par exemple ceux liés au physique : le grand, le petit… à la profession : charpentier, boulanger….à une fonction ou position sociale : le Duc, Le moine, ….au moral ou caractère : le bon, Hardi …. Lieu d’habitation : du bois, du pré….

A partir du XVème siècle, le pouvoir politique réglemente progressivement  l’existence des noms de famille.

En 1474, Louis XI interdit de changer de nom de famille sans  autorisation royale.

En 1539 François Ier rend obligatoire la tenue de registre d’état civil, cette tâche est confié aux curés. Jusqu’à la révolution qui donne à l’état la charge de l’état civil qui se fait dans chaque mairie.

En 1870 apparaît le livret de famille qui fige définitivement l’orthographe du patronyme

Publié dans:les évènement qui font l'histoire |on 20 septembre, 2013 |Pas de commentaires »

la pensée du jour : le sens des responsabilités

la pensée du jour : le sens des responsabilités dans mystique sagesse abl4sensresponsabilitefractale-16

« L’avenir contient toujours une grande part d’incertitude, c’est vrai. Tout peut arriver. Alors, en prévision des accidents de la vie, on a créé ce qu’on appelle « les assurances ».

Je ne dirai pas que les assurances sont une mauvaise chose, mais elles ont développé chez les gens la tendance à croire qu’ils peuvent mettre en sécurité tout ce à quoi ils tiennent. Donc, même s’ils sont inattentifs, imprudents, ce n’est pas grave, il y a les assurances ! Et tandis qu’ils assurent leur maison, leur voiture, leurs bijoux, et certains même leurs jambes ou leurs mains, ils oublient de cultiver leurs qualités les plus précieuses : l’attention, la vigilance, le sens des responsabilités et tout ce qui fait la richesse de leur âme et de leur esprit. Mais cela, ils n’en sont pas conscients. C’est pourquoi ils reçoivent des leçons, car sur la terre rien n’est jamais en sécurité. Aucune assurance ne compensera ce qu’ils perdent en restant faibles, négligents, paresseux. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Publié dans:mystique sagesse |on 20 septembre, 2013 |Pas de commentaires »

A méditer : par la fenêtre

A méditer : par la fenêtre  dans mystique sagesse abl4homme-aveugle

Deux hommes, tous deux gravement malades, occupaient la même chambre d’hôpital. Un homme fut autorisé à s’asseoir dans son lit, pendant une heure, chaque après-midi pour aider à drainer le liquide de ses poumons. Son lit était à côté de la seule fenêtre de la chambre. L’autre homme devait passer ses journées couché sur le dos. Les hommes parlaient pendant des heures sur la fin. Ils parlaient de leurs épouses et familles, leurs maisons, leurs emplois, leur participation dans le service militaire, où ils avaient été en vacances ..

Chaque après-midi, quand l’homme dans le lit près de la fenêtre pouvait s’asseoir, il passait le temps à décrire à son compagnon de chambre tout ce qu’il voyait depuis de la fenêtre. L’homme dans l’autre lit commença à vivre pour ces périodes d’une heure où son monde était élargi et égayé par toutes les activités et les couleurs du monde extérieur. La fenêtre donnait sur un parc avec un beau lac. Les canards et les cygnes jouaient sur l’eau tandis que les enfants jouaient avec leurs bateaux modèles. Les amoureux marchaient bras dessus bras dessous au milieu des fleurs de toutes les couleurs et on pouvait avoir une belle vue de la ville. Comme l’homme près de la fenêtre décrivait tous ces détails exquis, l’autre homme fermait les yeux et imaginait cette scène pittoresque.

Un après-midi chaud, l’homme près de la fenêtre décrivit une parade qui passait. Bien que l’autre homme ne pouvait pas entendre l’orchestre – il pouvait le voir dans son esprit tel que le  monsieur par la fenêtre le dépeignait avec des mots descriptifs. Les Jours, semaines et mois passaient…

Un matin, l’infirmière de jour est arrivée pour apporter de l’eau pour leurs bains et trouva le corps sans vie de l’homme près de la fenêtre, mort paisiblement dans son sommeil. Elle était attristée et appela les préposés pour qu’ils viennent prendre le corps. Dès qu’il sembla approprié, l’autre homme demanda s’il pouvait être déplacé à côté de la fenêtre. L’infirmière était heureuse de faire le changement, et après s’être assuré qu’il était confortablement installé, elle le laissa seul. Lentement, péniblement, il se redressa sur un coude pour jeter son premier regard sur le monde réel extérieur. Il s’étira pour se tourner lentement vers la fenêtre a coté du lit. Il fit face à un mur blanc !

L’homme demanda à l’infirmière pourquoi son compagnon de chambre décédé avait décrit ces choses merveilleuses depuis la fenêtre. L’infirmière répondit que l’homme était aveugle et ne pouvait même pas voir le mur.

Elle dit: «Peut-être qu’il a juste voulu vous encourager. »

Epilogue:

Il y a un énorme bonheur à rendre les autres heureux, en dépit de nos propres situations. La peine partagée est la moitié de la peine, mais le bonheur lorsqu’il est partagé, est doublé. Si vous voulez vous sentir riche, il suffit de compter toutes les choses que vous avez que l’argent ne peut acheter. «Aujourd’hui est un cadeau, c’est pourquoi on l’appelle le présent. » L’origine de cette lettre est inconnue, mais veuillez la transmettre.

SVP, VEUILLEZ PARTAGER CETTE HISTOIRE

Publié dans:mystique sagesse |on 19 septembre, 2013 |Pas de commentaires »

dentifrice fait maison

Dentifrice fait maison

dentifrice fait maison dans sante aaaaaaaaaaaaaaaaaaaadentifrmaison 

Prenez une pâte de base : 100 g d’argile verte surfine (en magasins diététiques, herboristeries). Ajoutez de l’eau en quantité suffisante, jusqu’à l’obtention d’une consistance pâteuse. Incorporez 10 g de charbon végétal, une cuillère à soupe de vinaigre de cidre ou de jus de citron, 5 g de sel marin fin, une cuillère à soupe d’extrait fluide hydroalcoolique de plantain, 5 g de savon à l’huile d’olive que vous aurez râpé, 2 g de clou de girofle en poudre et 30 à 50 gouttes d’huile essentielle de romarin, par exemple, pour l’arôme mais aussi pour tonifier.

Publié dans:sante |on 19 septembre, 2013 |Pas de commentaires »

expression : ni chair ni poisson

« Ni chair ni poisson  »

Indéfinissable, indéterminé (pour quelque chose).
Indécis ou difficile à cerner (pour quelqu’un).

expression : ni chair ni poisson dans jouer avec les mots - expressions abl4exprarchibal1
Il y eut un temps très lointain où le jeûne du carême était scrupuleusement respecté : un seul repas de pain, de légumes, de fruits secs et d’eau par jour.
Puis, quelques pontes de l’Eglise autorisèrent un certain relâchement (un peu par la force des choses, les fidèles l’étant de moins en moins) qui vit l’introduction du poisson, des oeufs, des laitages et même du vin pendant cette période peu propice aux agapes.

Mais au Moyen-Âge, nombreux furent ceux qui s’opposèrent à ces tolérances, arguant que les oeufs et le beurre, par exemple, étant des graisses animales, ne pouvaient être consommés pendant le carême.
Ces théoriciens rigoristes oubliaient qu’à cette période de l’année (avant Pâques), les paysans n’avaient encore pas de légumes dans leur jardin et pas forcément beaucoup de pain et que, par conséquent, ils étaient condamnés à la disette s’ils devaient vraiment respecter le jeûne.

Dans les grandes joutes aussi bien écrites que verbales entre les opposants et favorables au relâchement, le poisson fut un immense sujet de discussion, les uns disant que le poisson était de la chair (c’est un animal, non ?), les autres disant qu’il n’en était rien (à une époque où les études animales n’étaient pas très poussées, ils croyaient que ces bestioles ne se nourrissaient que d’eau).

La situation s’aggrava encore quand il fut question des oiseaux aquatiques comme la poule d’eau. Ce sont des oiseaux donc constitués de chair. Oui, mais ils vont sur l’eau, donc il peuvent être assimilés à des poissons. Pourquoi pas, mais le poisson est-il de la chair ?

De ces nombreux échanges peu amènes, le peuple (qui, pendant ce temps, avait faim), ne retint que le côté pittoresque de ces polémiques (C’est quoi ce truc ? Chair ou poisson ?) et inventa notre expression pour désigner des choses dont la nature n’est pas bien définie, des gens dont l’opinion fluctue, ceux qui ont une conduite louche, indéfinissable et, plus généralement, toutes choses indéterminées.

De nos jours, on l’emploie aussi régulièrement pour désigner des hommes politiques dont l’opinion varie en fonction de la direction du vent ou du résultat des derniers sondages (toute ressemblance avec une situation réelle mais très improbable serait purement fortuite, bien sûr).

Extrait de Expressio

 

Publié dans:jouer avec les mots - expressions |on 19 septembre, 2013 |Pas de commentaires »

la pensée du jour : le sourire

la pensée du jour : le sourire dans mystique sagesse abl4sourire

« Chaque sentiment peut s’exprimer par un sourire. Le découragement, le renoncement, ou au contraire l’espoir et la décision de se remettre au travail… l’abnégation ou le désir de prendre une revanche, s’accompagnent parfois de sourires. Mais observez combien chacun est différent ! Le sourire moqueur a quelque chose de grinçant. Le sourire de la sagesse est très subtil, à peine perceptible, mais plein de sens. Et je ne vous dirai rien du sourire de la stupidité.

C’est aussi à leur sourire que l’on peut reconnaître les créatures perverses. Même si elles ont une belle allure, un beau front, des traits fins et réguliers, leur sourire – quelque chose de tordu qui apparaît au coin des lèvres – trahit leur déchéance. Il m’est arrivé de rencontrer des êtres pareils, et c’est leur sourire qui m’a révélé leur vraie nature. C’est pourquoi je sais que je ne peux me faire une idée exacte de quelqu’un que si j’ai vu comment il sourit. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Publié dans:mystique sagesse |on 19 septembre, 2013 |Pas de commentaires »

expression : ouvrir ses quinquets

expression : ouvrir ses quinquets dans jouer avec les mots - expressions abl4quinquet

« Allumer / ouvrir ses quinquets  » Regarder attentivement, avec attention.

Voilà une expression que l’on n’entend plus guère de nos jours. Elle a pourtant eu son heure de gloire, après sa naissance au milieu du XIXe siècle, à une époque où les quinquets étaient encore très utilisés.

Depuis le début du XIXe, les quinquets sont les yeux, en argot. Donc, c’est bien en ouvrant ses quinquets, qu’on peut regarder quelque chose.

Mais pourquoi utilise-t-on aussi le verbe ‘allumer’ ?

C’est à la fin du XVIIIe siècle que le physicien Argand invente une lampe à huile d’un genre nouveau. Au lieu d’une simple mèche baignant dans un bain d’huile, fournissant une lumière faible et beaucoup de fumée, il imagine une lampe à huile dans laquelle la mèche a une forme de cylindre, le passage de l’air en son centre y attisant la flamme pour procurer une lumière beaucoup plus vive et générant beaucoup moins de fumée.

Là-dessus, l’apothiquaire Quinquet copie et améliore un peu l’invention et la commercialise. Pour les consommateurs, elle devient la lampe à la Quinquet, puis, plus simplement, le quinquet .

Ce n’est que plus tard que l’oeil, « la lumière de l’âme », devient familièrement le quinquet qu’on peut aussi bien ouvrir qu’allumer.

Extrait d’expressio

Publié dans:jouer avec les mots - expressions |on 18 septembre, 2013 |Pas de commentaires »
123456...8

Ni OUI ni NON |
elevator |
freressuricate |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | titinou
| Rakipedia™
| toute en humour