Archive pour février, 2013

expression : pour un point Martin perdit son âne

 

expression : pour un point Martin perdit son âne dans jouer avec les mots - expressions 700809_280x210

 

 

« Pour un point, Martin perdit son âne  »

Se dit lorsque quelqu’un
- perd quelque chose d’important pour une raison idiote, par négligence, faute de précautions très simples.
- abandonne quelque chose d’important pour lui en croyant récupérer en échange quelque chose de plus important mais finalement de peu d’intérêt

Deux explications sont données à cette expression :
La première viendrait de deux ecclésiastiques, dont l’un s’appelait Martin, qui se disputaient l’abbaye de Sonane (« son âne », bien sûr !). Martin perdit le procès parce que le mauvais emplacement d’un point dans une phrase de l’acte de vente qu’il présentait en modifiait complètement le sens et invalidait ainsi l’acte.

La seconde, que Pierre-Marie Quitard présente comme étant la bonne dans son « Dictionnaire étymologique, historique et anecdotique des proverbes » paru en 1842, vient de l’histoire suivante :

L’abbé d’Asello, en Italie, fit inscrire sur la porte de l’abbaye :
« Porta, patens esto. Nulli claudaris honesto. »
(Porte, reste ouverte. Ne sois fermée à aucun honnête homme.)
Mais par erreur ou ignorance, le graveur se trompa et écrivit :
« Porta, patens esto nulli. Claudaris honesto. »
(Porte, ne reste ouverte pour personne. Sois fermée à l’honnête homme.)
Le pape, apprenant la teneur de cette inscription retira l’abbaye d’Asello à Martin et la donna à un autre abbé qui, non seulement corrigea la faute, mais ajouta :
« Uno pro, puncto caruit Martinus Asello. »
(Pour un seul point, Martin perdit Asello.)
Et comme ‘Asello’ est très proche du latin ‘asellus’ qui signifie « petit âne », le proverbe serait né de cette dernière inscription.

Mais Leroux de Lincy, dans son « Livre des proverbes français », paru en 1859, affirme avoir trouvé les versions suivantes :
- Au XIIIe siècle, « pour un point perdit Gibert son âne »
- Au XVe, « pour un seul point, Gaubert perdit son église »
- À la fin du XVe, « pour un point perdit Martin son âne »
- Au XVIe, « pour un point Baudet perdit son âne »

Autant dire que l’expression existe depuis très longtemps et que sa réelle origine, vu les formes variées qui en existent, reste en fait très mystérieuse

extrait de expressio

Publié dans:jouer avec les mots - expressions |on 28 février, 2013 |Pas de commentaires »

la pensée du jour

la pensée du jour dans mystique sagesse

 

« Comment l’humanité a-t-elle pu survivre et se développer sur la terre ? Grâce à l’agriculture. Et en quoi consiste l’agriculture ? À enfouir dans le sol des graines, des plants. Avec le temps, une graine produit des centaines d’autres graines et un plant devient un arbre couvert de fruits. Ainsi, pour vivre dans l’abondance, il faut au moins commencer par semer une graine, par planter un arbre.

Dans le monde spirituel comme dans le monde physique, si vous voulez recevoir l’amour, la lumière, la joie, toutes les bénédictions du Ciel, vous devez aussi semer, planter. Et là, évidemment, les semences et les plants sont d’une autre nature : des pensées, des sentiments, des actes, des paroles, des regards, des sourires inspirés par tout ce que vous possédez de meilleur dans votre cœur et dans votre âme. Et en retour, vous recevrez une abondance de fleurs et de fruits. »

Publié dans:mystique sagesse |on 27 février, 2013 |Pas de commentaires »

comment devient on exceptionnel ?

comment devient on exceptionnel ? dans les évènement qui font l'histoire banniere-APPA

Je m’occupe d’un site animalier depuis fort longtemps et je passe les articles de la responsable sur son blog.

Beaucoup de ses lecteurs/lectrices qui eux aussi oeuvrent pour la cause animale lui demandaient depuis longtemps d’ouvrir une page facebook pour pouvoir mieux aider mais comme personne ne savait comment faire, on en causait et…. rien ne se passait.

Mais Telavivcat en avait marre de lire toujours la même chose et elle pensait qu’il suffirait de connaitre quelqu’un qui s’y connaissait un peu en informatique, de suivre ses instructions et  le tour serait jouer.

Or Telavivcat qui ne s’est pas encore fâchée avec tout le monde connait une petite jeune fille du Sri lanka qui semble être née avec un ordinateur dans la tête et qui a accepté de l’aider.

Hier soir, première leçon et petit à petit apparait sur l’écran, une page qui va devenir une petite merveille car maintenant qu’elle a vu le jour, il va falloir l’habiller, la maquiller, la pomponner de façon à ce qu’elle devienne « la page du siècle » celle vers qui les foules se précipitent.

Vous avez énormément de chance de connaître celle par qui les miracles arrivent car voici le lien à partir duquel vous pouvez vous balader sans risquer de faire de mauvaises rencontres.

https://www.facebook.com/AppaEquidesAssociation

Pour l’instant il ne vous est pas demandé grand-chose, seulement allez faire une petite visite, laisser un petit « je t’aime », un commentaire si cela vous chante, et aussi de « partager » car le but de cette page c’est qu’elle voyage le plus possible de façon a être très connue. Vous pouvez aussi demandé à être « ami »

Il faut dire aussi que Telavivcat est gonflée à bloc lorsqu’elle découvre  que l’informatique  est à la portée de tous ceux qui veulent bien ne pas en faire une montagne et acceptent de faire un petit effort pour en savoir un peu plus chaque jour.

Comment voulez vous qu’après cela elle ne soit pas entrain de se la péter grave ?

le questionnaire de Proust

Le questionnaire de Proust

 

le questionnaire de Proust dans QUESTION 700550_280x210

 

Le principal trait de votre caractère?…..la force
La qualité que vous préférez chez un homme?…..la droiture
Et chez une femme?…...la franchise
Le bonheur parfait, selon vous?…….n’existe pas mais on peut s’en approcher en vivant bien l’existence qu’on a choisie
Où et à quel moment de votre vie avez-vous été le plus heureux?..chez moi, ..maintenant
Votre dernier fou rire?…..hier
Et la dernière fois que vous avez pleuré?……il y a longtemps et toujours pour la même raison, la cruauté faite envers les animaux
Votre film culte?…...les uns les autres de Lelouch
Votre occupation préférée?……écrire sur mes blogs
Votre écrivain favori?……Victor Hugo – Syrulnik – Martin Gray 
Votre livre de chevet?……je n’en ai pas
Votre héros ou héroïne dans la vie?…..ceux que l’on appelle « les justes »
Et la figure historique que vous admirez?…...là, je sèche
Votre héros de fiction?…..je n’en ai pas
Votre musicien préféré?……Verdi – Chopin, 
La chanson que vous sifflez sous votre douche?…..comme ils disent de  Ch. Aznavour
Votre couleur préférée?…….Violet
Votre boisson préférée?…...le lait
Que possédez-vous de plus cher?…..mon cerveau
Les fautes pour lesquelles vous avez le plus d’indulgence?..celles que l’on fait pour la première fois…
Qui détestez-vous vraiment?.,  les nazis, et les gens cruels envers les animaux
Si vous deviez changer une chose dans votre apparence physique? ….rien.. et pourtant il y en a des choses à changer…
Quel serait votre plus grand malheur? …….devenir sénile
Et votre plus grande peur? …….être enterrée vivante
Votre plus grand regret? ……aucun (pas de temps à perdre avec eux)
Qu’avez-vous réussi de mieux dans votre vie? ……..ma vie
Votre devise? ……ne cédez jamais, a rien de grand ou de petit, d’important ou d’insignifiant, ne cédez jamais sauf aux convictions de l’honneur et du bon sens(Winston Churchill)

 

 

 

Publié dans:QUESTION |on 26 février, 2013 |Pas de commentaires »

EXPRESSION : UN TRAVAIL DE BENEDICTIN

 

EXPRESSION : UN TRAVAIL DE BENEDICTIN dans jouer avec les mots - expressions

 

« Un travail de bénédictin »

Un travail intellectuel de longue haleine
Un travail qui exige beaucoup de patience et de soin

Ici, il s’agit de « Saint Benoit de  Nursie » né à la fin du Vème siècle et fondateur de l’ordre des moines bénédictins vers 529 et dont les principes  ont été adoptés par de très nombreux monastères en occident.

Au fil des siècles, les bénédictins vont avoir plusieurs interprétations de ces règles ce qui conduira à la création de plusieurs ordres (citeaux, Cluny…) chacun insistant sur telle ou telle activité » (travail manuel, liturgie etc…)

Parmi ces ordres, il y eut la congrégation de Saint Maur, créée au XVIIème siècle qui mettait en avant le travail intellectuel, participant à des travaux littéraires collectifs de très longue haleine (236 volumes pour le « trésor généalogique » ou encore 50 volumes pour une géographie de la Gaule et de la France par exemple) qui nécessitaient une très grande patience

Publié dans:jouer avec les mots - expressions |on 23 février, 2013 |Pas de commentaires »

« SI » de Rudyard kipling

 

 

SI

Si tu peux voir détruire l’ouvrage de ta vie,
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
Ou perdre d’un seul coup le gain de cent parties,
Sans un geste et sans un soupir;

Si tu peux être amant sans être fou d’amour,
Si tu peux être fort sans cesser d’être tendre,
Et te sentant haï, sans haïr à ton tour,
Pourtant lutter et te défendre;

Si tu peux supporter d’entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d’entendre mentir sur toi leurs bouches folles
Sans mentir toi-même d’un seul mo ;

Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les rois,
Et si tu peux aimer tous tes amis en frère,
Sans qu’aucun d’eux soit tout pour toi ;

Si tu sais méditer, observer et connaître,
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur,
Rêver mais sans laisser le rêve être ton maître,
Penser, sans n’être qu’un penseur;

Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
Si tu peux être brave et jamais imprudent,
Si tu sais être bon, si tu sais être sage,
Sans être moral ni pédant;

Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite,
Et recevoir ces deux menteurs d’un même front,
Si tu peux conserver ton courage et ta tête,

Quand tous les autres les perdront,

Alors les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire
Seront à tout jamais tes esclaves soumis
Et, ce qui vaut bien mieux que les Rois et la Gloire,
Tu seras un homme, mon fils.

 

Rudyard Kipling 

Publié dans:poemes |on 22 février, 2013 |Pas de commentaires »

expression : faire la manche

 

faire la manche

« Faire la manche  »

Faire la quête (pour des artistes de rue)
Mendier

Au Moyen-âge, les dames donnaient au chevalier qui se battait pour elle une de leurs manches.

Ce mot repris en Italien est devenu « mancia » qui a pris le sens de « don » ou encore de « gratification » avant de signifier « pourboire » ou encore « aumône »

Au milieu du XVIème siècle, le mot revient dans le giron français avec cette nouvelle acception « aumône » *

S’il a d’abord servi pour les artistes de rue qui quêtaient pour la prestation qu’ils venaient d’effectuer, il s’est ensuite étendu à la mendicité.

.

Publié dans:jouer avec les mots - expressions |on 22 février, 2013 |Pas de commentaires »

Vieille légende hindoue !

 

 Vieille légende hindoue ! dans mystique sagesse

Une veille légende hindoue raconte qu’il fut  un temps où tous les hommes étaient des dieux mais ils abusèrent tellement de leur divinité que Brahma, le maître des dieux, décida de leur ôter le pouvoir divin et de le cacher à un endroit où il leur serait impossible de le retrouver. Le grand problème fût donc de lui trouver une cachette.

Lorsque les dieux mineurs furent convoqués à un conseil pour résoudre ce problème, ils proposèrent ceci : 
- « Enterrons la divinité de l’homme dans la terre. »
 
Mais Brahma répondit :
 
- « Non, cela ne suffit pas, car l’homme creusera et la trouvera. »
 
Alors les dieux répliquèrent :
 
- « Jetons la divinité dans le plus profond des océans. »
 
Mais Brahma répondit à nouveau :
 
- « Non, car tôt ou tard, l’homme explorera les profondeurs de tous les océans, et il est certain qu’un jour il la trouvera et la remontera à la surface. »
 
Alors les dieux mineurs conclurent :
 
- « Nous ne savons pas où la cacher car il ne semble pas exister sur terre ou dans la mer d’endroit que l’homme ne puisse atteindre un jour. »
 
Alors Brahma dit :
 
- « Voici ce que nous nous ferons de la divinité de l’homme : nous la cacherons au plus profond de lui-même, car c’est le seul endroit où il ne pensera jamais à chercher. »

Depuis ce temps-là, conclut la légende, l’homme a fait le tour de la terre, il a exploré, escaladé, plongé et creusé, à la recherche de quelque chose … qui se trouve en lui. 

Auteur inconnu

 

 

Publié dans:mystique sagesse |on 21 février, 2013 |Pas de commentaires »

la pensée du jour

la pensée du jour  dans mystique sagesse

 

 

 

« Il est souhaitable que chacun reconnaisse ses fautes et les regrette, mais cela ne suffit pas. Même si les remords, et les larmes qui les accompagnent parfois, contribuent à nous purifier, pour être pardonné nous devons réparer.
Il est dit dans le Zohar que lorsque Dieu créa la pénitence, Il lui dit : « Chaque fois que les hommes se tourneront vers toi, tu devras effacer leurs fautes. » Mais elles ne seront réellement effacées que si, justement, nous « faisons » pénitence. La pénitence suppose l’activité et non la passivité. Quand on a compris qu’on a mal agi et ce qui a fait qu’on a mal agi, il faut chercher à réparer ses erreurs, et surtout se remettre au travail. En se lamentant, en se frappant la poitrine, on ne répare rien du tout et on devient même un fardeau pour les autres.

Le salut n’est pas dans le remords, mais dans le travail. »

 

Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

Publié dans:mystique sagesse |on 21 février, 2013 |Pas de commentaires »

expression : c’est l’hôpital qui se moque de la charité

 

expression : c'est l'hôpital qui se moque de la charité dans jouer avec les mots - expressions

 C’est l’hôpital qui se moque / se fout de la charité  »S’utilise lorsque quelqu’un se moque, chez un autre, d’un défaut qu’il a lui-même

 

Au XIIème siècle un hôpital était un établissement religieux destiné à accueillir les pauvres, les mendiants et on y faisait donc la charité. C’est au XVIIème siècle que ce même mot devient un établissement médical religieux ou laïque.

 

A cette époque les hôpitaux gérés par des ordres religieux ont pris le nom de « charité »mais par suite de stupides rivalités et jalousies, l’un commença à se moquer de l’autre d’où cette locution.

 

Il semblerait que celle-ci vienne de Lyon, ville dans laquelle il existant aussi bien « l’hôtel-D-ieu » que « l’hopital de la charité » et certains documents montrent la rivalité existant entre ces deux établissements.

 

Pour les malades cela ne changeait pas grand-chose car ils avaient autant de chance de mourir dans l’un ou l’autre lieu par manque de salubrité

 

Publié dans:jouer avec les mots - expressions |on 20 février, 2013 |Pas de commentaires »
12345

Ni OUI ni NON |
elevator |
freressuricate |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | titinou
| Rakipedia™
| toute en humour