Archive pour février, 2013

expression : franchir le Rubicon

 

expression : franchir le Rubicon dans jouer avec les mots - expressions

« Franchir le Rubicon  »Faire un pas décisif et irréversible.
Prendre une décision et en assumer toutes les conséquences.

Le Rubicon est un cours d’eau qui séparait la Gaule Cisalpine que César gouvernait et l’empire romain.

Vers 49 avant J.C. César s’en retournait à Rome afin de se reposer après avoir mis une tannée à nos ancêtres les gaulois. Las ! Pompée avait décidé que tout général d’armée devait se séparer de son armée avant de rentrer dans la ville.

Arrivé au Rubicon, lieu où il devait se séparer de son armée, César décida que celle-ci avait le droit de jouir des plaisirs de la capitale surtout que secrètement, il envisageait de prendre le pouvoir et pour ce faire, il avait besoin de ses soldats.

Après avoir prononcé son fameux « Alea jacta est » (le sort en est jeté) il fit franchir l’endroit à ses troupes avec lesquelles il marchait sur Rome alors que Pompée s’enfuyait.

Bien lui en prit puisque cette décision lui permit de prendre les rênes du pouvoir après avoir vaincu Pompée à la bataille de Pharsale en Thessalie.

Publié dans:jouer avec les mots - expressions |on 16 février, 2013 |Pas de commentaires »

la pensée du jour – l humilité

 

la pensée du jour - l humilité dans mystique sagesse

« Vous avez un idéal, mais il y a là près de vous des personnes qui ne vous plaisent pas et qui, pensez-vous, vous empêchent de le réaliser, et vous êtes tenté de retourner à vos occupations ordinaires. Eh bien, c’est là une très mauvaise réaction. Si vous avez un idéal, ne l’abandonnez pas à cause de gens qui vous déplaisent. Personne n’est parfait, il faut se supporter les uns les autres. C’est faire preuve d’un grand orgueil de penser que les autres n’ont pas d’effort à faire pour vous supporter. Pensez chaque jour qu’il y a des personnes qui vous supportent et vous découvrirez ainsi l’humilité.
L’humilité est une vertu, mais elle est avant tout une sagesse, une façon de comprendre, elle sait comment situer les choses. Oui, la véritable humilité est une sagesse car elle voit clair, alors que l’orgueil obscurcit la vision. Demandez-vous donc comment les autres vous voient et vous ressentent – peut-être y a-t-il aussi en vous quelque chose qui les gêne et qui leur fait du mal – et continuez à travailler. »

 

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Publié dans:mystique sagesse |on 16 février, 2013 |Pas de commentaires »

la pensée du jour : les vraies richesses

la pensée du jour : les vraies richesses dans mystique sagesse %C2%AB-Si-tu-veux-le-repos-ne-te-compare-pas-aux-autres%C2%BB

 

 

 

 

 

« Que signifie se mettre au service de Dieu ? Que nous soyons capables de Lui consacrer tout ce qui nous appartient. Celui qui veut sincèrement devenir un serviteur de Dieu s’adresse à Lui en disant : « Seigneur, tout ce qui est à moi, je Te le donne. Dispose de ce que je possède, en moi et à l’extérieur de moi. Mon cœur, mon intellect, mon âme, mon esprit, mais aussi mon corps, ma maison et tout ce qu’elle contient, je Te les consacre. »
Voilà comment vous devez vous mettre au service du Seigneur. Et en réalité, le Seigneur ne vous prendra rien. Il possède déjà tout, que voulez-vous qu’Il fasse de vos facultés et de vos possessions ? Mais Il vous suggérera la meilleure manière de les utiliser. Non seulement tout ce que vous consacrez à Dieu est en sécurité, mais vous en bénéficiez bien davantage, car vous les retrouverez sur un plan supérieur. Il n’y a pas d’autre moyen pour acquérir les vraies richesses, celles que l’on ne perd jamais. »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

Publié dans:mystique sagesse |on 15 février, 2013 |Pas de commentaires »

expression : un mauvais coucheur

 

expression : un mauvais coucheur dans jouer avec les mots - expressions

Un mauvais coucheur  »Une personne désagréable, peu sociable, de caractère difficile

Au XVIème siècle,  le voyageur  qui arrivait dans une auberge et demandait à y passer la nuit était convié, non pas à dormir dans une chambre individuelle mais à partager, en tout bien tout honneur, le même lit avec d’autres voyageurs qu’il ne connaissait pas.

Il est facile de comprendre que cette promiscuité était préjudiciable à un bon sommeil et que l’agitation ou les ronflements des voisins de lit étaient nombreux

Les « coucheurs » étaient donc ceux qui partageaient le même lit et ils étaient dit « mauvais » s’ils faisaient trop de bruit empêchant les autres de dormir.

C’est au XIXème siècle que cette expression prend le sens qu’on lui connait maintenant à savoir, une personne désagréable et de caractère difficile.

Publié dans:jouer avec les mots - expressions |on 15 février, 2013 |Pas de commentaires »

Qui pratique encore les «valentinages» ?

 

Qui pratique encore les «valentinages» ? dans les évènement qui font l'histoire

 

Valentin

Valentin est un martyr obscur du IIIe siècle. Évêque de Terni (Italie), il aurait été sollicité pour guérir le fils d’un philosophe romain, Craton. S’étant acquitté de sa tâche avec succès, il aurait obtenu de Craton et de sa famille qu’ils se convertissent à la foi chrétienne. Mais le préfet de Rome l’ayant appris l’aurait alors fait décapiter…

Les Anglais du Moyen Âge ont fait de Valentin le saint patron des amoureux car sa fête coïncide, paraît-il, avec le début de la saison des amours chez les oiseaux. Ainsi sont nées les « valentinages » (danses paysannes où les couples se constituent par tirage au sort). Cette tradition, attestée par le poète Chaucer en 1381, a gagné ensuite la France.

 dans les évènement qui font l'histoire

En 1401, le roi de France Charles VI le Fou lui donna un singulier prolongement en choisissant le jour de la Saint Valentin pour fonder une « cour d’amour », c’est-à-dire un cercle poétique destiné à prolonger la tradition médiévale et aristocratique de l’amour courtois. Au XIXe siècle, la tradition s’est renouvelée avec l’apparition des « valentines », cartes postales ornées de coeur que les jeunes gens utilisaient pour déclarer leur flamme.

L’Église catholique a attendu 1496 pour faire de Saint Valentin le patron des amoureux tout en condamnant les « valentinages ». Aujourd’hui, elle profite du succès populaire de la Saint Valentin pour des réunions festives et spirituelles destinées à réfléchir sur le sens de l’amour conjugal !

extrait d’hérodote

la pensée du jour – ajna chakra

 

la pensée du jour - ajna chakra dans mystique sagesse ajna

« Vous avez beaucoup travaillé et vous vous sentez épuisé… Mais, au lieu d’aller vous étendre sur un lit, ou d’avaler des tasses de café ou quelques autres excitants pour vous redynamiser, soi-disant, sachez qu’il y a des exercices simples à faire.
En voici un, par exemple. Asseyez-vous et concentrez-vous sur ce centre situé entre les deux yeux que les hindous appellent Ajna chakra. Tâchez de ne penser à rien, respirez seulement et laissez-vous flotter comme sur un océan de lumière. Peu à peu, dans cet état de passivité qui est en réalité une autre forme d’activité, vous allez sentir la paix et l’harmonie se répandre en vous. Grâce à cette paix et à cette harmonie, vous attirerez de l’atmosphère des énergies, des fluides très subtils, et vous serez à nouveau rechargé, prêt à retourner à votre travail et à remplir vos obligations.  »

 

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Publié dans:mystique sagesse |on 12 février, 2013 |Pas de commentaires »

UN SNOB C’EST QUOI ?

 

 

UN SNOB C'EST QUOI ? dans QUESTION

 

Un snob, est une personne qui cherche à se distinguer du commun des mortels.

Désireux d’appartenir à une élite, il tend à reproduire le comportement d’une classe sociale ou intellectuelle qu’il estime supérieure.

Souvent, il imite les signes distinctifs de cette classe, qu’il s’agisse du langage, des goûts (musique, lecture etc….), des modes ou des habitudes de vie.

  dans QUESTION

Comment le reconnait-on ?

 

On le reconnaît à travers une forme de vanité qu’il affiche ainsi qu’à ses manières de jugement qui le fait considérer comme inférieure, toute personne qui ne pense pas comme lui mais comme il sait très bien cacher son jeu, il arrive que le naïf tombe dans le panneau et mette un certain temps à découvrir « le pot aux roses »

 

C’est quelqu’un qui croit tout savoir et se sent au dessus de tout le monde.

 

Il est aussi arrogant à cause d’une fierté mal placée ;

Chez lui, tout est calculé pour faire savoir sans le dire, pour se vanter sans le faire et souvent, il est aidé en cela par un bon quotient intellectuel qui lui permet de jouer avec les mots « sans avoir l’air d’y toucher » autrement dit, il ne fait rien sans rien ; il est capable par exemple de donner de l’argent à un mendiant pour se faire admirer. Il choisira alors de le faire là où il y a le plus de passage possible ce qui lui évitera de parler de son acte dont, intérieurement il est très fier, puisque les autres le feront pour lui.

 

D’apparence très froide, il n’y a aucune gentillesse dans ses actes puisque ceux-ci sont calculés et toute attitude qui semble bienveillante n’est en fait que de la condescendance.

 

Derrière son humour, froid comme il l’est lui-même,  se cache une forme de mépris pour la ou les personnes concernées qu’il rabaisse ou qu’il rend dépendantes de lui.

 

Enfin assez manipulateur, il sera capable de jouer sur les mots avec prouesse devenant alors soi-disant  la victime de la situation qu’il a lui-même créée

 

 

Quelques citations pour illustrer mon propos :

 

 

 

 

 

« Le snobisme est une manière pour les gens sans personnalité, de s’en donner une. »

de Marcel Natkin 

« Le snobisme consiste à pouvoir se placer toujours dans les endroits où les autres n’ont pas accès. »

de Salvador Dali

« Snobisme. C’est un partage savant entre ce qui doit se faire et ce qui ne doit pas se faire. C’est une étiquette permanente. Le bon mot, le geste qu’il faut, quand il faut. »

de Arielle Dombasle

 

Publié dans:QUESTION |on 12 février, 2013 |Pas de commentaires »

expression : avoir/crever la dalle

 

expression : avoir/crever la dalle dans jouer avec les mots - expressions

« Crever / avoir la dalle  »

Avoir (très) faim

Ce n’est qu’à partir du XVIe siècle que le mot ‘dalle’ prend le sens qu’on lui connaît aujourd’hui, à savoir une table ou une plaque de pierre.

Mais auparavant, au XIVe siècle, il avait de sens de rigole, gouttière, évier, auge ou bassin, emprunté à l’ancien normand ‘daela’. Et c’est à partir de cette acception qu’au XVe siècle, le mot, en version argotique, a désigné le gosier, cette ‘rigole’ par laquelle passent les boissons et les aliments, sens qui a donné aussi les expressions « se rincer la dalle » ou « avoir la dalle en pente » (qu’il ne faut pas confondre avec notre avoir la dalle)

Avoir la dalle date de 1960, semble-t-il (chez Auguste Le Breton). C’est une atténuation de crever la dalle qui est un mélange bizarre de « crever de faim » avec cette fameuse ‘dalle’ sur laquelle glissent les aliments.

extrait de : expressio

Publié dans:jouer avec les mots - expressions |on 12 février, 2013 |Pas de commentaires »

Un écrivain, c’est quoi ?

 

 

Un écrivain, c'est quoi ? dans QUESTION

 

 

Un écrivain, c’est quoi ?

Le Larousse nous dit : personne qui compose des ouvrages littéraires.

La littérature elle, toujours selon le Larousse est  l’ensemble des œuvres écrites ou orales qui visent à une valeur esthétique.

On a ensuite posé la question à un écrivain dont personne ne conteste le talent « qu’est ce qu’écrire ?»  et voici ce qu’il a répondu : Contrairement au peintre ou au musicien qui présente les choses tout en laissant  le spectateur y voir ce qu’il veut, l’écrivain, lui, peut guider son lecteur

 dans QUESTION

 

 

 

Pourquoi écrit-on ?

Pour communiquer quelque chose mais quoi ? quelque chose qu’on a vu, qui est arrivé, qu’on a ressenti, qu’on a rêvé, qu’on a entendu, qu’on a imaginé, ce qui veut dire que la réponse se trouve non seulement dans la lecture qui fera la synthèse entre perception et création, mais aussi que sans lecteur, il n y’a pas d’écrivain car l’un complète l’autre mais ici intervient une notion de liberté puisque le lecteur à le droit de penser que l’auteur à écrit en toute liberté et ce dernier laisse au lecteur la liberté de comprendre ce qu’il veut.

La lecture pouvant alors être considérée comme un acte commun dans lequel les deux apportent leur quote-part,  le plaisir du lecteur concrétisant l’existence de l’œuvre et chacun étant récompensé pour sa peine.

Et pour qui écrit-on ?

Pour celui qui nous lira avec en arrière fond le secret espoir d’atteindre une sorte d’immortalité ;  il est donc important d’écrire pour ses contemporains, ceux qui font partie de la même histoire jouant souvent le rôle de médiateur et dévoilant à la société la façon dont elle est vue.

 

 

Si vous comprenez comme moi ce qui vient d’être écrit vous serez d’accord pour reconnaître que :

Un écrivain est une personne qui écrit des livres.

La renommée d’un écrivain est consécutive au nombre de ses lecteurs

Cela veut-il dire que c’est le nombre des ventes qui décide de la valeur des écrits ?

oui et non car certains livres encensés par snobisme ne méritent pas  la côte de popularité qui leur est  faite  alors que d’autres, « dits populaires »   compréhensibles par tous, et décrivant des situations auxquelles n’importe qui peut s’identifier sont noyés dans la masse.

Alors pour résumer nous dirons qu’un bon livre est un livre qui apporte quelque chose à celui qui le lit : émotions, rire, pleurs, découvertes, et qu’il n’est pas forcément nécessaire de se casser la tête à déchiffrer des textes abscons qui eux n’apportent bien souvent que migraines et qui n’aident en aucun cas  à mieux comprendre ce que nous avons à faire dans ce monde qui est suffisamment compliqué pour qu’on ne se sente pas obligé d’en rajouter.

 

 

 

Publié dans:QUESTION |on 11 février, 2013 |Pas de commentaires »

tant va la cruche a l’eau

 

tant va la cruche a l'eau dans coup de gueule

A force de tout accepter,

A force de ne plus respecter aucune valeur,

A force de nous mentir,

A force de se mentir,

A force de tout mélanger,

On en arrive à des situations absurdes, dangereuses, abusives

et tout cela avec notre bénédiction muette.

 

Nous ne pouvons plus avoir confiance, ni dans les politiques, ni dans la justice, ni dans les instances sportives, ni dans les scientifiques.

 

Les gouvernements quels qu’ils soient, dès qu’ils sont au pouvoir, s’empressent de démolir ce que le gouvernement précédant à fait pour mettre en  place  leurs promesses électorales destinées à leur donner le second mandat donc ils rêvent.

La justice libère les violeurs, les hommes dangereux, les peines étant calculées non pas en fonction de la gravité de l’acte mais de la qualité oratoire d’un avocat.

Les sportifs sont pourris jusqu’à l’os, drogués sans honte , on leur permet des compromis alors que le quidam lui, serait puni lourdement

Les scientifiques nous concoctent des médicaments sans se soucier de nous . Ce qu’ils mettent sur le marché est au mieux inefficace au pire mortel

Et tout cela avec notre consentement muet car nous savons très bien manifester, donner du poing sur la table, gonfler le torse, mais lorsqu’il s’agit de s’élever avec efficacité contre ce qui ne devrait pas exister, alors là ! il n’y a plus personne.

Nouvelle étape dans la tromperie, dans la chaine alimentaire : nous apprenons, que nous avalons n’importe quoi mais jamais ce que nous croyons manger.

-          Vous acceptez le mariage homosexuel ! ce sont les enfants qui en subiront les conséquences,

-          Par votre silence vous acceptez que des violeurs et des récidivistes soient remis en liberté ! là aussi vous prenez de gros risques pour vous et les vôtres

-          Vous continuez à admirer telle équipe, tel sportif ! vous encouragez l’ensemble des joueurs à continuer leurs trafics bravo !

-          Pour votre santé, vous feriez n’importe quoi ! commencez donc par vous nourrir correctement et sans excès, menez une vie la plus saine possible, adoptez des traitements à base de plantes, Diminuez votre consommation de viande, supprimez la cigarette et l’alcool, reprenez la bonne habitude de nos grand -mères de cuisiner vous-mêmes vos repas et si vous pensez que c’est beaucoup vous demander, dites vous que sans ces petits sacrifices, vous mettez votre santé en péril et si vous vivez jusque là,  vous vous préparez une vieillesse assez peu enviable.

-          Enfin, et seulement si vous en avez le courage, demandez vous de quoi se composent les autres aliments dont vous raffolez et si vous  voulez vous voiler la face une fois de plus alors !

 

-          bon appétit ,

-          bonne santé et

-          bonne vie.

 

http://www.ladepeche.fr/article/2013/02/10/1557484-trafic-de-viande-lasagnes-au-cheval-un-scandale-au-gout-amer.html#reagissez

Publié dans:coup de gueule |on 11 février, 2013 |Pas de commentaires »
12345

Ni OUI ni NON |
elevator |
freressuricate |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | titinou
| Rakipedia™
| toute en humour