la passagère du dernier train – 6ème partie

aachemindelavie6.jpgLorsque Stéphen décède, j’ai 55 ans. Au point de vue travail, les choses ont changé car les services de l’immigration et du travail ont accepté que des femmes venues des Phillipines viennent s’occuper, 24 heures sur 24 de personnes agées, à des prix défiant toute concurrence, donc le travail est plus dur à trouver. Heureusement pour moi, les services de main d’œuvre sont compréhensifs et savent qu’à mon âge, mon métier est de plus en plus difficile à faire car souvent il faut s’occuper de grabataires et donc avoir un bon dos et de la force. Je vais  obtenir, et ce, jusqu’à ma retraite, une somme mensuelle modeste certes, mais qui m’aidera à tenir le coup jusqu’à mes 60 ans et me permettra malgré tout de travailler sans toutefois avoir le droit de dépasser une certaine somme mensuelle, salaire et aide confondus. 

  

Une société genre « manpower » s’installe à coté de chez moi et je vais travailler toujours comme aide-soignante mais seulement 3 ou 4 heures par jour et à côté de mon domicile. J’ai très peu pour vivre mais comme j’ai toujours su me contenter de ce que j’avais et que mes goûts sont modestes, je vais tenir le coup sans trop de problèmes. 

  

Deux choses vont changer ma vie : la première c’est que je vais me mettre à étudier l’astrologie par correspondance ; des études formidables qui vont me plaire infiniment. Parallelement, je vais découvrir que dans mon quartier, beaucoup de chats abandonnés errent, malades, maigres, malheureux, or j’ai toujours aimé les bêtes et petit à petit, je vais d’abord les nourrir, mais aussi les soigner. Des vétérinaires  vont m’apprendre les rudiments à connaître pour soigner les maladies les plus faciles : diarrhées, infection des yeux, des oreilles, champignons etc…et comme j’ai toujours aimé la médecine, je vais comprendre très vite comment faire et les résultats seront très encourageants. 

  

Mais bien sûr cela ne plait pas à tout le monde ; il y a ceux qui s’arrêtent et me sourient, ceux qui s’arrêtent et me demandent si je n’ai pas quelque chose de plus intéressant à faire, ceux qui ne comprennent pas comment je peux dépenser mon argent à des « choses » si peu importantes alors que des enfants meurent de faim à travers le monde, et quand je demande à ces mêmes gens  à quels organismes ils cotisent, ils partent sans répondre et enfin les derniers, les plus virulents qui vont jusqu’à lever la main sur moi, je les regarde bien en face, qui va céder ? eux, car ils baissent le bras. 

  

Des années plus tard, d’autres gens on pris le relais, les « pas d’accord » sont soit morts, soit ont fini par accepter ce qui est inévitable, presque tous les chats ont été stérilisés, et donc à de rares exceptions près, il n’y a plus, ni aveugles, ni malades, ni malheureux. 

  

Dans mon immeuble, il y a de l’eau dans le gaz entre les propriétaires et moi ; la propriétaire surtout ne peut plus me sentir car je ne me plie pas aux règles qu’elle et son mari ont instituées depuis des lustres et qui consiste à descendre chez eux pour un rien et de papoter sur tout et sur rien mais surtout sur les autres locataires, au lieu de cela, je leur remets chaque mois le chèque de mon loyer dans leur boite aux lettres et en dehors du bonjour obligatoire quand je les croise, je ne leur parle pas. De plus ils ne peuvent pas me  jetter dehors car j’ai un contrat à vie dans cet appartement, contrat qui existe ici et que j’ai obtenu alors que j’étais nouvelle immigrante.Donc la gueguerre a commencé, on bave sur mon compte, si on le peut, on me vole mon courrier, on dépose des crottes de chats et chiens devant ma porte et pour cela on se sert d’un voisin qui obéit comme un petit chien à ses nouveaux maitres de peur d’être jeté dehors car lui ne bénéficie pas du même contrat que moi. Comme d’habitude, je ne dis rien, je nettoie,j’achète une bombe de gaz lacrymogène que je porte suspendue autour du cou et bien visible, dans le cas ou…..et j’attends. 

  

Un jour le propriétaire meurt d’une crise cardiaque ; sa femme qui ne s’est pas calmée pour autant, continue ses manigances jusqu’au jour où après avoir fait quelques travaux dans l’immeuble, elle demande à chaque locataire sa participation aux frais. Je demande copie de la facture, je ne la recevrai jamais, car il s’agit d’un travail fait au noir ce qui n’a pas empêché la méchante femme de prétendre avoir payé des sommes bien plus importantes que celle indiquée et comme par ailleurs j’ai quand même donné un acompte dont j’ai fixé moi-même le montant car des travaux ont bien été effectués, on ne peut pas m’accuser de ne pas payer. Peu après, la proprio est hospitalisée. Elle décèdera peu après. Ses enfants ont repris la gérance de l’immeuble, ils ne m’ont jamais rien demandé, nous entretenons de bons rapports, je paie ce que je dois. Encore un problème qui a trouvé sa solution avec l’aide de ….. 

  

Un jour, j’ai mis fin à mes sorties nocturnes j’ai quitté la scène en pleine gloire et avant de recevoir des tomates pourries. Mes amis et connaissances n’ont rien compris à ma décision car je n’ai rien expliqué non plus, mais j’ai tenu le coup et petit à petit, les coups de fil ont cessé et j’ai  eu la tranquilité que je recherchais. J’approche de la soixantaine, je vais enfin pouvoir m’arrêter de travailler, mes connaissances me disent que je vais drolement m’ennuyer quand je n‘aurai plus d’occupations, mais moi je sais que ce n’est pas vrai. Ce que je retiens de ces presque 20 ans auprès des personnes agées, c’est que je ne veux pas devenir comme elles. Le vieillissement physique est inévitable et il ne faut pas lutter contre et  l’accepter tout simplement, mais les doléances tendant à se plaindre sans cesse pour des broutilles, à critiquer tout et rien, ce n’est pas pour moi. Je veux faire, des années qui me restent à vivre, des moments agréables, je veux continuer à m’intéresser à tout, je veux entretenir mes neurones, je veux…. Je veux…. Oui je veux encore tellement de choses. 

  

Publié dans : mes écrits et ceux des autres |le 9 novembre, 2009 |Pas de Commentaires »

Vous pouvez laisser une réponse.

Laisser un commentaire

Ni OUI ni NON |
elevator |
freressuricate |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | titinou
| Rakipedia™
| toute en humour