Archive pour août, 2009

la pyramide de la générosité

aapyramide.jpgEn haut se trouve Zalman et Assia. Deux immigrants russes arrivés ici en 1990 à la suite de la dislocation de l’URSS.

Ils furent près d’un million à quitter leur patrie pour atterrir en catastrophe en Israël. Pour des gens qui venaient d’un pays communiste dans lequel ils n’avaient jamais rien à décider et dans lequel ils n’avaient pas le droit  à la parole, le changement était immense. Certains ne se sont jamais intégrés et il y a même eu des drames terribles et d’autres ont su ou ont pu s’adapter et se refaire une nouvelle vie, c’est le cas de mes voisins Zalman et Assia.  

Vingt ans maintenant qu’ils sont là et je me souviens de leurs débuts comme si c’était hier. Lui était dans son pays « radiologue » mais il a dû faire valider ses diplomes c’est à dire les repasser en hébreu. Elle était architecte et décoratrice d’intérieur et ne s’étant pas autant investie que son mari dans les études de la langue, a fait pendant plusieurs années des ménages chez des particuliers ce qui est tout à son honneur. 

Ils représentent pour moi l’ intégration parfaitement réussie . De plus, il s’agit de personnes instruites et  bien élevées, avec qui il est agréable de discuter. 

Assia a beaucoup de goût on s’en doute et elle a fait de son appartement un petit palais, meubles, linge, décoration, tout est parfait. Pour ma grande chance, elle aime aussi beaucoup le changement et assez souvent elle remplace, tout ou presque. 

Yaël deuxième étage dans la pyramide est toujours ravie de renouveler sa literie, ses robes, tapîs à si bas prix (0 rouble, 0 dollar,O euro)alors,le même travail s’accomplit chez moi. Je vide mes armoires(qui contiennent souvent le linge reçu quelques années plus tôt de la même bienfaitrice) et les remplis des merveilles qui viennent de m’être données. 

Edna, une autre voisine vient à son tour pour prendre le linge que j’ai retiré de mon armoire et qui va faire ses beaux dimanches puisque chez elle aussi, tout est modeste et  s’use assez vite. 

Dernier étage. Mes chats qui, attirés par une odeur inconnue vont se délecter de celle-ci, marquer leur territoire de la leur, et recevoir de nouvelles housses pour leurs coussins, housses que je coudrai le soir bien installée devant la télé.

 D’où le proverbe :le malheur des uns fait le bonheur des autres.  

merveilles de l’univers

mervunivers6.jpg

 

 

 

   

Cassiopeia A résulte d’une explosion produite il y a 330 années-lumière. Les observations au travers de différents instruments ont permis de détecter la présence de fer (en vert), de l’argon et du silicone (en jaune) et enfin des débris (en rouge). © NASA/JPL-Caltech 

  

 

Publié dans:nature |on 30 août, 2009 |Pas de commentaires »

histoire de « P »

aaapet.jpg

 

Quand deux scorpions se rencontrent, c’est forcé de donner,à un moment où à un autre, un truc spécial et c’est ce qui est arrivé entre « pp » LUCIE30 car c’est bien elle et moi . Parties de rien, on est arrivées à pas grand chose et pour tout dire seulement à la lettre « P » mais quel « P » ! et que diriez vous de continuer avec nous allez-y ! pondez vous aussi quelque chose et on cherchera après à se faire publier, ça rapportera peut-être des pépètes et on sera pétées de tunes. Prêtes pour le défi ? alors…….. partez !  

Pretty Pépita et Pépé Paquito ……………….. 

Pretty Pépita et Pépé Paquito sont deux piquantes punaises qui vivent dans la pampa péruvienne .

Pretty Pépita est une punaise parfumée . Son parfum précieux laisse dans son sillage des volutes de plaisir pur qui ensorcellent les punaises primitives qui n’ont pour toute odeur qu’un parfum puant .

Mais Pépé paquito qui est du genre punaise punchy ( je frappe d’abord , je cause apres !) veille à ce que les prédateurs potentiels se tiennent éloignés de sa précieuse poupée .

Or , un matin , des plaintes pathétiques , provenant des plantes à plumeaux , s’élevent dans la pampa paresseuse . Pretty Pépita pleure la perte de son précieux parfum !

Comment ça perdu ? lui demande Pépé Paquito !

« Pépé , je pue ! » dit Pépita .  » Mais où sont passées mes senteurs de Patchouli , de Pivoine , de Pêche , Prune et Pomme d’amour ?  »

Et Pépé Paquito séchant les pleurs poignants de sa petite punaise d’amour , lui dit :
 » Ne pleure plus ma précieuse , ton parfum primitif , celui dont Dame Nature t’a pourvu est pour moi le plus pur , le plus pénétrant , le plus paradisiaque des parfums ! Sois ma promise , mon épousée et plus personne n’osera se moquer de la petite punaise parfumée qui ne l’est plus ! »

C’est ainsi que Pretty Pépita et Pépé Paquito convolèrent en justes noces pour le plus grand plaisir du petit peuple de la pampa péruvienne qui participa aux festivités pendant plus de trois jours !

Moralité : l’amour n’a pas d’odorat !!!!!

Pour Fée-line – PP 

  

DROIT DE REPONSE

  

pour parfaire ce conte pathétique, je dirai que Pépé paquito et pretty pépita furent des parents parfaits qui pondirent plein de petits pepito-pita, tous plus puants les uns que les autres. 

  

 En grandissant, ils devinrent : l’un palefrenier, l’autre péripapéticienne, le troisième pas grand chose. 

  

Chaque année, ils passaient apporter à leurs parents de petits présents : l’un, de précieuses pâtes d’haras, faites du meilleur purin, l’autre du parfum parfumé au parmesan, le troisième, pas grand chose. 

  

Enfin, pour clore cette petite histoire, sachez que pepé paquito, pretty papita, petit gonzales, péripa la pulpeuse et presque rien, purent de nouveau puer pleinement lorsque le vent ramena dans la pampa péruvienne les phéromones perdus par leurs pauvres parents. 

  

 PS.- et s’il n’y a pas assez de « P » je pars illico presto pondre mes prestigieux commentaires ailleurs. 

  

Pour PP de la part de fee-line. 

  

une histoire de « P » :
 
Le « P » dans tous ses états , de Parfum à Puanteur , de Paillote à Palais , de Panama à Porto-rico , de Panier à Pique-nique , de Papyrus à Papier , de Paragraphe à Partager ……. de Participer à Plaisanter …………. qui prend la relève ? 

  

de « PP » à tous

 

  

  

ET POUR QUE LE PETAGE DE PLOMB SOIT COMPLET 

  

Pourquoi Papa pète-t-il partout ? Parce que, pérore Paméla, pour parfumer parfaitement le petit palais qu’il parcourt à petit pas, .il parsème son parfum de pièce en  pièce. 

  

Mais pourquoi ne pas péter plus petitement demande Pépito ? parce que, répond Pamela, un parfum pareil propose ses pestillences à toutes les papilles qui passent. 

  

Alors pétons ! puisque c’est permis mais par pitié, seulement avec des parfums parfaits et portons par précaution une pince à linge sur le pif afin de ne pas périr sur place. 

  

De FEE-LINE  à tous les « P » du monde 

  

A POURSUIVRE………… 

  

 

 

Publié dans:humour |on 27 août, 2009 |Pas de commentaires »

les fonds marins, quelle splendeur !

fondsmarcarailrose.jpg

 

Corail mou photographié au sud de Mars Alam, Mer rouge, Egypte. Mai 2006 © Roland Grolière 

 

 

Publié dans:nature |on 24 août, 2009 |Pas de commentaires »

conscience professionnelle – vatel

aavatel.jpg

 

François Vatel (Paris 1631- Chantilly 24 avril 1671), de son vrai nom Fritz Karl Watel, d’origine suisse, est un pâtissier-traiteur, intendant, et maître d’hôtel français, successivement au service de Nicolas Fouquet, surintendant des Finances de Louis XIV, et du prince Louis II de Bourbon-Condé. Vatel, grand organisateur de fêtes et de festins fastueux d’exceptions au château de Vaux-le-Vicomte puis au château de Chantilly sous le règne de Louis XIV est passé à la postérité pour s’être suicidé pendant une réception alors que la livraison de poisson avait du retard.

Publié dans:Non classé |on 17 août, 2009 |Pas de commentaires »

etre spectateur ou acteur de son destin ?

aadestin2.jpg

 Un jour, nous faisons notre entrée dans le monde,petit corps vagissant entièrement à la merci de nos géniteurs et c’est déjà la que commence la différence. Certains naitront dans de « bonnes familles » riches instruites, d’autres feront partie de la « bourgeoisie des cadres, des parvenus »etles derniers naitront dans la guerre,la pauvreté, la violence et seront « blancs, noirs ou jaunes ».

Certains seront beaux et intelligents, d’autres laids ou encore affublés d’un handicap qu’ils traineront toute leur vie.

Mais quelle est la part du destin dans tout ceci ?certains disent : « Si D-ieu existait, il ne permettrait pas tant d’injustice au départ » et d’autres répondent : D-ieu nous a donné le choix entre bien et mal et c’est à nous, tout au long de la vie qui nous a été dévolue, de choisir le chemin que l’on veut emprunter, et les pierres posées ça et là sur le chemin de chacun seront, non pas une injustice mais au contraire une épeuve qu’il faudra, selon le cas, accepter ou se battre contre elle de façon à sortir de ce combat plus fort et mieux armés pour affronter les prochaines épreuves qui nous attendent.

La vie serait-elle donc fatalité ? et si tout est écrit d’avance, quel rôles avons nous à jouer pour accepter ou changer les cartes que nous avons reçues?

Oui, les grandes lignes sont prévues d’avance mais tout au long du parcours, nous aurons la liberté d’accepter ou de refuser de vivre ce qi se présente, ou de le vivre différemment de ce qui nous a été enseigné, de nous démarquer des principes inculqués, ou de rentrer dans le rang, de suivre le troupeau, de ne pas faire de vague ou encore, de bousculer les règles établies, risquant ainsi l’opprobe et même selon l’époque, le bûcher ou le peloton d’exécution. Oui, nous avons reçu une voiture pour nous déplacer mais c’est à nous de choisir le chemin par lequel nous voulons passer.

Et comment faire pour agir sur ce destin afin d’en influer le cours ?…

Il faut écouter sa conscience, cette petite voix qui dès le plus jeune âge, nous fait savoir que ce que nous avons fait n’est pas bien, même si personne ne l’a vu et plus tard, nous conseille de faire ou de ne pas faire ceci ou cela, mais emporté par le désir ou la lâcheté, on le fait quand même et on ressent, pendant un temps plus ou moins long, une culpabilité dure à porter, à tel point que certains font taire cette petite voix qui pourtant était le seul guide digne de ce nom.

Cette petite voix est divine, emprunte de douceur, n’obligeant personne à l’écouter, c’est donc un choix pour chacun de nous de faire de notre destin un vulgaire copier-coller ou encore quelque chose de spécial qui nous conduira, lors des cheveux blancs, à une sorte de sérénité et lorsque le dernier moment se présentera, il nous restera suffisamment de minutes ou de secondes pour voir défiler en accéléré, toute notre vie avec l’intime conviction qu’elle n’a pas été vaine et que l’on peut partir la conscience tranquille. 

 

 

Publié dans:mes écrits et ceux des autres |on 15 août, 2009 |1 Commentaire »

du côté de chez moi

aagallia2.jpgDu côté de chez moi. 

  

De temps en temps je vous parle de moi, de mes souvenirs, du milieu dans lequel je vis et aujourd’hui je me dois de vous narrer une histoire comme on n’en fait plus (heureusement). Je vous demande toutefois de prendre pitié de l’héroïne qui, quoique  je puisse en dire, est bien gentille. 

  

Elle s’appelle « GALIA » une crinière de beaux cheveux blancs ondulés, la cinquantaine mais en paraissant trente, mince, super active,habillée comme un clodo, un débit oratoire telle une mitraillette, je la suppose très intelligente mais comme le sont souvent les génies, marchant à côté de ses pompes. 

  

Je la vois deux fois par semaine ; c’est elle qui m’apporte à chaque fois un immense sac de copeaux de sciure pour la litière de mes chats, car elle habite dans la rue des menuisiers. 

  

Tout a commencé voici environ 2 ans. Elle arrive un jour et me dis être malade. Qu’a-t-elle ? la grippe. C’est sa voisine qui est venue téléphoner chez elle,qui a crachouillé dans le combiné du téléphone et qui y a laissé ses virus en guise de paiement. 

  

Galia sait tout, connaît tout, il faut seulement la laisser parler donc elle m’explique qu’elle se soigne seule car c’est bien connu, les docteurs ne savent rien. Si elle n’avait rien fait, elle aurait été malade 8 jours, si elle avait été chez le toubib elle aurait été souffrante une semaine, comme elle s’est soignée elle même, l’histoire a duré 2 mois. Petite rémission puis rebelote mais là, c’est la fille de la voisine qui ayant attrapé les virus de sa mère est venue téléphoner, elle a postillonné dans le même appareil, et elle aussi a payé sa communication à sa manière. Donc on recommence tout à zéro, seulement cette fois la maladie dure un peu plus longtemps car le corps est affaibli et ce n’est qu’àprès environ trois mois que Galia (Madame « G ») se rétablit complètement, oh ! pas pour longtemps ; juste le temps de souffler un peu. 

  

Un soir, elle est  chez moi, de nouveau bien malade la pauvre,mais cette fois c’est plus sérieux, il s’agit d’un virus particulièrement pernicieux et super intelligent qui a la possibilité de s’identifier au corps qu’il habite et ainsi déjouer tous les traitements destinés à le chasser. Les docteurs le connaissent, mais n’ont rien à proposer, donc là encore elle va se soigner toute seule comme une grande.Les gargarismes vont succéder aux badigeonnages des amygdales gauche et droite, de la luette, de la glotte, et les soins vont durer de plus en plus longtemps. 

  

Un soir, lorsque je lui ouvre la porte, je reçois en plein visage une odeur très forte d’ail ; c’est paraît-il un additif très efficace au traitement car, comme les vampires, le virus de génie (appelé familièrement VdG) déteste ça, (y a pas que lui). Madame « G » va ainsi se faire virer de tous les endroits où elle passe car dès qu’elle ouvre la bouche, les gens s’enfuient sans auparavant  oublier de lui dire qu’elle pue. 

  

Et je vais en apprendre de bel sur VdG. D’abord, comme il est intelligent, il se déplace dans la gorge et va à gauche quand elle traite à droite, à droite quand elle soigne à gauche, dans la nuque et là le traitement est plus difficile, sur la pomme d’adam ce qui provoque toux et raclements, qui font fuir les voisins complètement dégoutés.Et moi, je ne crains qu’une chose, c’est qu’un jour elle me dise que « VdG » lui a parlé, car là, c’est sûr, je ne pourrai pas garder mon sérieux. 

  

Cette histoire a duré très longtemps mais à force, Madame « G » s’en est fatigué et se fut l’accalmie….. jusqu’à hier soir car elle s’est pointée chez moi bien malade et cette fois ci, vous savez ce qu’elle a chopé ?????? LA GRIPPE PORCINE . 

  

Et vous, qu’avez-vous comme voisins ? 

  

  

  

  

  

le veritable nom des stars – Tom Cruise

startomcruse.jpg

 

Thomas Cruise Mapother IV

Dyslexique, né de père alcoolique et attiré par les ordres (il passera un an dans un monastère), rien ne prédestinait Thomas Cruise Mapother à devenir acteur. Quand sa carrière a commencé à se dessiner, il a raccourci son nom en Tom Cruise.

Publié dans:Non classé |on 7 août, 2009 |Pas de commentaires »

Beaute des fonds marins : l ‘hippocampe

aahippocampe.jpg

 

Avec leur corps cuirassé par une série d’anneaux osseux, les hippocampes se déplacent verticalement grâce à leur nageoire dorsale. C’est également l’une des rares espèces animales où c’est le mâle qui porte les 100 à 200 œufs, dans une poche ventrale.

Publié dans:animaux |on 6 août, 2009 |Pas de commentaires »

espèces nouvelles.

aaapoisson.jpg

 

35 nouvelles espèces marines sont découvertes chaque semaine. Ci-dessus, une photographie datant de février 2007 représente un poisson des glaces de l’Antarctique. Il n’a pas de sang rouge (hémoglobine), ce qui lui permet de survivre à basse- température.

Publié dans:animaux |on 5 août, 2009 |Pas de commentaires »
12

Ni OUI ni NON |
elevator |
freressuricate |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | titinou
| Rakipedia™
| toute en humour