Archive pour mai, 2013

la pensée du jour : prédestination

la pensée du jour : prédestination dans mystique sagesse lumiere

Prédestination - dont nous devons avoir une conscience claire

« Il ne faut jamais oublier que la destinée de l’être humain est parmi les plus glorieuses. Dieu l’a créé pour qu’il vive dans l’harmonie, dans la lumière, pour qu’il manifeste l’amour, la sagesse, la puissance.

Vous demanderez : « Mais alors, pourquoi nous est-il si difficile d’atteindre cet état de perfection auquel nous sommes prédestinés ? » Parce que vous ne savez pas comment repousser les ennemis intérieurs qui cherchent à vous entraîner dans une autre direction. Ces ennemis, ce sont tous ces mauvais penchants auxquels vous vous laissez aller parce que votre conscience n’est pas encore éveillée.

Mais dites-vous bien ceci : ces ennemis sentent très bien si vous avez ou non une conscience claire de votre prédestination. Alors, quand ils voient que vous connaissez la direction à prendre et que vous la maintenez, parce que vous savez qu’il y a là un but à atteindre, ils finissent peu à peu par s’éloigner… »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Publié dans:mystique sagesse |on 29 mai, 2013 |Pas de commentaires »

les deux amis

les deux amis dans mystique sagesse chien_chat

 

 

 

C’est l’histoire de deux amis qui marchaient dans le désert…

À un moment donné, ils se disputèrent et l’un d’eux gifla l’autre.

Ce dernier, endolori mais sans rien dire, écrivit dans le sable :

AUJOURD’HUI, MON MEILLEUR AMI M’A DONNÉ UNE GIFLE.

Ils continuèrent à marcher puis trouvèrent un oasis,
dans lequel ils décidèrent de se baigner mais celui qui avait été giflé manqua de se noyer et son ami le sauva.

Quand il se fut repris,  il écrivit sur une pierre :

AUJOURD’HUI, MON MEILLEUR AMI M’A SAUVÉ LA VIE.

Celui qui avait donné la gifle et avait sauvé son ami lui demanda :

Quand je t’ai blessé tu as écrit sur le sable,
et maintenant tu écris sur la pierre.
Pourquoi ?

L’autre ami répondit :

Quand quelqu’un nous blesse, nous devons l’écrire dans le sable,
où les vents du pardon peuvent l’effacer.
Mais quand quelqu’un fait quelque chose de bien pour nous,
nous devons le graver dans la pierre, où aucun vent ne peut l’effacer.

APPRENDS À ÉCRIRE TES BLESSURES DANS LE SABLE
ET À GRAVER TES JOIES DANS LA PIERRE.

Un peu plus facile à dire qu’à faire mais avec un peu de bonne volonté on devrait y arriver.

 

 

Publié dans:mystique sagesse |on 29 mai, 2013 |Pas de commentaires »

parlons peu mais parlons keuf

 

parlons peu mais parlons keuf dans humour le_keuf

 

Souvent victimes de toutes sortes d’expressions peu reluisantes, les policiers ont eux aussi leur propre jargon… 

Grâce au livre de Guillaume Braun, Parlez-vous Keuf ?, Planet.fr vous propose d’en découvrir quelques une.

 

- « Faire les urines »

 

- « Une angine de comptoir »  

 

- « Un saucisson »

- « Aller à la poule »

 

- « Un Cref »

 

- « Beurrer le marmot

 

- « Une Amazone »

 

 

Aujourd’hui les questions, demain les réponses : connaissez vous ces expressions ?

Publié dans:humour |on 28 mai, 2013 |Pas de commentaires »

expression :les 7 merveilles du monde

 

 

« La huitième merveille du monde » Quelque chose d’absolument remarquable ou étonnant

Des sept merveilles du monde, oeuvres remarquables construites par les Hommes, initialement listées par Philon de Byzance au IIe siècle avant Jésus-Christ, mais dont la liste définitive a été établie après le règne d’Alexandre le Grand, une seule est encore visible de nos jours.

Et si à peu près tous en ont entendu parler, je suis prêt à parier que peu sont capables de toutes les citer. Alors histoire de rafraîchir les mémoires défaillantes, en voici le détail :

 expression :les 7 merveilles du monde dans jouer avec les mots - expressions

  • La pyramide de Khéops, au Caire en Égypte ;

 

  • Les jardins suspendus de Babylone, sur l’Euphrate, dans l’ancienne Mésopotamie, pas très loin de l’actuelle Bagdad ;

 

  • La statue de Zeus, à Olympie, en Grèce ;

 

  • Le temple d’Artémis, à Éphèse, en Asie Mineure ou en Turquie actuellement (là où, selon des plaisantins, seraient fabriqués les fameux appeaux coûtant très cher) ;

 

  • Le mausolée d’Halicarnasse, à… Halicarnasse, en Asie Mineure également ;

 

  • Le colosse de Rhodes, à Rhodes, en Grèce ;

 

  • Le phare d’Alexandrie, en Égypte, marquant l’entrée du port

 

L’existence de six de ces oeuvres a été prouvée, seuls les jardins suspendus de Babylone n’ont pas laissé de traces.

Cette liste étant établie et figée (même si, récemment, on a construit une liste de sept autres oeuvres remarquables comprenant la Grande Muraille de Chine, le Machu Picchu ou le Taj Mahal, entre autres ), il est devenu courant, lorsqu’on découvre quelque chose de merveilleux  de lui faire une place naturelle au bout de la liste initiale en tant que huitième merveille du monde, à la suite des sept et inamovibles premières, mais bien avant toutes les autres potentielles.

Extrait de Expressio

la pensée du jour : les enfants

la pensée du jour : les enfants dans mystique sagesse 800e851c

 

« Les enfants ont un lien avec le monde invisible : au moment où vous rencontrez un enfant, où vous devez vous occuper de lui, pensez-y. Pensez aussi que cet enfant vous est envoyé pour éveiller en vous quelque chose de délicat, de poétique, de spirituel… Auprès de chaque enfant se tient un ange gardien spécialement chargé de veiller sur lui, car le Ciel ne place pas les enfants sous la seule protection de leurs parents.

Parmi les ordres angéliques, il en existe un particulièrement chargé des soins à donner aux enfants, celui des Elohim dans la séphira Netsah. Et si ces anges gardiens voient que vous êtes, vous aussi, attentif avec ces enfants, que vous voulez les protéger du mal, que vous pensez à l’éveil de leur âme, ils vous donneront leurs bénédictions. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Publié dans:mystique sagesse |on 25 mai, 2013 |Pas de commentaires »

je n’ai rien oublié

Aujourd’hui 25 mai,

La Journée mondiale de l’Afrique

 

 

je n'ai rien oublié 25601_116917998325627_3668751_n

 

 

 

Est-ce parce que j’ai vécu 6 ans en Côte d’Ivoire que je suis sensible  aux sujets touchant à l’Afrique, je n’en sais rien mais même si 33 ans ont passé, mes souvenirs sont toujours aussi vivaces.

Je revois Abidjan, la zone 4, le boulevard de Marseille, mes visites dans les différents villages, accompagnée de guides qui n’étaient autres que mes collègues de bureau.

Je revois les villageois qui m’attendaient, en rang d’oignon, parés de leurs plus beaux habits

Je sens encore ce goût indéfinissable de la mixture que l’on me servait, un composé des meilleurs alcools où la bière côtoyait le pastis, lui-même parfumé au whisky, sans oublier un peu de grenadine pour faire plus joli, l‘ensemble bien chaud, comme il se doit.

Je revois Etienne, ou encore Kakou, plus mort que vif quand arrivait le moment de distribuer les cadeaux que j’avais apportés et qui ne ressemblaient à rien de ce que le chef du village ou le sorcier avaient l’habitude de recevoir. Comment allaient- ils réagir ?

Je revois enfin mon retour en France. De nombreux africains avaient décidés de m’accompagner à l’aéroport alors que pour beaucoup d’entre eux, c’était un lieu qu’ils ne connaissaient pas. Ils me regardaient sans parler et moi, la gorge serrée, ne savais comment meubler ces longs moments de silence.

C’est sur ce continent que j’ai vu la vraie misère mais aussi la vraie simplicité de ces gens qui sont capables de s’agenouiller devant vous pour vous remercier alors que c’est vous qui devriez le faire  pour demander pardon de la conduite inqualifiable de certains qui ne savaient que prendre  et mépriser

 

La poésie et la peinture ne sont pas de reste et je suis heureuse, à cette occasion, de vous faire connaître le style africain

43356_640x480

PAROLES D’IVOIRIEN.

Parfois je m’exclame en moi-même :

Ah ! si je pouvais me taire !

Ah ! si je savais me taire !

Malheureusement on a trouvé le moyen

De me donner un esprit

Qui m’oblige à réagir.

 

Peut-être ai-je tort de penser ainsi ?

Peut-être dois-je être heureux d’avoir un esprit ?

Peut-être, oui. Mais cela me rend malheureux !

Et parfois, décidément je me dis :

Ah si je pouvais

Ecouter sans entendre !

Regarder sans voir !

Voir sans parler !

Seulement, voilà : j’ai un esprit

Qui me contraint à entendre, à voir,

Et à dire des choses.

43351_640x480 

C’est pourquoi je dois demander pardon

A ceux que mes paroles ont pu offenser.

Un pardon que je demande partout et en tout

Car je n’ai jamais voulu offenser qui que ce soit,

Même si la façon de dire ce que je sais

Etait offensante. Si j’ai offensé,

C’est que mes paroles ont trahi mon esprit.

 

Alors, oui, parfois je m’exclame en moi-même :

Ah si je savais me taire !

Ah si je pouvais me taire !

 

Ou bien, peut-être devrais-je me dire :

Ah si je savais parler ! - ?

 

Mais comment faire dans ce monde

Où les paroles ne sont plus les paroles

Pour exprimer l’esprit

Et où il faut les traduire en d’autres paroles

Pour traduire la pensée ?

Car voilà que l’on parle la même langue,

Mais on ne parle pas le même langage

Et alors on dit des paroles  vraies

Qui paraissent fausses,

Des paroles douces

Qui paraissent dures,

Des paroles de paix

Qui blessent.

43345_640x480 

C’est donc pourquoi encore

Je demande pardon à ceux qui ont eu mal

A cause de paroles qui n’étaient pas mauvaises,

Ou qui en tout cas n’étaient pas méchantes.

Car je n’ai pas jugé

Et jamais je ne jugerai

Au nom de quoi le ferais-je ?

J’ai simplement regardé avec attention,

Ecouté avec curiosité

Et puis parlé avec honnêteté

En usant de la Parole comme je pouvais.

 

Je veux éviter les mots destructeurs

Mais aussi le silence non moins destructeur !

Donc, si j’ai dit mal

Ce que j’ai cru dire bien,

Pardonnez-moi !

43357_640x480 

….Comment fait-on pour être heureux

Et ne jamais se plaindre ?

Hier, je me plaignais du bruit et du désordre

Que faisaient mes enfants

Et ceux des voisins.

Aujourd’hui, je me plains du silence triste

Qu’ils ont laissé derrière eux

En retournant à l’école !

 

Et c’est ainsi…..

Certains se plaignent d’avoir trop d’argent

Et pas d’enfants

D’autres se plaignent d’avoir trop d’enfants

Et pas d’argent.

19051_l 

Dans cette vie de contradictions,

Comment un homme peut-il croire

Qu’il en sait plus qu’un autre,

Qu’il est plus utile qu’un autre

Qu’il parle mieux qu’un autre ?

Mais aussi, au contraire,

Comment un homme peut-il croire

Qu’il en  sait moins qu’un autre,

Qu’il est moins utile qu’un autre,

Qu’il parle moins bien qu’un autre ?

 

A chaque homme de savoir ce qu’il peut,

De servir comme il peut,

De parler cmme il sait !

N’est-ce pas avec chaque homme tel qu’il est

Que la communauté est complète,

Puisqu’aucun homme n’est absolument un homme « sans » ?

 

Alors même si je n’ai pas grand chose,

Moi aussi je le donnerai.

A ma manière.

Et pardon encore d’avance !

 

- KOUASSI KOUADIO MICHEL -

Fraternité-Matin, 28 Septembre 1976

tableau_africain-z

Publié dans:Non classé |on 25 mai, 2013 |1 Commentaire »

Etes-vous d’accord mesdames ?

Etes-vous d'accord mesdames ? Faute+d'orthographe_Geluck2

Un sondage réalisé par le site de rencontres extraconjugales Gleeden.com nous révèle que pour avoir une aventure avec une femme mariée, il faut absolument savoir…

… écrire sans fautes d’orthographes ! Après avoir demandé aux femmes mariées quels étaient leurs critères pour choisir un amant, le site Gleeden.com a constaté qu’elles privilégiaient la matière grise avant toute chose ! Parmi les 2034 femmes infidèles interrogées, 36% observent ainsi avec attention l’expression écrite de leur potentiel partenaire de jeux coquins. 72% d’entre elles vont même jusqu’à laisser tomber le candidat s’il fait plus trois fautes d’orthographes.

Deuxième critère de choix : la situation géographique (elle est importante pour 23% des sondées !).

En troisième place, le niveau de diplômes et la profession. Et oui, infidèles mais pas futiles !

Enfin – et contre toutes attentes – les femmes mariées en quête d’un amant ne sont que 16 % à privilégier le critère physique. »Tandis que « dans la vie réelle », la toute première information reçue est d’ordre visuel, sur la toile la découverte de l’autre s’opère avant tout au travers d’éléments écrits. Il s’agit d’une communication plus féminine moins ancrée sur la prédominance des images », commente Anne-Sophie Dution, responsable du site.

lien ici :  

 

Publié dans:Non classé |on 24 mai, 2013 |Pas de commentaires »

la pensée du jour : la violence

la pensée du jour : la violence dans mystique sagesse frustration2

 

« Que ce soit dans ses paroles ou dans ses actes, celui qui se laisse aller à la violence introduit d’abord cette violence en lui-même : il ouvre la porte aux germes de la dislocation et devient peu à peu la proie de forces chaotiques qui commencent à ravager tout son être, aussi bien dans le plan psychique que dans le plan physique. Car même la santé repose sur une obéissance à l’ordre universel, qui est mesure, équilibre.

Certains diront : « Mais comment ne pas devenir violent ? Comment ne pas faire la révolution quand on voit combien la société est injuste ? » C’est vrai, la société est injuste, mais ce ne sont pas les révolutions les plus spectaculaires qui apportent les meilleurs changements. Quelque temps après on s’aperçoit que tout marche à peu près comme avant ; la différence, c’est seulement qu’au lieu de telle tête, c’en est une autre qui s’impose. Quelques paroles ont un peu changé aussi, quelques slogans, quelques chants, mais ce sont toujours les même vices, la même corruption, les mêmes injustices.

Il n’est pas interdit de vouloir faire la révolution, pourquoi pas ? Mais à condition de se montrer vraiment supérieur par l’intelligence et la bonté, non par la violence. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Publié dans:mystique sagesse |on 24 mai, 2013 |Pas de commentaires »

les trois tamis

les trois tamis dans mystique sagesse Socrate3

Sur la parole et l’art de parler

Un jour, quelqu’un vint voir Socrate et dit:

- Écoute, Socrate, il faut que je te raconte comment ton ami s’est conduit.

- Arrête ! interrompit l’homme sage. As-tu passé ce que tu as à me dire à travers les trois tamis ?

- Trois tamis, dit l’autre, rempli d’étonnement ?

- Oui, mon bon ami : trois tamis !

Examinons si ce que tu as à me dire peut passer par les trois tamis:
Le premier est celui de la vérité. As-tu contrôlé si tout ce que tu veux me dire est VRAI ?

- Non, je l’ai entendu raconter et…

- Bien, bien. Mais assurément, tu l’as fait passer à travers le deuxième tamis. C’est celui de la bonté. 

Est-ce que ce que tu veux me raconter, si ce n’est pas tout à fait vrai, est au moins quelques chose de BON ?

-Hésitant, l’autre répondit :

- Non, ce n est pas quelque chose de bon, au contraire…

- Hum ! dit le Sage, essayons de nous servir du troisième tamis et voyons s’il est UTILE de me raconter ce que tu as envie de me dire…

- Utile ? pas précisément.

- Eh bien ! dit Socrate, en souriant, si ce que tu as à me dire, n est ni VRAI, ni BON, ni UTILE, je préfère ne pas le savoir, et quant à toi, je te conseille de l’oublier !

Publié dans:mystique sagesse |on 23 mai, 2013 |Pas de commentaires »

la pensée dujour : les idées

la pensée dujour : les idées dans mystique sagessePeter Deunov (1864-1944) était un maître spirituel qui a fondé la Fraternité Blanche Universelle. Il était appelé Maître Beinsa Douno (bulgare: Беинса Дуно) par ses disciples.

Les principaux thèmes de son enseignement sont : l’amour, la sagesse, la vérité, la justice et la vertu

Les principales méthodes employées pour le travail spirituel à l’École de la Fraternité Blanche Universelle sont : les prières communes, les exercices musicaux et respiratoires, les lectures de la parole du Maître Peter Deunov, le salut au soleil levant, des sorties dans les montagnes, la vie fraternelle en communauté, des rassemblements annuels, etc. Les méthodes particulières sont : Le Testament des couleurs et la danse de la Paneurhythmie. Toutes ces méthodes sont regardées comme des pratiques pour une expérience du Christ à travers l’être humain entier, et plus particulièrement le corps éthérique.

Source : wikipédia


 dans mystique sagesse

« Le Maître Peter Deunov disait : « S’il vous vient une idée, même si vous croyez que c’est le Ciel qui vous la donne, ne vous dépêchez pas de la communiquer à d’autres, commencez par la semer et la cultiver en vous. »

Pourquoi cette recommandation ? Parce qu’aussi longtemps que vous ne l’avez pas semée et cultivée, elle ne vous appartient pas et, puisqu’elle ne vous appartient pas, vous n’avez pas le droit de la donner. Si vous la donnez tout de suite, vous risquez de perdre les bénédictions qu’elle vous apportait. De plus, puisque vous ne l’avez pas semée, c’est-à-dire expérimentée, vous risquez d’égarer quelqu’un. 

Quand il vous vient une idée, vous devez d’abord travailler sur elle et la réchauffer intérieurement pour qu’elle mûrisse. Quand elle aura mûri, elle produira des fruits et ce sont ces fruits que vous distribuerez. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov 

Publié dans:mystique sagesse |on 23 mai, 2013 |Pas de commentaires »
1234

Ni OUI ni NON |
elevator |
freressuricate |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | titinou
| Rakipedia™
| toute en humour