Archive pour décembre, 2012

la pensée du jour : présent, passé, avenir

 

la pensée du jour : présent, passé, avenir dans mystique sagesse instantpresent
« Le présent est le privilège de Dieu. Dieu vit dans un éternel présent, et c’est au présent qu’Il a donné tout pouvoir. Sachant cela, chacun de vous doit se dire : « Moi aussi, aujourd’hui, je dispose d’aujourd’hui. Le passé a été, et l’avenir n’est pas encore. Seul le présent m’appartient. Alors, au travail ! » Mais que font la majorité des humains ? Ils ruminent le passé, ils rêvent l’avenir, et pour le présent ils sont absents, ils le laissent filer en ne sachant pas comment le vivre.
Le passé est le plus souvent objet de regrets, de remords : on regrette le bon vieux temps, ou bien on se reproche les erreurs, les choix qu’on avait faits, les décisions qu’on avait prises. Quant à l’avenir… si on ne sait pas comment agir dans le présent, à quel avenir peut-on s’attendre ? Tout en espérant qu’il sera heureux, meilleur, on s’inquiète : que va-t-il arriver ? Et il en sera ainsi tant qu’on n’apprendra pas comment fonder demain sur cette base solide qu’est aujourd’hui.

 

Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

 

Publié dans:mystique sagesse |on 31 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

les fêtes de fin d’année dans le monde

 

les fêtes de fin d'année dans le monde dans les évènement qui font l'histoire

 

En Espagne, les célébrations du nouvel an commencent avec un dîner familial. Le compte à rebours est suivi sur l’horloge de la Casa de Correos au square de la Puerta del Sol à Madrid. Il est de tradition de manger 12 grains de raisin, un à chaque coup de minuit sonnant au carillon. Au Royaume-Uni, on célèbre le nouvel an en attendant que Big Ben sonne minuit. Habituellement, les participants comptent les 10 dernières secondes et chantent Happy New Year au moment du zéro. En Allemagne, on fête le réveillon de la Saint-Sylvestre entre amis. À minuit, feux d’artifice et pétards retentissent partout; à l’origine le bruit était censé faire fuir les mauvais esprits. De l’autre côté de l’océan, aux États-Unis, depuis un siècle, la chute de la boule depuis le sommet du n°1 Times Square à New York est l’une des principales composantes des cérémonies, retransmise en direct à la télévision. La boule de cristal, qui mesure 2m de diamètre et pèse une demie-tonne, commence à descendre à 23h59 et atteint le sol à minuit. Au Brésil, feux d’artifices et spectacles musicaux sont dans toutes les villes à minuit. La fête la plus célèbre est celle de la plage de Copacabana, à Rio de Janeiro.

Bon réveillon à tous !

 

Ma minute essentielle

Publié dans:les évènement qui font l'histoire |on 31 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

DE « A » JUSQU’A « Z »

 

DE

Au début tout se passait bien, il n’y avait ni ordre ni méthode, chacune était, allait, se mettait où bon lui semblait et puis voilà que les humains étaient arrivés.
 dans mes écrits et ceux des autres
Pendant quelques temps ils s’étaient tenus tranquilles, occupés surtout à trouver de quoi manger et puis, petit à petit, quand ils avaient su allumer le feu, cuire leurs aliments s’habiller de peaux de bêtes, ils s’étaient dit qu’il serait temps de se parler, non pas par borborygmes comme ils l’avaient fait jusque là mais par mots,des grands, des petits, des gentils, d’autres moins, peu leur importait, ils voulaient du vocabulaire alors, les plus intelligents s’étaient assis en rond dans la grotte, avaient fait des gestes et émis mille grognements pour en arriver à la conclusion, non sans mal, que les lettres dont ils connaissaient l’existence mais pas l’utilisation leur serviraient de base pour fabriquer ce qui s’appellerait plus tard, des mots, des phrases, des meetings , des dictionnaires et des académiciens.

Comme elles avaient ri lorsqu’elle avaient entendu les primitifs essayer de prononcer les mots les plus simples, et quand les lettres s’étaient rendue compte qu’on allait leur donner un accent, des qualifications propres, qu’on allait les associer à de la grammaire, elles ne s’étaient pas trop inquiétées car de tout cela elles se foutaient un peu, mais quand il avait été question de les aligner par ordre d’importance, là, l’émoi était arrivé à son comble.

Heureusement, les bipèdes avaient mis beaucoup de temps pour s’entendre ce qui leur avait permis de s’habituer à l’idée et de continuer d’exister comme si de rien n’était. Mais lorsque la liste, bien des fois remaniée, avait pris corps définitivement, les 26 copines avaient fait la gueule, surtout celles qui étaient en bout de liste ou encore parcequ’on avait introduit à n’importe quelle place, celles dont on n’avait pas souvent besoin.

Bien sur, on avait fait quelques faveurs à certaines, une cédille par ci un tréma par là, les accents aussi changeaient parfois les choses, mais il ne s’agissait que de broutilles destinées à noyer le poisson

C’est alors que la ponctuation avait fait son apparition et donné à chaque phrase le sens qui lui revenait.
Et puis au cours des siècles, les langues avaient pris forme. Celle du charretier, de l’Hobereau, du prince, chacun à son niveau apportant une pierre à l’édifice.

Les expressions aussi étaient arrivées: de terroir, populaires, militaires, aristocratiques, chaque classe de la société avait les siennes et se moquait de celles des autres.

Lorsque la poêsie étaient née, chaque lettre s’était enrichie d’une majuscule en début de ligne, d’une rime à la fin, et de jolies exclamations les plus belles étant : Ô ! et Las !

La prose, elle aussi, avait mis en valeur les tournures de phrases simples ou grandiloquentes, et l’académie française avait entériné le tout.

Les 26 lettres de l’alphabet avaient compris bien avant les hommes, qu’aucune d’elles n’était indispensable mais que toutes ensembles, elles étaient primordiales, que les guerres entre elles ne pouvaient que les affaiblir alors que l’entente ne pouvait que les grandir, que la ponctuation était leur forme de politesse, celle qui arrondie les angles comme celle qui met les choses au point.

Toutes ces lettres, voyelles ou consonnes, muettes ou aspirées, sont fières maintenant de nous servir au mieux et elles n’ont qu’une seule prière : être nos amies pour que dans le monde entier les gens, petits ou grands, de toutes races, de toutes couleurs, et de toutes religions, comprennent que c’est avec elles qu’on forme des mots, que c’est avec les mots que l’on forme des phrases et c’est avec les phrases que l’on propage les idées, en quand celles-ci parlent de paix et d’amour , de peace and love, de salam wa houb, de shalom et Ahava, l’espoir est en route.C’est pour cela qu’il faut veiller sur elles car sans elles, c’est notre instinct qui parle et lui, il n’a pas besoin de mots, seulement de force aveugle, d’orgueil et de fanatisme, pour anéantir ce que nous avons tant de mal à construire.

 

alphabluck

Publié dans:mes écrits et ceux des autres |on 30 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

Le savoir inutile des soirs de fête

Le savoir inutile des soirs de fête dans les évènement qui font l'histoire

Demain, c’est le nouvel an et je sais que certaines d’entre vous fêteront dignement cet évènement.

Il serait normal qu’au moins une fois par an, vous soyez la reine du soir, félicitée pour votre beauté, votre élégance et aussi votre intelligence.

Aussi vous ai-je concocté 10 affirmations qu’il vous suffira de glisser dans la conversation  prouvant ainsi votre supériorité intellectuelle incontestable.

Des amies comme moi, vous n’en trouverez pas beaucoup alors qu’est ce qu’on dit ?

 dans les évènement qui font l'histoire

1)    Dans les conditions courantes, l’eau gèle à 0 degré Celsius. Ce phénomène est lié à la présence de poussière. En conditions « stériles » (sans poussière), l’eau ne gèle pas, même jusqu’à -20°C.

 

2)   Dans les textes de loi en Arkansas, un homme peut battre sa femme une fois par mois.

3)   A sa sortie, en 1948, la 2CV coutait 1850 Nouveaux Francs, soit 282 Euros.

 

4)   Dans le Kentucky, une personne est considérée comme sobre tant qu’elle n’est pas à terre.

 

5)   L’invention de la parenthèse comme on la connait remonte à la Renaissance. Nicolas Jenson, imprimeur champenois installé à Venise, donna aux parenthèses leur forme arrondie dès 1470. Erasme les baptisa « lunulae » (petites lunes) en 1530.

 

6)   Mel Blanc (la voix de Bugs Bunny) est allergique aux carottes

7)   Selon une enquête réalisée : Les touristes français, pingres et mauvais en langues, sont les pires au monde.

 

8)   Le véritable fromage de Gruyère, produit dans la région du même nom en Suisse, ne comporte aucun trou.

 

9)   Les vaches peuvent monter un escalier mais pas le descendre.

10) A Amarastii de Sus, petit village du sud de la Roumanie, la tradition veut que les villageois plantent un pieu dans le coeur de leurs morts pour éviter que ceux ci ne reviennent les hanter.

Publié dans:les évènement qui font l'histoire |on 30 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

UN SOIR JE M’EN SOUVIENS IL Y A SI LONGTEMPS

 

UN SOIR JE M’EN SOUVIENS IL Y A SI LONGTEMPS dans mes écrits et ceux des autres 691626_280x210

 

Je suis dans ma petite chambre, je n’ai parlé à personne depuis deux jours, je suis triste, je pleure.
En bas dans ma rue, il y a un cinéma et déjà beaucoup de gens font la queue pour prendre leur billet. Ils sont venus en couple, entre amis, ils parlent et rient.
Leur bonheur me fait mal, si mal, faisant ressortir ma solitude que je ne supporte plus.
Alors, sans que je comprenne bien pourquoi, un dialogue s’instaure entre moi et……

– Pourquoi suis-je si seule ?
- Parce que c’est ton destin
– Et à quoi cela me sert de tant souffrir ?
- A réfléchir
– Mais s’il en est ainsi pourquoi suis-je faite comme les autres avec un cœur qui bat, qui aime et qui pleure ?
- Parce que si tu ne savais pas ce que c’est qu’aimer et souffrir, tu ne pourrais pas comprendre les autres et les aider.
– Je ne vois pas comment je pourrais aider les autres en étant si malheureuse ?
- Pour l’instant tu apprends à accepter ton destin et quand cela sera fait, tu pourras alors regarder les autres, sonder leur âme et trouver les bonnes paroles à prononcer pour les aider.
– Et tout cela va prendre combien de temps ?
- Cela dépend de toi, uniquement de toi.

Le dialogue s’est arrêté là, la voix est partie et je suis restée seule avec ma souffrance refusant ce que je venais d’entendre.

Très longtemps, j’ai oublié cette conversation, reprise par la vie de tous les jours, j’ai de nouveau aimé, j’ai de nouveau pleuré et c’est dans ces moments là qu’elle remontait dans mes souvenirs comme pour se rappeler à moi.

Les années ont passé, un jour, j’avais 50 ans, j’ai compris que pour me protéger, puisque là était ma faiblesse, je devais cesser de chercher après quelque chose ou quelqu’un que je ne trouverais jamais. J’ai cessé de sortir, je me suis mise à vivre avec ma solitude qui ,au fil des semaines, devenait une amie.

Débarrassée d’un problème qui me retenait prisonnière, je me suis mise à respirer, j’ai commencé à voir réellement tout ce qui m’entourait, à comprendre que maintenant que j’étais libre, j’allais enfin pouvoir commencer à vivre selon le destin qui était prévu pour moi.

plus de trente ans ont passé depuis, et je comprends maintenant que ce qui m’avait été dit un jour de novembre 1981 s’était enfin réalisé et que le temps pour parvenir à ce changement n’a pas une grande importance, l’essentiel étant d’y arriver un jour.

Publié dans:mes écrits et ceux des autres |on 29 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

LA PENSEE DU JOUR – LE SENS DE LA VIE

LA PENSEE DU JOUR - LE SENS DE LA VIE dans mystique sagesse 2941124469_1_3

« Vous faites des projets pour aujourd’hui, pour demain, pour dans quelques semaines, quelques mois ou quelques années, c’est très bien, mais dans ces projets quelle place réservez-vous au Seigneur ? Il vous dit : « Je t’ai donné la vie, la joie, la beauté, je t’ai donné une famille, des amis et tant d’autres richesses… pourquoi ne me fais-tu pas une place dans ton cœur, alors que tu y accueilles n’importe qui, même des voleurs qui te dépouilleront ? Ne t’étonne pas si tu ne trouves ensuite aucun sens à ton existence. »
Le sens de la vie n’est jamais donné par le monde d’en bas, la matière ; il est donné par le monde d’en haut, l’esprit, cette étincelle, ce feu, cette lumière qui témoigne de la présence de la Divinité en l’homme, comme l’autel témoigne de sa présence dans un sanctuaire. Alors, faites une place pour Dieu en vous, pas à moitié, mais complètement. En cultivant sa présence, vous découvrirez combien votre vie devient riche et pleine de sens. »

 

Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

 

Publié dans:mystique sagesse |on 29 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

la pensée du jour – l’irréalisable

la pensée du jour - l'irréalisable dans mystique sagesse

« Le sens de la vie se trouve dans la recherche de ce qui est éternellement irréalisable : la perfection divine. Car seul ce qui est impossible est réel, et ce qui est le plus éloigné de nous est en réalité le plus proche de nous. Voilà en apparence une absurdité. Eh bien, non, car les choses ne sont pas comme nous les voyons.
Celui qui tend vers l’irréalisable, la perfection de Dieu, celui-là est dans le réel. Puisqu’il L’a mis au centre de son existence, le Créateur participe à ses activités, à chacune de ses manifestations : Il est là, présent dans ses pensées, ses sentiments. Il croyait impossible de rencontrer Dieu, de s’unir à Lui, mais en réalité cette rencontre, cette union se font chaque jour, et même à son insu ! Chaque jour, sa foi, son espérance et son amour grandissent, chaque jour la lumière et la paix augmentent en lui. »

 

Omraam Mikhaël Aïvanhov

 

Publié dans:mystique sagesse |on 28 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

LA PEUR DE DIRE NON

 

 

LA PEUR DE DIRE NON dans QUESTION

 

Contrairement à ce que vous pensez, ce n’est pas par gentillesse que vous acceptez tout ou presque mais plutôt par faiblesse.

 

Il est possible qu’il faille rechercher dans votre passé les raisons qui vous poussent à agir ainsi : peur de décevoir, de perdre vos amis, crainte de l’autorité, éviter la confrontation, désir de plaire mais très souvent, le résultat obtenu est contraire à vos espérances car certaines personnes auront tendance à en profiter et après coup, vous vous en voudrez d’avoir cédé.

 

Si vous n’y prenez pas garde, vous serez prise dans un engrenage qui vous mettra en porte à faux avec vous-même, partagé entre l’impossibilité de dire non et le désir de le faire.

 

Comment résoudre ce problème ? cela ne dépend que de vous et de l’envie que vous avez de vraiment changer les choses.

 

Commencez donc par chercher la ou  les raisons qui vous poussent  à accepter quelque chose que vous n’avez pas envie de faire.

 

Une fois trouvées, demandez- vous  quel est le plus profitable pour vous :

 

1)accepter sans broncher les « demandes » quitte ensuite à vous en vouloir, quitte ensuite à voir vos propres programmes désorganisés, ou bien,

 

2) être capable de refuser certaines demandes, estimant qu’elles vont perturber la bonne marche de vos projets ou obligations qui sont, à vos yeux, plus importants que le fait de plaire ou de ne pas vouloir décevoir.

 

Si vous êtes prise dans cet engrenage et qu’un jour vous trouvez le courage de dire « non » vous découvrirez  alors que non seulement rien de grave n’est sorti de votre refus mais que celui-ci vous grandit à vos propres yeux et vous finirez par conclure qu’après tout, ce n’était pas aussi difficile que ça de prononcer ces trois lettres qui vous libèreront de la servitude consentante dans laquelle vous êtes enfermés depuis trop longtemps.

 

Quant à vos amis et connaissances, s’ils vous aiment et vous respectent vraiment, ils comprendront votre décision et pour les meilleurs d’entre eux se rendront compte par votre attitude qu’inconsciemment ils profitaient de vous et pour les autres……………. Vous n’aurez rien perdu puisqu’ils n’étaient pas de vrais amis au sens noble du terme.

 dans QUESTION

Publié dans:QUESTION |on 28 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

la pensée du jour : l’ effort

 

la pensée du jour : l' effort dans mystique sagesse

« Tous les efforts que vous faites pour améliorer votre vie physique, matérielle, ne vous rendront pas tellement heureux si vous ne vous efforcez pas, d’abord, de connaître et d’accepter les vérités qui amélioreront votre vie intérieure. Quoi que vous obteniez extérieurement, vous n’aurez jamais la plénitude, car la plénitude ne se trouve que dans l’effort personnel, l’effort de la volonté, de la pensée, de l’imagination.
D’ailleurs, vous le savez, combien de fois en avez-vous fait l’expérience ! Dans tout ce que vous arrivez à réaliser vous-même, vous trouvez une satisfaction, tandis que tout ce que vous recevez sans rien faire, même l’argent, ne vous donne pas la même joie. Oui, on le sait, mais on continue à attendre la joie de l’extérieur. C’est pourquoi malgré tout ce que l’on possède, on se sent toujours pauvre, insatisfait et dans le vide. Donc, quoi que vous possédiez, quoi que l’on vous donne, n’abandonnez jamais le travail intérieur. Jusqu’à la dernière minute, ne l’abandonnez pas ! »

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Publié dans:mystique sagesse |on 27 décembre, 2012 |Pas de commentaires »

les aimez-vous ?

 

les aimez-vous ? dans sante

 

Vous avez du cholestérol ? Contrairement aux idées reçues, vous avez droit aux oeufs. Voici pourquoi il faut en manger, combien de fois par semaine et comment les choisir pour qu’ils soient vraiment bénéfiques à vos artères 

Lire l’article

Oeufs : de vrais atouts santé Cholestérol : les complications à éviterCholestérol: les facteurs de risque

 

SOMMAIRE

lien ici : 

 

Publié dans:sante |on 27 décembre, 2012 |Pas de commentaires »
123456

Ni OUI ni NON |
elevator |
freressuricate |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | titinou
| Rakipedia™
| toute en humour