ma vie – evron ma ville natale

aaevron.jpg 

                                

CETTE VILLE VOUS EST INCONNUE ?  MOI, NON ! CAR C’EST LA VILLE OU JE SUIS NEE IL Y AURA BIENTOT 70 ANS.C’est aussi là que mes parents se sont connus, quelques années avant ma naissance, à un bal du 14 juillet, tous les deux étant d’excellents danseurs. (là, je me suis toujours demandé si l’un d’eux n’aurait pas mieux fait de se casser une jambe ce jour là)mais le destin en avait decidé autrement.

Mon grand-père paternel était le patron d’un hôtel-restaurant « l’hôtel du commerce »(attention hein ! on n’était pas des gueux.) et j’ai gardé beaucoup d’images de ces années passées chez pépé et mémé. Durant la deuxième guerre mondiale, la ville était occupée par les Allemands et a été libérée par les Américains. Le jour de la libération de la ville, mes grands-parents, mes parents, moi et les quelques clients de l’hôtel étions réunis dans la salle à manger,fenêtres ouvertes pour éviter les projections de verre en cas d’obus explosant tout près, et la deuxième consigne, qui avait été donnée par les autorités, était de ne jamais aller d’une pièce à l’autre sur nos jambes mais à quatre pattes ,ceci pour éviter d’être fauchés par une balle perdue. Inutile de vous dire que la petite fille que j’étais (j’avais 7 ans alors) rigolait sous cape quand je voyais passer devant moi, à 4 pattes mes grands -parents ou encore un client de l’hôtel.

Je revois la scène comme si c’était hier.Je revois aussi, hélas ,une autre scène qui ne m’a jamais quitté l’esprit et qui fait partie des choses qui ont forgé les principes qui sont les miens et qui m’ont dicté ma conduite dans différentes circonstances.

La ville est libérée, mais des allemands qui n’avaient pas pu s’enfuir ont été attrapés ça et là par les habitants qui les ont découverts.L’un d’eux, un simple troufion, d’après son uniforme et son képi ,est devant l’hôtel, entouré d’une foule de badauds qui rient, insultent et menacent ; à côté de lui, une charrette non attelée et près d’elle un énorme tas de pierres de toutes dimensions. Le prisonnier à ordre de remplir la charrette mais celle -ci s’incline dès que le chargement est important et la plupart des pierres retombent à l’extérieur. Nouveaux rires, insultes, menaces et l’homme doit recommencer et recommencer encore 

 Lorsque j’arrive et que je découvre la scène, je comprends que cela doit faire un moment que le prisonnier est occupé à cette tâche idiote car ses mains sont couvertes de sang.Je ne sais pas ce qui est arrivé après, ma mère est-elle venue me chercher? suis-je rentrée à l’hôtel ne voulant plus voir ce spectacle? toujours est-il que cette image m’est restée gravée dans l’esprit  jusqu’à aujourd’hui.

C’est grace à elle ,et surement a bien d’autres situations, que je me suis forgé les principes qui sont les miens et qui m’ont accompagnés tout au long de ma vie à savoir:

1) si un combat doit avoir lieu, qu’il soit fait « à la loyale » c’est-à-dire « un » contre « un »
 

2) si un homme a mal agi, il doit être puni mais pas par la foule et il est inutle d’ajouter l ’humiliation  qui ne peut que salir et abaisser ceux qui la pratiquent.
 

3) lorsqu’arrive le moment de la victoire, ceux qui dans les rues parlent fort, rient et se moquent devraient se demander s’ils en ont vraiment le droit, et pour le savoir, ils n’ont qu’à retourner dans leur passé récent et se rappeler où ils étaient et se qu’ils ont fait lorsqu’il y avait du danger : faisaient-ils partie de ceux qui ont risqué leur vie pour sauver d’autres vies? ou au contraire,se terraient-ils n’entendant rien, ne voyant rien pour essayer de sauver leur peau ? souvent, ceux qui parlent fort font partie de la deuxième catégorie.

Voila mes chers lecteurs mon coup de gueule d’aujourd’hui. J’avais un abcès dans le coeur depuis très longtemps, il vient de crever, maintenant je me sens mieux.  

Publié dans : ma vie | le 24 juin, 2009 |18 Commentaires »

présentation

 

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000002010 - 65x45 le temps qui passe 2

 

Je me doutais bien que cela n’irait pas tout seul. C’est le troisième article que j’écris et je ne sais pas où sont passés les deux autres.Que voulez-vous, à plus de 70 ans on n’est plus ce que l’on a été. C’est la vie!

Quoi qu’il en soit, comme une de mes premières qualités est la volonté (ou l’entêtement, c’est selon) je recommence et ce, jusqu’à ce qu’il en sorte quelque chose.

une enfance pas folichonne, une vie de femme bien remplie, une vie de mère pas vraiment réussie, un retraite heureuse (enfin quelque chose de bien !) vous l’aurez deviné, l’humour est ma principale arme ; j’ai beaucoup à raconter et c’est ce que je voudrais partager avec vous.

J’aime les animaux, l’astrologie mystique, tout les sujets qui enrichissent l’intellect, j’écris des poêmes, des histoires courtes et des livres (autobiographie) alors si tout ce bric à brac vous intéresse, venez me rendre visite, vous serez les bienvenus

Publié dans : Non classé | le 19 juin, 2009 |9 Commentaires »

Nosso lar

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000maxresdefault

Pour tous ceux qui sont intéressés par l’au-delà,la mort et ce qui se passe après, cette vidéo est pour vous.

https://www.facebook.com/mayani68/videos/vb.100002478524638/1024050867687521/?type=2&theater 

Publié dans : mystique sagesse, QUESTION | le 5 juin, 2016 |2 Commentaires »

la légende du riz

 

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000légende du riz11295921_1004535722892081_1911148159295164102_n

 

Le riz a une grande importance culturelle en Inde du sud, et certains festivals, comme Pongal, célèbrent la récolte du riz par des festivités qui rassemblent tout le village pendant trois jours. On honore le dieu de la pluie, le soleil, et le bétail qui est abondamment décoré de fleurs. Tout le monde est remercié pour le travail dur dans les champs, mais il n’en a pas toujours été ainsi, comme nous le raconte la légende.

Au temps où la terre était jeune et toutes les choses meilleures qu’elles ne sont maintenant, quand les hommes et les femmes étaient plus forts et d’une beauté plus grande, et le fruit des arbres plus généreux et plus sucré que ce que nous mangeons maintenant, le riz, la nourriture des hommes, était d’un grain plus gros. Un grain était tout ce qu’un homme pouvait manger ; et en ces jours anciens, le mérite des gens était tel qu’ils n’avaient jamais besoin de travailler dur pour cueillir le riz, car une fois mûr, il tombait des tiges et roulait jusqu’aux villages, même dans les greniers.

Lorsqu’une année le riz fut plus gros et plus abondant que jamais, une veuve dit à sa fille : « Nos greniers sont trop petits. Nous allons les démolir et en construire de plus grands. » Quand les vieux greniers furent démolis et que les nouveaux n’étaient pas encore prêts à l’emploi, le riz était mûr dans les champs. On redoubla de hâte, mais le riz en roulant affluait vers le lieu des travaux, et la veuve, irritée, frappa un grain et cria :
« Vous ne pouviez pas attendre dans les champs que nous soyons prêts ? Vous ne devez pas nous déranger maintenant quand vous n’êtes pas voulus ! »
Le riz se brisa alors en milliers de petits morceaux et déclara : « A partir de ce jour, nous attendrons dans les champs jusqu’à ce que nous soyons voulus. » Et depuis, le riz est d’un grain plus petit et les gens de la terre doivent le cueillir dans les champs et le transporter jusqu’aux greniers.
http://alainjoly1.pagesperso-orange.fr/article02.htm#La légende du riz :

 

Publié dans : mystique sagesse | le 3 juin, 2016 |Pas de Commentaires »

chaque jour une citation trouvée dans le « Talmud »

 

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000Talmud

 

La religion juive fut donnée à Israël presque en même temps que la liberté en tant que nation indépendante. La révélation divine sur le mont Sinaï eut lieu sept semaines seulement après l’exode d’Égypte.1

« Qui recherche la grandeur, la grandeur le fuit; qui fuit la grandeur, la grandeur le suit. »

http://www.fr.chabad.org/library/article_cdo/aid/626925/jewish/Les-Commandements.htm

Publié dans : mystique sagesse | le 2 juin, 2016 |Pas de Commentaires »

LA VISION D’UNE MONTÉE

 

00000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000737865759

Lire la thora n’est pas une mince affaire car les messages qu’elle contient sont limpides (mais peut-être pas autant qu’on le croit) ou bien difficile d’en saisir le sens mais avec un peu d’aide, les choses  deviennent plus simples.

L’ECHELLE DE JACOB: MONTEZ PLUS HAUT!

Jacob est forcé de fuir son frère Esaü. Il quitte la maison de ses parents en Terre d’Israël et part pour la maison de son oncle Laban en Mésopotamie. En chemin, Jacob s’arrête pour la nuit et tombe endormi sur le terrain, seulement pour avoir cette vision célèbre:

Il eut un songe que voici: Une échelle était dressée sur la terre, son sommet atteignait le ciel et des messagers divins montaient et descendaient le long de cette échelle. (Genèse 28:12)

LA VALEUR D’UNE FONDATION SOLIDE

Le rêve de Jacob nous enseigne que nos vies spirituelles suivent un modèle: nous avons parfois des hauts, parfois des bas, mais nous atteignons toujours le ciel par étapes progressives. Nous faisons des progrès vers D-ieu, étape par étape, pas toutes à la fois.

 Cette ascension, cependant, est possible seulement avec une base inébranlable. Comme l’échelle de Jacob qui est « dressée sur la terre », nos vies spirituelles exigent une base solide.

Le mot hébreu dans ce verset pour « être dressé » est moutsav (מֻצָּב). Cela vient de la racine qui signifie « être ferme et inébranlable ». Dans l’original hébreu, la Bible tient à souligner que non seulement l’échelle de Jacob était debout, mais qu’elle était fixée solidement au sol.

 

L’ECHELLE DE LA COMPREHENSION BIBLIQUE

Apprendre l’hébreu est l’un des meilleurs moyens de renforcer votre vie spirituelle, car cela vous permettra de monter fermement et avec compétence l’échelle de la compréhension biblique.

http://lp.eteacherbiblical.com/lp_biblical_hebrew_havruta_jacob_ladder-fr.html?cid=31524&adgroupid=-1&utm_source=havruta_jacob_ladder&utm_medium=email_marketing&utm_campaign=bib_fr_eml_havruta_jacob_ladder_2016-06-01_%2331524&fname=yael&lname=Avraham&email=yael-avraham@live.com#_at=0.3.9370538,0.143764645.ze3dweweadwapcwcwu

Publié dans : mystique sagesse | le 1 juin, 2016 |Pas de Commentaires »

chaque jour une citation trouvée dans le « Talmud »

 

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000Talmud

La religion juive régit chaque phase de la vie d’un Juif et de son activité depuis sa naissance jusqu’à sa mort. Le Judaïsme n’est pas quelque chose qui s’est superposé au peuple juif ; il ne constitue pas une entité distincte de lui. Il est son essence même, son mode de vie, voire sa vie même, car une existence juive sans la foi juive est simplement inconcevable. 

 

Quand un voleur ne trouve plus l’occasion de voler, il se croit honnête homme.

 

http://www.fr.chabad.org/library/article_cdo/aid/626925/jewish/Les-Commandements.htm

Publié dans : mystique sagesse | le 1 juin, 2016 |Pas de Commentaires »

chaque jour une citation trouvée dans le « Talmud »

 

 

 

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000Talmud

Les juifs religieux, érudits talmudiques sont considérés avec la même crainte et respect avec lequel la société laïque considère lauréats du prix Nobel.

Pourtant, tout au long de l’histoire juive, l’étude de la Mishna et le Talmud n’a guère été limitée à une élite intellectuelle ;  les hommes qui coupait du bois dans Berditchev, un travail ardu qui n’ exigeait pas l’alphabétisation, se sont réunis pour étudier la loi juive régulièrement  ce qui démontre l’omniprésence continue d’étude de la Loi orale dans la communauté juive.

Pour accéder à la sagesse, il faut le vouloir.

https://www.jewishvirtuallibrary.org/jsource/Judaism/talmud_&_mishna.html

Publié dans : mystique sagesse | le 31 mai, 2016 |Pas de Commentaires »

L’art de se venger

 

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000007ac262e7-813b-4e8b-89ba-1cc024d0ce7e

 

New York, 1932. La richissime famille Rockefeller se porte bien, malgré la crise qui frappe le reste du pays. Elle a même entamé la construction d’un immense complexe commercial dans les quartiers luxueux.

Pour décorer ce temple du capitalisme, les Rockefeller réclament les meilleurs : Picasso et Matisse. Mais devant leur refus, Nelson Rockefeller se reporte sur un artiste apprécié par sa mère : le mexicain Diego Rivera, peintre et communiste !

Rockefeller connait bien les opinions politiques de Rivera. Mais lorsque la fresque est révélée, c’est tout de même un choc : la peinture est clairement militante !

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000059eb4d11-b7ed-49df-8452-8370bd0ccddf

Dans un style foisonnant et monumental, il oppose deux mondes.
L’un capitaliste, représenté par des femmes débauchées dans une boîte de nuit et des scènes de guerre effroyables.

L’autre communiste, évoqué par des femmes sportives et la figure de Lénine.

C’en est trop pour les Rockefeller, scandalisés de cette apologie du communisme ! Ils ordonnent la destruction de l’œuvre. Il n’en reste désormais que des photographies… ou presque.

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000056baa445-9684-4f12-8a9d-592202d1b9cc

Car Diego Rivera ne se laisse pas abattre. Il décide au contraire de recréer l’œuvre à Mexico.
On retrouve le même thème, la même composition, les mêmes couleurs… mais quelques nouveautés sont venues se glisser dans la nouvelle fresque.

En plus de Lénine, les autres grandes figures du communisme Trotski, Engels et Marx se sont insérées dans la peinture. Et ce n’est pas tout.
Dernière vengeance : Diego Rivera intègre, dans la boîte de nuit, un portrait du père de Nelson, John D. Rockefeller Jr !

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000a5dc85d4-c648-432f-b8ac-0352298fb60a

Publié dans : talent | le 30 mai, 2016 |Pas de Commentaires »

chaque jour une citation trouvée dans le « Talmud »

 

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000Talmud

 

En règle générale, le texte de la Guemara commence par une lecture attentive de la Mishna

On ne doit pas compter sur le miracle.

Publié dans : mystique sagesse | le 30 mai, 2016 |Pas de Commentaires »

chaque jour une citation trouvée dans le « Talmud »

 

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000Talmud

 

En plus de longues discussions juridiques (en hébreu, halakha), les rabbins de l’époque  renseignent sur les questions éthiques, conseils médicaux,  informations historiques, et le folklore, qui sont ensemble connu sous le nom aggadata.

On doit avouer ses qualités à voix basse, et ses défauts à haute voix.

https://www.jewishvirtuallibrary.org/jsource/Judaism/talmud_&_mishna.html

Publié dans : mystique sagesse | le 29 mai, 2016 |Pas de Commentaires »

chaque jour une citation trouvée dans le « Talmud »

 

Les rabbins dont les vues sont citées dans la Mishna sont connus comme Tanna’im (les enseignants)   tandis que les rabbins cités dans la Guemara sont connus comme Amora’im (interprètes)

Les premiers vivant dans une période précédant les seconds, leurs enseignements sont considérés comme faisant autorité du fait qu’ils étaient plus proches de Moïse et de la révélation au Sinaï.

000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000000Talmud

Pour la même raison, la tradition juive considère généralement que les enseignements du Amora’im, font  plus  autorité que les enseignements rabbiniques contemporains.

https://www.jewishvirtuallibrary.org/jsource/Judaism/talmud_&_mishna.html

Pour la petite histoire, un extrait de ce que l’on peut trouver dans le Talmud :

  • Tu décideras un acquittement à la faveur d’une seule voix de majorité, tu ne pourras décider une condamnation qu’avec deux voix de majorité. (Michna 2A) 
  • ..là où on veut la justice, il n’y a pas de paix, et là où on veut la paix, il n’y a pas de justice. (6B) 
  • Quelqu’un disait: du temps où notre amour était fort, nous reposions (très à l’aise) sur le plat d’une épée. A présent que notre amour n’est plus aussi fort, un lit de soixante «garmida» ne nous suffit plus. (7A) 
  • Rab Kahna a dit : lorsqu’un Sanhédrin s’est déclaré unanime pour condamner, l’accusé sera acquitté. (17A) 

 

Publié dans : mystique sagesse | le 28 mai, 2016 |Pas de Commentaires »
12345...199

Ni OUI ni NON |
elevator |
freressuricate |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | titinou
| Rakipedia™
| toute en humour