Archive pour mars, 2013

Quand l’homme raisonne avec son coeur : opération bonbons

Quand l'homme raisonne avec son coeur : opération bonbons dans les évènement qui font l'histoirej%C3%A9rusalmi+sauver+mozart dans les évènement qui font l'histoire

Raphaël Jerusalmy écrivain israëlien, auteur du livre « Sauver Mozart » a été membre des services militaires Israëliens, d’abord dans la marine puis dans l’armée Tsahal qui, en 1994, est intervenue au Rwanda pour prendre en charge les milliers de victimes du génocide.

 

Le chaos était indescriptible aucune règle n’était respectée. Dans une bâtisse entièrement délabrée, quatre mille enfants squelettiques et en lambeaux encadrés par 6 adultes, deux médecins et quatre volontaires congolaise ,regardaient dans le vide sans espoir et tous les jours, l’armée française amenait d’autres enfants trouvés errants sur les routes ou assis auprès du cadavre de leurs parents.

rwanda-enfants 

Dans un tel contexte, il faut se blinder si on veut continuer.

 

C’est alors qu’un petit garçon s’avance vers lui en tendant la main en quête de nourriture mais Raphaël n’a rien, si ce n’est deux bonbons au fond de sa poche qu’il donne à l’enfant. Le petit les prends et les regarde, son visage qui paraissait si vieux et si ridé s’illumine puis, il les porte doucement à sa bouche. Les autres militaires font de même alors que les enfants s’avancent vers eux.

 

Que décider face à un tel dénuement ?

 

Comment définir les priorités ?

 

D’un commun accord, les militaires prennent leur décision : disposant d’un créneau de deux minutes pour échanger avec la hiérarchie, via le satellite, ils lancent ce message :

«Bourrez le prochain avion de bonbons. Il doit arriver dans les 24 heures !»

rwanda+orphelinat 

Il n’y eu aucune objection à cette demande et quand l’avion arrive il est vidé de sa précieuse cargaison et on fait les comptes :Malheureusement, on constate qu’il n’y en a pas assez pour tous.

Les quatre infirmières eurent alors une idée :elles alignèrent les petits pensionnaires en quatre rangées impeccables de mille enfants chacune. Les bonbons furent mis dans des récipients puis elles les sectionnèrent en deux avec leurs dents pour avoir le compte avant de les distribuer.

bonbons

Et les petits morts-vivants redevinrent des enfants, l’espace d’un instant et ils allaient même jusqu’à  se blottirent dans les bras des militaires dont ils avaient si peur peu de temps avant.

 

lien ici :

 

QUAND L’HOMME RAISONNE AVEC SON COEUR ON PEUT CROIRE ALORS QUE TOUT EST POSSIBLE

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quand le troisième âge s’active

Quand le troisième âge s'active dans humour

Tout commence le soir, quand je me retrouve enfin au lit. Tout de suite je suis envahie de pattes et de queues et de museaux qui se frottent à moi en essayant de piquer la meilleure place aux autres : à droite, à gauche, sur les côtés, peu importe l’essentiel étant d’être le plus près de moi.

Quand le calme revient je peux enfin regarder la télé mais hélas pas longtemps car mes petits yeux se ferment très vite.
Sur le coup de 6 h du matin, petit tour dans la salle de bains (pipi oblige) et retour au dodo, pour jouir de ces deux heures qu’il me reste, les meilleures mais qui hélas passent si vite que vers les 8h branle bas de combat dans la cambuse, de nouveau les pattes et les queues s’agitent mais cette fois pour que je m’active un peu.

 dans humour
Je crois à chaque fois mourir et c’est d’un pas titubant que je me rends une fois encore dans la salle de bains pour un deuxième petit pipi, un lavage des ratiches qu’il me reste, vérifier que
les oiseaux ont bien mangé leurs graines et ont encore de l’eau puis…. La journée démarre.

Direction balcon, nettoyage des litières, distribution de nourriture le tout entrecoupé de plein de bisous et de caresses,. Enfin, arrive l’instant ou je peux enfin m’occuper un peu de moi : allumage de l’ordi avec à chaque fois un pincement au cœur : »va-il marché aujourd’hui ? »petit déjeuner : 2 toasts beurrés et bol de café au lait. Lecture de mes mails et ça y est, c’est parti mon Kiki .


Mon blog d’abord qui a pour moi une importance capitale, puis hélas intermède avec le ménage qui est je dois le reconnaître très très vite fait par ce que je m’en fous un peu et comme disait ma grand-mère : « si les coins veulent voir le balai, y zont qu’à s’approcher » le tout entrecoupé de fréquentes visites sur mon écran pour voir si j’ai reçu de nouveaux mails.


Enfin arrive le moment de jouissance extrême: mes articles que je passe sur mes blogs, pour lesquels je cherche les plus belles photos , c’est je peux le dire le moment où je me prends pour un écrivain, globe trotter, photographe, une grande journaliste une Anne Roumanoff de la plume, une Victorette Hugotte de la rime, et bien d’autres choses encore.

Publié dans:humour |on 29 mars, 2013 |Pas de commentaires »

l’Hôpital de Lyon

l'Hôpital de Lyon aaaalisa-hopital-300x300

Lisa est une jeune fille de 17 ans qui pour l’instant ne peut plus marcher ou presque. Il semblerait qu’après une ponction lombaire, un nerf ait été touché ce qui provoque une confusion dans son cerveau au niveau des ordres donnés à son corps.

Pleine de courage, elle se bat pour retrouver une vie normale et le blog qu’elle a ouvert pour l’occasion a pour but de raconter son histoire afin d’aider les gens qui sont dans son cas à mieux comprendre ce qui leur arrive mais aussi et surtout leur dire  qu’il ne faut jamais baisser les bras, qu’il faut être courageux même si c’est difficile car ce n’est  qu’avec l’espoir qu’on arrive à vaincre n’importe quel obstacle.

Visiter son blog, c’est l’accompagner dans sa lutte, lui laisser un commentaire c’est lui prouver qu’elle n’est plus seule alors n’hésitez pas, suivez ce lien et dites lui que vous êtes là et qu’ensemble vous allez faire un bout de chemin avec elle.

Merci de votre visite :

http://moncombatpourremarcher.centerblog.net/ 

Ces trois jours ont été un peu cahotiques (un peu beaucoup même).

Mardi, je n’avais presque pas mal au dos, alors j’ai voulu accompagner mes petits frères à l’hôpital parce qu’ils devaient passer des examens à Lyon. (j’en parlerai dans un autre article).  Je crois que j’aurais mieux fait de rester à la maison, surtout que NORMALEMENT j’étais en HAD… Enfin bon, après avoir passer la matinée à l’hôpital, j’ai recommencé a avoir très mal dans le dos et après avoir pris le bus, j’ai fini par faire un malaise à la gare… j’ai eu des vertiges, et pouf, je suis tombée… comme d’habitude, j’ai fini aux urgences. j’avais une tension à 8 et une saturation à 75 donc ils m’ont mis de l’oxygène… le médecin m’a dit que c’était vraiment dangereux pour moi que je fasse autant de malaises.Je vais devoir passer une IRM dans un mois, sauf si on peut avoir un rdv avant mais ça m’étonnerait et la nouvelle du jour, c’est que je suis en fauteuil roulant ! le médecin m’a dit que le fait d’être en fauteuil roulant pendant quelques temps soulagera mon dos et donc mes conditions de vie seront meilleures, je n’aurai plus mal, donc plus de malaises! il faut voir le bon coté des choses…

alors du coup, pour le moment, je ne peux plus retourner en cours, et ça c’est vraiment nul… on va voir avec le lycée il peut y avoir des aménagements pour que je puisse y retourner, mais ça va prendre du temps, et d’après ce que j’ai compris, je ne pourrai pas y retourner avant les prochaines vacances… avec toutes ces absences, si je réussis mon brevet à la fin de l’année, ça sera vraiment un miracle… Bon, je travaille quand même quand je suis à la maison mais c’est pas comme si j’étais en classe avec le professeur qui explique…

mais bon ! ma mamie me dit que tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir, alors j’y crois, et je suis sure que dans quelques temps ça ira mieux…

Publié dans:Non classé |on 29 mars, 2013 |Pas de commentaires »

les cafés « en attente »

 

 

Notre monde est dur, égoïste, impitoyable et malgré cela, il existe ici et là de belles histoires qui prouvent que ce même monde pourrait être beau  s’il y avait plus de gens comme ceux dont nous contons l’histoire :

les cafés

des cafés « en attente »

« Nous entrons dans un petit café avec un ami et lançons notre commande. 
Alors que nous nous approchons de notre table deux personnes entrent à leur tour et vont vers le comptoir :
«Cinq cafés, s’il vous plaît. Deux pour nous et trois « en attente » »
Ils paient pour leur commande, prennent les deux cafés et partent. Je demande à mon ami:
«C’est quoi ces cafés « en attente » ??
«Attends et tu verras » me répond-il

D’autres personnes entrent. 
Deux filles demandent chacune un café, payent et partent. 
Ensuite trois avocats entrent, ils commandent 7 cafés – trois pour boire de suite et quatre «en attente». 

Alors que je me demande encore à quoi riment ces cafés « en attente », je me laisse aller à profiter beau temps dehors et de la belle vue sur la place en face du café. 
Soudain, un homme vêtu d’habits râpés vient à la porte et demande :
«Avez-vous un café en attente? »

C’est simple – les gens paient à l’avance pour prendre un café destiné à quelqu’un qui ne peut pas se permettre une boisson chaude. La tradition des cafés « en attente » (suspended coffee) a commencé à Naples, mais il s’est répandu partout dans le monde et dans certains endroits, vous pouvez commander non seulement un café, mais aussi un sandwich ou un repas complet. « 

Trouvé sur facebook.

expression : blanchir de l’argent

 

expression : blanchir de l'argent dans jouer avec les mots - expressions

 Blanchir de l’argent » Donner à de l’argent malhonnêtement acquis une existence légale en dissimulant les preuves de son origine

Depuis le début du XIIe siècle, « blanchir » signifie « rendre blanc », ce qui n’est pas vraiment fait pour étonner. Il en découle, un siècle et demi plus tard, bien avant l’apparition des enzymes gloutons qui lavent plus blanc que blanc, le sens de « rendre propre » puisque, lorsqu’on a un linge blanc sali, on essaye de le « blanchir » en le lavant.
Au figuré et au XIXe siècle, le verbe signifie également « purifier », le blanc éclatant étant aussi un symbole de pureté.
Au figuré encore, dès le XIVe siècle, on parlait déjà de « blanchir un accusé » lorsqu’on réussissait à éliminer les soupçons qui pesaient sur lui ou, autrement dit, à le « laver » de ces soupçons.

Ce n’est qu’au XXe siècle qu’apparaît notre expression pour désigner l’action qui consiste, via des moyens généralement eux-mêmes malhonnêtes, à « nettoyer » ou « purifier » de l’argent « sale » afin de pouvoir le réinjecter dans l’économie comme s’il s’agissait d’argent honnête.

Extrait de « expressio »

le repos et le dessin

 

Lisa est une jeune fille de 17 ans qui pour l’instant ne peut plus marcher ou presque. Il semblerait qu’après une ponction lombaire, un nerf ait été touché ce qui provoque une confusion dans son cerveau au niveau des ordres donnés à son corps.

Pleine de courage, elle se bat pour retrouver une vie normale et le blog qu’elle a ouvert pour l’occasion a pour but de raconter son histoire afin d’aider les gens qui sont dans son cas à mieux comprendre ce qui leur arrive mais aussi et surtout leur dire  qu’il ne faut jamais baisser les bras, qu’il faut être courageux même si c’est difficile car ce n’est  qu’avec l’espoir qu’on arrive à vaincre n’importe quel obstacle.

Visiter son blog, c’est l’accompagner dans sa lutte, lui laisser un commentaire c’est lui prouver qu’elle n’est plus seule alors n’hésitez pas, suivez ce lien et dites lui que vous êtes là et qu’ensemble vous allez faire un bout de chemin avec elle.

Merci de votre visite :

 

 le repos et le dessin 482196_10200594573724299_1479830345_n

coucou!

Pour changer, ce soir j’ai une bonne nouvelle! : je n’ai pas eu mal de la journée! le traitement fait effet et le fait de ne pas bouger aide aussi beaucoup. Depuis ce matin, je prends un autre traitement, le même que j’ai eu hier soir, mais en cachet par contre, je dors beaucoup et quand je ne dors pas, je suis complètement assommée. mais bon, je préfère être comme ça pendant quelques jours, plutôt que d’avoir mal.

J’ai quand même trouvé le temps un peu long cet après midi. j’ai lu un peu mais au bout de 5 minutes, je voyais les lignes qui s’entremêlaient et j’ai du arrêter. Ensuite, j’ai voulu regarder un film et je me suis endormie devant. Là ce soir, je suis un peu moins fatiguée et je sens que je ne vais pas réussir à m’endormir. En fait, je suis toute décalée, parce que comme je dors beaucoup la journée, le soir je suis en pleine forme (bon j’exagère un peu) et du coup je n’ai plus envie de dormir, sauf hier soir, avec la perf de biprofénid, j’étais complètement dans les vaps et je n’ai même pas pu dire au revoir à mon petit copain quand il est parti. En perf ou en injection, le traitement a plus d’effet, donc il endort beaucoup plus mais au moins, JE N’AI PAS MAL!!! : et ça c’est super.

 68ff743f

 Le dessin

 

Alors cet après midi, pendant un petit moment, j’étais bien réveillée mais je ne savais pas quoi faire. Il y a quelques temps, on m’avait offert des stylos gel pailletés, alors j’ai pris un de ces stylos et une feuille. A ce moment là, je pensais à Lola. pour ceux qui ne la connaissent pas, Lola est une petite fille de 4 ans qui est atteinte de la maladie de hirschsprung depuis sa naissance. C’est une petite fille adorable, très gentille et mignone et surtout très courageuse. Son papy, José a écrit un livre intitulé « la messe bleue », ou il décrit la première année de vie de Lola. il tient aussi un blog ou il donne régulièrement des nouvelles de lola. Donc à ce moment là,  je pensais à Lola et du coup, comme je ne savais pas trop quoi dessiner, j’ai eu l’idée d’écrire son prénom et voila le résultat.

oui je sais j’ai 17 ans, et je n’en ai pas 5… mais de toute façon ; il faut bien que j’utilise ces stylos, sinon il vont finir par sécher!

un petit mot pour José, si vous lisez cet article: si vous voulez, je vous enverrai la photo par mail pour Lolaet comme d’habitude, je lui fais plein de bisous!

http://moncombatpourremarcher.centerblog.net/

 

Publié dans:Non classé |on 25 mars, 2013 |Pas de commentaires »

On ne pourra pas dire qu’on ne le savait pas

On ne pourra pas dire qu'on ne le savait pas dans coup de gueule

Boris Cyrulnik, né en 1937 à Bordeaux, est un neurologue, psychiatre, éthologue (l’éthologie est l’étude du comportement des diverses espèces animales) et psychanalyste français.

Voici ce qu’il a déclaré le mercredi 21 mars 2013, dans l’émission « Des mots de minuit », sur France 2 :

« (…) Tant qu’on aura pas compris qu’on partage le même monde que les animaux, tant qu’on continuera à les exterminer, avec les pesticides, avec les insecticides, ou en les mangeant, tant qu’on aura pas compris qu’on détruit notre monde en les détruisant, je pense qu’on continuera une œuvre très maléfique pour eux et pour nous. (…) L’homme seul n’existe pas, et ça, ce sont les animaux qui nous l’ont appris. En milieu naturel, on observe les animaux et on se rend compte qu’un être vivant qui a besoin d’un Autre pour devenir lui-même meurt s’il n’y a pas d’Autre. Si on élimine les animaux avec nos progrès techniques sans âme, on partira avec eux.»

Publié dans:coup de gueule |on 24 mars, 2013 |Pas de commentaires »

expression : un cordon bleu

« Un cordon bleu »
Une très bonne cuisinière

expression : un cordon bleu dans jouer avec les mots - expressions aaaaacordon-bleu

Il existe, par-ci par-là, dans notre beau pays, quelques cuisinières qui résistent encore aux envahisseurs et prennent un grand plaisir à mitonner des plats savoureux, un peu plus complexes que des pâtes au beurre ou des oeufs au plat, et grâce auxquels les invités se pourlèchent les babines.

Celles  et ceux qui, grâce à leurs talents culinaires, enchantent les papilles, sont appelées des cordons bleus

Nul doute que cette appellation peut aisément être vue comme une distinction décernée par l’entourage.

Et, par le plus grand des hasards il se trouve que le terme « cordon bleu » a autrefois désigné des décorations de prestige, offertes par les rois (à la place de sommes d’argent, donc bien plus économiques) aux personnes méritantes.
Il en était ainsi de l’insigne des Chevaliers du Saint-Esprit, ordre créé par Henri III vers la fin du XVIe siècle, et distinction élitiste qui n’a été proposée qu’à peu de personnes qui étaient appelées des « cordons bleus ».

À l’époque, on trouvait aussi la Jarretière d’Angleterre, l’Éléphant de Danemark ou les Séraphins de Suède, par exemple. Aujourd’hui, on trouve encore l’ordre national du Mérite.

Toujours est-il que, de ces décorations associées à un cordon ou ruban bleu, est né le qualificatif « cordon bleu » pour dire « le plus remarquable » (on trouvera ainsi un « l’Académie française est le cordon bleu des beaux esprits » au XVIIe siècle).

Extrait de « expressio »

rééducation (3) et……….. sortie.

rééducation (3) et........... sortie. 9bf5e76d

Lisa est une jeune fille de 17 ans qui pour l’instant ne peut plus marcher ou presque. Il semblerait qu’après une ponction lombaire, un nerf ait été touché ce qui provoque une confusion dans son cerveau au niveau des ordres donnés à son corps.

Pleine de courage, elle se bat pour retrouver une vie normale et le blog qu’elle a ouvert pour l’occasion a pour but de raconter son histoire afin d’aider les gens qui sont dans son cas à mieux comprendre ce qui leur arrive mais aussi et surtout leur dire  qu’il ne faut jamais baisser les bras, qu’il faut être courageux même si c’est difficile car ce n’est  qu’avec l’espoir qu’on arrive à vaincre n’importe quel obstacle.

Visiter son blog, c’est l’accompagner dans sa lutte, lui laisser un commentaire c’est lui prouver qu’elle n’est plus seule alors n’hésitez pas, suivez ce lien et dites lui que vous êtes là et qu’ensemble vous allez faire un bout de chemin avec elle.

Merci de votre visite :

http://moncombatpourremarcher.centerblog.net/ 

La rééducation (3)

 

bonsoir, ou bonjour vu l’heure!

aujourd’hui, j’ai plutot passé une bonne journée ;  je n’ai presque pas eu de douleurs, mais par contre, j’ai beaucoup dormi. Ce soir j’ai eu une séance de rééducation mais encore une fois, c’était pour mon dos… j’étais allongée sur une table de soin, avec un appareil sur le ventre pendant 10 minutes, puis sur les reins, et enfin sur le dos au niveau du point de ponction. En tout, le traitement a duré 30 minutes et je me suis endormie… bon il y avait surement le tétrazépam et la codéine qui ont fait que je me suis endormie, mais l’appareil envoie des ondes ou je ne sais pas trop quoi (j’ai pas tout compris) et ça peut aussi endormir.

Enfin bon ! l’essentiel c’est que ça marche et que pendant à peu près 45 minutes je n’ai eu aucune douleurs! la prochaine séance est pour lundi, j’espère que cette fois on pourra travailler un peu ma jambe…

et puis après…………..

 

LA SORTIE

comme j’allais plutôt bien par rapport à hier et que les douleurs avaient vraiment diminuées, le médecin m’a autorisée à sortir ce soir! (youpi!)  pour aller manger au restaurant avec ma soeur, mon papa, mon petit copain et sa maman! c’était super, j’ai vraiment passé un bon moment

mais à la fin, j’ai eu des vertiges et les douleurs sont revenues! je ne comprends pas,  ça allait mieux pourtant, aujourd’hui je n’ai presque pas eu mal, et là maintenant c’est affreux. je ne peux rien reprendre avant 2heures (dans une heure) et les douleurs m’empêchent de dormir… alors pour essayer de penser à autre chose je lis un peu des blogs et j’écris… mais mes yeux se ferment tout seuls alors je vais arrêter et je reviendrai vous donner des nouvelles demain, en espérant que ça ira mieux!

à demain :-)

J’ai demandé à Lisa ce qu’elle aimait lire et voici sa réponse :

« j’aime beaucoup les romans d’aventure, les romans dramatiques, ou sous forme de journal. par exemple j’aime les livres comme « ma vie pour la tienne », « une vie volée », « la messe bleue », « famille d’accueil »,enfin ce genre de livre. (ceux-la je les ai). »

Donc pour tous ceux et celles qui lisent cet article et qui voudraient lui envoyer un livre  en signe d’amitié, demandez- moi son adresse et je vous la donnerai. 

 

Publié dans:Non classé |on 23 mars, 2013 |Pas de commentaires »

la pensée du jour : spiritualité et vanité

la pensée du jour : spiritualité et vanité dans mystique sagesse

« La vanité est certainement un défaut, mais il faut être indulgent avec les vaniteux, car n’est-ce pas leur besoin de se faire remarquer qui les pousse à être actifs et même à faire des choses magnifiques ? Il est vrai que c’est surtout magnifique pour les autres qui en bénéficient. Pour eux-mêmes, c’est souvent beaucoup moins profitable.

Combien se sont épuisés, ruinés ! Le vaniteux se dépense, se démène, il se montre généreux, et même s’il n’y est pas poussé par le désintéressement, même s’il veut seulement plaire aux autres, se montrer, gagner l’approbation et l’admiration, on ne peut pas tellement le lui reprocher.

Les artistes, les acteurs et les musiciens en particulier, sont tous d’une certaine façon vaniteux… et tant mieux : quel bonheur, quelle joie ils donnent aux autres quand ils font un concert, un spectacle ! Eux-mêmes, pendant ce temps, sont peut-être malad es, découragés, angoissés, mais ils jouent, et le public ne se rend pas compte de leur détresse. Ils sont vraiment héroïques.
Je ne vous pousserai évidemment pas à cultiver la vanité, mais il faut reconnaître que l’humanité doit beaucoup aux vaniteux. Et pas seulement aux artistes, mais aussi à tous ceux qui ont entrepris de grandes réalisations afin que leur nom reste dans l’histoire. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Publié dans:mystique sagesse |on 22 mars, 2013 |Pas de commentaires »
123456

Ni OUI ni NON |
elevator |
freressuricate |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | titinou
| Rakipedia™
| toute en humour